tramway sponsorise par coca cola

Les entreprises sont-elles prêtes à se substituer à l'État ?

Le 30 janv. 2018

Déçus par la puissance publique, une majorité de Français pense que les entreprises devraient s’engager plus largement sur le chômage, l’égalité femme-homme ou encore l’insertion des jeunes…

La France prend un virage plus libéral si l’on en croit les résultats de l'« Observatoire des marques dans la cité », sondage réalisé par l’agence Havas Paris qui a été rendu public le vendredi 26 janvier. Une majorité de Français compte maintenant sur les entreprises pour assumer un rôle autrefois dévolu à l’Etat : réguler le chômage, assurer l’égalité hommes/femmes ou encore s’impliquer pour favoriser l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi.

D’après l’étude, les Français jugent l’engagement des sociétés indispensable, et estiment qu'il pourrait permettre d’amorcer de véritables transformations culturelles.

L'entrée des marques en politique

86 %
86% des Français estiment « qu’une entreprise peut tout à fait se comporter de manière responsable et éthique, tout en gagnant beaucoup d’argent.
80 %
80% des personnes interrogées pensent que « ce sont les entreprises qui se comporteront de manière éthique et responsable qui réussiront le mieux économiquement ».
61 %
61% des sondés ont l’impression « que les entreprises sont à la fois de gauche et de droite ».

Une légitimité limité

Si la population hexagonale voit désormais les entreprises comme des acteurs politiques, celles-ci ne sont plus considérées comme crédibles seulement sur les sujets économiques.
66 %
Pour 66% des individus sondés, les entreprises ont un plus grand rôle à jouer que les États dans la lutte contre le chômage.
62 %
Ils sont 62% à le penser pour ce qui est de l'insertion des jeunes dans la société.
55 %
Les entreprises sont également vues comme plus efficaces dans la lutte pour la parité, selon 55% des Français.
49 %
Ils ne sont « que » 49% à croire à leur engagement contre le réchauffement climatique.
L’État reste plus légitime sur d’autres thèmes comme l’accès à l’éducation (90%), le vivre-ensemble (68%), la laïcité (87%) ou encore l’intégration des populations immigrées (72%).

Ces résultats viennent soutenir une tendance déjà engagée depuis de longues années et formalisée avec la loi sur la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) qui oblige les entreprises à intégrer les préoccupations sociales, environnementales et économiques dans leurs activités et interactions.


Méthodologie : Étude réalisée (CAWI) du 3 au 8 janvier 2018 par CSA pour Havas Paris sur un échantillon national représentatif de 1 010 Français âgés de 18 ans et plus construit selon la méthode des quotas.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.