premium 1
premium 1 mobile
personnages de camera cafe

Lexique des nouveaux mots du boulot

L'ADN
Le 26 févr. 2018

Oubliez les coups de bigo, de bipeurs et autres recherches sur Minitel. Désormais, au travail on parle de néoartisanat, freelancing ou encore intrapreneur... Petit lexique des mots de l'entreprise au XXIème siècle.

J'en ai marre de ce BLURRING

Smartphones, tablettes, ordinateurs… autant d’outils qui ont créé un brouillage entre vie professionnelle et vie privée ou « blurring » comme disent les britanniques. La propagation de ce phénomène, notamment très fortement subi par les cadres, a conduit à l’adoption d’une loi sur le droit à la déconnexion en 2017 en France.

Je suis NÉOARTISAN

Faut-il vraiment passer un CAP cuisine après un bac + 5 ? C’est la question que pose Jean-Laurent Cassely dans son livre La Révolte des premiers de la classe, qui fait état d’une nouvelle génération de « premiers de la classe » qui, en quête de sens, se sont dirigés vers des métiers de l’artisanat, plus manuels et plus sensés. Ce sont les néoartisans.

I'm free

Ils étaient plus de 700 000 en 2014 et ce chiffre devrait avoir encore grimpé. Se mettre à son propre compte est une tendance en plein essor. Pour répondre à des besoins à court terme, les entreprises se tournent vers ce type de contrats qui offrent une plus grande souplesse. Le collaborateur peut simultanément travailler sur plusieurs projets et travailler  d’un contrat à l’autre. Seul pré-requis : avoir les contacts nécessaires pour trouver régulièrement des missions.

Je travaille en DIGITAL NOMAD

Un digital nomad est une personne qui gagne des revenus en travaillant à distance, sans bureau et en profitant des connexions Internet disponibles « partout ». Appartement Airbnb à Lisbonne, café à Rome, bibliothèque parisienne, bord de mer en Thaïlande… Il s’affranchit des contraintes d’espace, en adoptant un mode de vie nomade.

J'entreprends en salarié : INTRAPRENEUR

L’intrapreneur est le membre d’une grande entreprise qui, en accord avec elle et tout en restant salarié de celle-ci, possède un projet viable intéressant pour l’entreprise et qu’il peut réaliser en son sein. Si le concept connaît un regain d’intérêt, il n’est pas neuf. Son inventeur, l’Américain Gifford Pinchot, en faisait la première utilisation en 1976.

J'ai MICROTRAVAIL de 12 heures à 12 h 07

Ce travail à la tâche qui s’est notamment développé à travers la plate-forme Amazon Mechanical Turk à partir de 2005, fait appel à des travailleurs pour effectuer des tâches à faible valeur ajoutée qui ne peuvent pas (encore) être réalisées par des machines telles que le taggage de photos, répondre à un questionnaire ou la retranscription de tickets de caisse.

Je suis SLASHER

Les slashers sont des travailleurs qui jonglent successivement entre plusieurs métiers : serveur à midi, coach sportif l’après-midi et DJ le soir, bénévole au premier rayon de soleil, consultant la journée, et ébéniste le soir… Les profils atypiques se multiplient. Par nécessité ou par envie, les slashers cumulent.

On fait du SLOW WORK ici

Avec des intelligences artificielles toujours plus précises, performantes, rapides et qui n’hésitent plus à aller sur des territoires créatifs tels que la musique ou la publicité, beaucoup d’emplois se retrouvent menacés. La force de l’homme face à cette menace ? Sa lenteur qui lui permet de créer des collaborations fondées sur la confiance et l’échange.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.