habillage
Étude sur les jeunes et la consommation de porno
© Photo by Dainis Graveris on SexualAlpha

2/3 des jeunes regardent des films X

Le 24 févr. 2020

Les jeunes et le porno, une histoire d’amour ?

On les distingue avec des lettres. Z pour les moins de 24 ans, Y pour ceux les 25 – 34 ans mais c'est bien la lettre X qui les rassemble. D’après une étude YouGov, près de deux tiers des 18-34 ans ont déjà regardé des films pornos. La génération Z (67%) est même légèrement plus amatrice de vidéos pour adultes que la génération Y (61%).

Des différences entre les hommes et les femmes

On observe des résultats quasiment uniformes selon la géographie, la catégorie socioprofessionnelle ou le niveau d’études. Alors, tous égaux face au porno ? Hé non, la différence se fait toujours entre les hommes et les femmes. Parmi les jeunes, ils sont 79% à affirmer regarder des films cochons alors qu’elles ne sont que 48% à se déclarer consommatrice de vidéos X. Côté quantité, les hommes sont également de plus gros consommateurs. Parmi les amateurs, 80% regardent des films pornos au moins une fois par semaine. En comparaison, seulement 30% des femmes disent avoir le même rythme de visionnage.

Il faut dire que l’industrie pornographique mainstream se préoccupe peu du plaisir féminin. Dominé par les grandes plateformes de vidéos à la PornHub, le monde du X s’intéresse surtout au désir masculin et propose une représentation de la sexualité fondée sur la pénétration dans laquelle la femme est nécessairement passive.

Sans surprise, on retrouve ces grandes plateformes parmi les sites pornographiques les plus connus par les jeunes. En tête, les géants YouPorn et PornHub et leurs larges catalogues de vidéos gratuites. Ils sont suivis par Jacquie et Michel et leur marketing bien rodé.

Le top 5 des plateformes pornographiques chez les jeunes

  1. YouPorn
  2. PornHub
  3. Jacquie et Michel
  4. Marc Dorcel
  5. Brazzers

Parmi la génération Z, un jeune sur cinq pense que le porno a un impact négatif sur sa vie sexuelle. Sur la tranche 18-34 ans, les hommes sont plus nombreux que les femmes à avoir le même sentiment. C’est peut-être une bonne nouvelle pour le porno alternatif, féminin et féministe ?

Le sexe, toujours tabou

Internet a rendu la pornographie facilement accessible à tous. Mais n’a pas encore levé le tabou sur la sexualité. Pour 72% des gens, le sexe est encore un interdit dans notre société. Et qui dit tabou, dit manque d’éducation sur le sujet. Les jeunes en sont bien conscients et ¾ d’entre eux aimeraient que l’éducation sexuelle soit renforcée durant la scolarité. Pour l’instant, l’Éducation Nationale ne prévoit qu’un minimum de « trois séances annuelles d'éducation à la sexualité. » Ces séances « organisées par une équipe de personnels volontaires et formés » se concentrent surtout sur la prévention des risques – grossesses, IST, violences. Pour ce qui concerne le plaisir, on repassera.

Il aura, d'ailleurs, fallu attendre 2017 pour qu’un manuel scolaire représente correctement le clitoris. Dans ce contexte, c’est peut-être vers les réseaux sociaux qu’il faut se tourner. Instagram et ses comptes érotiques ont sûrement plus à nous apprendre sur le plaisir que les manuels scolaires et YouPorn réunis.

Alice Huot - Le 24 févr. 2020
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.