langues de Rolling Stones de toutes les couleurs et blabla

Connaissez-vous le « pseudo-profound bullshit » , ce baratin prétentieux qui envahit le monde ?

Les chercheurs étudient ce « baratin pseudo-profond » , discours incompréhensible mais qui vous en met plein la vue... pour mieux vous manipuler. Vous êtes prévenu·e.

« L'information n'est possible que dans une symphonie de beauté abstraite. » Vous trouvez que cette phrase n'a aucun sens ? Bravo, vous savez détecter un « pseudo-profound bullshit » . Sachez qu'il ne s'agit ni d'un gros mot, ni d'une invention du Gorafi, mais d'un domaine scientifique qui étudie le sens dans les discours sur l'art, la finance ou même l'entreprise. Les applications de son utilisation sont nombreuses (pour juger de la valeur d'une œuvre d'art par exemple) et parfois même décisives lorsqu'il s'agit d'acheter ou non un produit financier aussi bullshit que son discours. À l'heure de la crypto cata, c'est peut-être le moment de s'y mettre.

Le « pseudo-profound bullshit » pour passer pour un savant

Ce domaine a beau être tout récent, il déchaîne les passions. Les psychologues veulent comprendre pourquoi nous considérons profondes des déclarations totalement dénuées de signification. Le philosophe contemporain Harry Frankfurt est le premier à s’y être intéressé. En 2005, il publiait On Bullshit, à traduire par « De l'art de dire des conneries » . « L'essence de la connerie n'est pas qu'elle est fausse mais qu'elle est bidon. » Le philosophe Gerald Allan Cohen complète cette définition radicale en y ajoutant le concept d' « opacité inclarifiable » . Autrement dit, quels que soit vos efforts pour comprendre un bon gros bullshit pseudo-profond, le discours demeurera dénué de sens. L'objectif n'est pas de dire de mentir, mais de donner l'impression que ce que l’on dit est important et difficile à comprendre.

Pour bien comprendre de quoi on parle, voici quelques exemples générés grâce à Deepak Chopra quote generator : le secret de l'univers est la continuité des choix éphémères ; la culture transforme subtilement les réseaux neuronaux ; la toile de la vie interagit avec d'innombrables silences. Toute ressemblance avec des pitchs de startupers, de patrons de la tech ou de crypto-optimistes est évidemment purement fortuite. N'hésitez pas à générer votre bullshit pseudo-profond en cliquant sur le site.

De l’art de faire du fric avec du bullshit 

De nombreuses études se sont attachées à comprendre les facteurs qui conditionnent notre fascination pour le bullshit pseudo-profond. Les chercheurs ont découvert que les personnes qui y sont sensibles ont tendance à avoir une intelligence verbale plus limitée et moins approfondie. Elles sont aussi plus enclines à être conspirationnistes et à croire les fake news. Dans le domaine de l'art, l'étude « Bullshit makes the art grow profounder » menée en 2019 a mis en lumière le fait que d'apposer un titre de pseudo-bullshit sur une œuvre d'art abstraite générée par une IA ( « L'indéfinissable singularité de la souffrance » ) lui donnait plus de valeur, surtout aux yeux de personnes qui n'y connaissent pas grand-chose, qu'une œuvre avec un titre plus descriptif ( « assemblage de couleurs » ) ou sans titre du tout.

Les pieds sur terre

Une étude qui vient d'être publiée dans le Journal of Behavioral and Experimental Finance a mis en lumière que le pseudo-bullshit fonctionne très bien dans le domaine de la finance. Des chercheurs ont demandé à des cobayes de déterminer, parmi des phrases qui leur étaient proposées, lesquelles étaient vraies et lesquelles étaient fausses. Certaines avaient été générées automatiquement par MakeBullshit.com. Amusant, les plus susceptibles de se faire duper étaient... les jeunes hommes aux revenus élevés qui étaient « trop sûrs de leurs connaissances financières » . Les personnes plus âgées étaient mieux à même de détecter les « conneries » . Et les femmes plus âgées, aux revenus plus faibles, peu sûres d'elles au sujet de leurs connaissances financières, avaient un meilleur « détecteur à bullshit financier » .

« Le fait que le niveau d'éducation ne soit pas corrélé à la sensibilité aux mensonges financiers pourrait indiquer qu'il est plus important d'avoir une intelligence pratique lorsqu'il s'agit de détecter et de distinguer les mensonges financiers » , analysent les chercheurs. Comme quoi...

Source : Big Think, Slate

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.