habillage
premium1
premium1
Une adolescente sur les toits
© David Hurley via Unsplash

La VSCO Girl, nouvelle tendance ou pure invention ?

Le 27 nov. 2019

Après les Emo Girls et les Tumblr Girls, place aux VSCO Girls. Depuis quelques mois, impossible d’échapper à ce nouvel archétype de l’adolescente cool. Elle est partout. Enfin, surtout sur Internet.

C’est quoi une VSCO Girl ?

La VSCO Girl tire son nom d’une application de retouche d’image comparable à Instagram – et qui se prononce vèsco. Pour la reconnaître, il suffirait de se référer à quelques éléments facilement identifiables. C’est donc simple, la VSCO girl porte des t-shirts rétro beaucoup trop grands pour elle et affectionne les mini-shorts en jean. Elle a les cheveux au vent mais arbore un chouchou au poignet. Éco-responsable, elle ne sort jamais sans sa gourde réutilisable et sa paille lavable. Cette ado aime la nature et le fait savoir dans chacun de ses posts, à la mer comme à la montagne. Des signes distinctifs qui en font la cible idéale de mèmes « starter pack ».

Starter pack mème

Oui, la VSCO Girl est comme-ci, la VSCO Girl est comme ça. Elle est heureuse et roule – en vélo – pour la planète. Mais la VSCO Girl existe-t-elle vraiment ?

Tendance ou simple hashtag ?

Avec 1,7 millions de #VSCOgirl sur Instagram, on semble être face à un phénomène de masse. Le genre de tendance qui devrait avoir des effets concrets sur les ventes de produits fétiches de ces ados. D’après un article de Vox, on est loin du compte. Quelques mois après l’explosion médiatique du terme, la journaliste Rebecca Jennings a contacté la marque Pure Vida – qui commercialise les bracelets préférés des VSCO Girls – qui n’a enregistré aucune augmentation de ses ventes. Chez Hydro Flask, fabricant de gourde, on lui parle d’une croissance stable.

Même au sein de l’application VSCO – qui ne date pas d’hier puisqu’elle a été lancée en 2011, la tendance ne semble avoir aucun impact sur les téléchargements d’après son CEO Joel Flory. Bref, le seul chiffre qui bouge c’est celui du nombre de hashtags. On peut donc penser que l'utilisation du #VSCOgirl tient plus de la technique facile pour faire remonter les photos via l’algorithme d’Instagram plutôt que de la tendance de fond.

Même les ados sont perdus

Il faut dire qu’en ce qui concerne les VSCO Girls même les ados sont un peu perdus. Lauren, 15 ans, explique à Slate qu'elles existent depuis belle lurette mais qu’on vient simplement de leur donner un nom. D'autres sont carrément dans le flou face à ce nouveau qualificatif.

La tendance de la VSCO Girl en dit peut-être plus long sur les adultes, obsédés par les jeunes et qui cherchent à les nommer à tout prix, que sur les ados eux-mêmes. Un peu comme comme avec les millennials. 

Et au passage, on en profite pour diminuer la portée des engagements d'une génération qui préfère les bouteilles réutilisables et les pailles durables plutôt que le plastique, en les faisant passer pour une « tendance de minettes ». OK, Boomer, bien joué.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.