Des conteneurs sur un cargo

Ce colis que vous attendez désespérément est peut-être au fond de l’océan

© Rinson Chory via Unsplash

Inutile de blâmer les services postaux ! En quelques mois, le nombre de containers disparus en mer a explosé. Et ça n'est pas bon signe pour la santé de nos océans.

Pandémie et mesures sanitaires obligent, le commerce en ligne a explosé depuis un an. Mais tous les colis n’arrivent pas à bon port. Littéralement. À cause d’embouteillages dans les ports nord-américains, Nike n’a pas pu acheminer correctement ses colis à ses clients. Résultat : une baisse des ventes de 10,4% en Amérique du Nord sur le premier trimestre 2021 comparé à 2020. Mais dans certains cas, les colis ne sont pas bloqués à cause d’un embouteillage de conteneurs. Ils se retrouvent tout simplement au fond de l’océan.

Sous l’océan, sous l’océan

2 980. C’est le nombre de conteneurs perdus en mer depuis novembre 2020. D’après un rapport du World Shipping Council, c’est plus que le nombre moyen de pertes annuelles entre 2008 et 2019. Et tout ça en seulement six incidents. Le mauvais temps est principalement mis en cause par les compagnies de cargo. Mais cette augmentation dramatique s’explique aussi par une forte augmentation des importations aux États-Unis - +30% en décembre 2020 par rapport à 2021. Une tension qui engendre un déséquilibre des containers disponibles dans le monde : trop de boîtes vides dans les ports américains et pas assez dans ceux d’Asie. De vieux conteneurs, plus à même d’être défectueux, sont donc utilisés pour combler le manque et tandis que d’autres sont surchargés pour répondre à la demande.

La « décennie de l’océan » commence mal

En quelques mois, les fonds marins du Pacifique ont donc accueilli des vêtements pour enfants, des aspirateurs, des sacs à main, et au moins 150 000$ de crevettes congelées, indique Wired. Le plus impressionnant des accidents – celui du ONE Apus en décembre 2020 – a conduit à la perte de 1 816 conteneurs dont 54 boîtes qui contenaient des feux d’artifice, huit remplies de batteries et deux autres d’éthanol, rapporte le Journal de la Marine Marchande. Alors que vient de s’ouvrir la « décennie de l’océan » , il apparaît plus urgent que jamais de s’intéresser à l’impact écologique de l’e-commerce sur les fonds marins.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.