Advertisement
premium2Advertisement
banniere1
banniere1
Un homme qui crie sur un fond bleu
© AaronAmat via GettyImages

Une étude montre que sur Internet, les masculinistes sont de plus en plus misogynes et violents

Le 19 févr. 2020

Un groupe de chercheurs s'est intéressé aux discours des masculinistes sur Internet. Et ce n'est vraiment pas réjouissant.

On savait déjà qu’Internet nous rendait cons. Hé bien, il contribuerait aussi à rendre les masculinistes encore plus misogynes et violents. Un groupe de chercheurs britanniques et américains s’est intéressé aux évolutions des discours des masculinistes sur Internet. Ils se sont plongés dans la manosphère, cet écosystème de la haine des femmes en ligne. Un monde empreint de violence et de rhétoriques anti-féministes.

Ces hommes qui détestent les femmes

Afin d’étudier les usages et comportements des masculinistes de notre temps, les chercheurs ont dressé une cartographie de la manosphère qu’ils qualifient de « conglomérat de communautés de niches ». Ils distinguent ainsi quatre grands groupes et courants :

Les MRA, pour Men’s Rights Activists

En réaction au mouvement pour les Droits des femmes, les MRA s’intéressent aux problématiques sociales qui touchent les hommes – droit de la famille, éducation des enfants – et aux institutions comme l’école, la santé, l’armée. Ils font pression pour faire changer les lois afin qu’elles respectent ce qu’ils considèrent comme leurs droits en tant qu’hommes.

Les PUA pour Pick-up artists

Le combat des PUA c’est la « féminisation des hommes » par la société actuelle. Ils considèrent que les femmes, et surtout les féministes, ont transformé les hommes en jouets dont elles peuvent disposer. Alors pour répliquer, ils s’attèlent à multiplier les conquêtes. Les moyens proposés par les PUA reposent sur l’objectification et le harcèlement des femmes. L’une de leurs techniques préférées : le negging, c’est-à-dire le fait d’insulter les femmes afin de faire baisser leur estime de soi pour les rendre plus accessibles.

Les MGTOW pour Men going their own way

Convaincus que la société est montée contre les hommes, les MGTOW préconisent de ne pas avoir de relation sérieuse avec les femmes. D’après eux, le système est impossible à changer, les moyens légaux ne sont donc pas envisageables pour faire respecter les droits des hommes spoliés par les femmes.

Les Incels pour Involuntary Celibates

À des années lumières de ceux qui revendiquent un célibat positif, ces célibataires involontaires se sentent rejetés par le sexe opposé. Obsédés par leur apparence, ils expriment souvent le désir de se faire du mal. Entre la haine de soi et l’apitoiement sur son sort, le résultat est toujours la haine des femmes. Groupe le plus extrême de la manosphère, la communauté des Incels prône la violence comme moyen de compenser l’injustice qui leur est faite.

Le tableau de base n’est déjà pas très joli. Mais l’étude montre que c’est de pire en pire.

Plus de masculinistes, plus de violence

Les chercheurs ont étudié l’évolution des forums masculinistes sur les 10 dernières années. Ils ont ainsi pris en compte les messages de sept forums dédiés, 57 subreddits (des mini-forums sur le réseau social Reddit) et de nombreux wikis (des sites collaboratifs sur lesquels renaissent les communautés masculinistes quand elles se font virer des réseaux sociaux classiques). Il y a donc de quoi faire.

Premier enseignement de l’étude : les courants les plus extrêmes ont le vent en poupe alors que les plus « modérés dans leur anti-féminisme » perdent des membres. Les groupes plus anciens comme les MRA ou les PUA s’effacent au profit des plus violents MGTOW et Incels.

Et ce n’est même pas le pire. Non seulement, les groupes les plus extrêmes et violents concentrent l’essentiel de la manosphère mais ils deviennent eux-aussi plus toxiques qu’auparavant. Afin de conduire leur étude, les chercheurs ont utilisé un outil développé par Google appelé Perspective. Grâce au machine learning, Perspective repère des mots-clés et leur importance dans les forums étudiés et établit un score de toxicité. Et l’étude montre que ce score est en hausse parmi les groupes en croissance.

Un phénomène incontrôlable pour les réseaux sociaux

C’est de pire en pire et difficile pour les réseaux sociaux d’endiguer le phénomène. Un article du MIT Techonology Review rappelle que Reddit a fermé le subreddit R/Incels en novembre 2017 mais que quelques jours plus tard, il est revenu sous la forme du subreddit r/braincels (qui a été fermé deux ans plus tard). Le réseau social a également « mis en quarantaine » le r/MGTOW. Les utilisateurs qui s’y intéressent reçoivent un message les avertissant du caractère dangereux du forum et ils doivent confirmer leur adresse mail avant d’y accéder. En revanche, le subreddit r/MGTOW2 et ses 13 800 abonnés vont bien, merci pour eux.

Alice Huot - Le 19 févr. 2020
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Oui enfin je ne suis pas sûr que des féministes misandres qui se complaisent dans la haine du masculin soient en mesure de faire des leçons de morale aux "masculinistes".

  • Un article diffamatoire comme on les aime 🙂
    Pas foutu de citer UN SEUL élément à charge, on est dans le sophisme de bas étage, jusque dans les commentaires où faire remarquer la haine des hommes palpable de l'auteur est une preuve que les hommes sont violents.
    Pourquoi ne pas avoir fait appel à google pour évaluet la toxicité des féministes? Il m'a suffit de montrer deux trois tweets a des amies ex féministes pour leur faire fuir ce camps: appel au meurtre des hommes, appel à la castration des enfants de 10 ans, diffamation en appelant TOUS les hommes des violeurs.
    Vous êtes féministe mais honnête et quelqu'un de bien? Je vous suggère l'expérience suivante: allez dans un groupe MGTOW et appelez au meurtre des femmes, allez ensuite dans un groupe féministe et faites de même avec les hommes.
    J'ai voulu démontrer celà à ma femme, j'appelai au meurtre des hommes en me faisant passer pour une féministe, et elle me répondait que j'étais violent et qu'on a besoin les uns des autres pour vivre. Elle a été bannie et moi encensé par une vingtaine de membres.
    Expérience aussi distrayante que terrifiante. La violence ne vient pas des hommes.