premium 1
premium 1 mobile
deux femmes posant sur une chaise, les jambes en l'air, en robes et bottes

Diet Prada : les justiciers d’Instagram qui veulent sauver la mode

Le 23 mai 2018

Question coups bas, la mode n’est pas en reste. Tout est permis pour rester dans la course ! Les enseignes de fast fashion copient les maisons de luxe, les marques n’hésitent pas à piller le travail de petits designers, d'autres s’inspirent un peu trop largement de ce que fait le voisin… Le compte Diet Prada épingle sans vergogne.

Près de 500 000 abonnés sur Instagram et l’ambition affirmée d’afficher tous les copycats de la planète mode : le compte Diet Prada affole. A l’origine du projet, deux designers en freelance, Tony Liu et Lindsey Schuyler. Ces deux Américains n’hésitent pas à mettre la honte aux marques qui s’approprient les styles pensés par autrui. Tout le monde y passe !

Kim Kardashian qui s’inspire allègrement de Comme des Garçons pour sa ligne de vêtements pour enfants…

Target qui vole carrément l’illustration de l’artiste mexicain Felix D'Eon

… ou Topshop qui se dépêche pour dépasser Louis Vuitton

Ça pourrait être innocent – mais non. Parmi les abonnés, on retrouve de beaux noms : Naomi Campbell, Gigi Hadid… de quoi faire réagir les honteux qui se font épingler, à l’instar de Kim K. qui a préféré parler d’ « hommage » que de copie… On comprend pourquoi.

Mais pour Lindsey Schuyler, ce type de pratique n’est pas sans conséquences, notamment pour les petites marques. Comme elle l’explique au Guardian, ça peut même carrément ruiner un business… Tony Liu renchérit : Diet Prada permet « d’aider les petites entreprises qui n’ont pas les ressources pour attaquer les grosses en justice ».

Pour y parvenir, les deux acolytes utilisent des outils de reconnaissance visuelle et des tonnes d’archives. Le Guardian rapporte que Tony Liu et Lindsey Schuler misent sur la crainte d’être épinglé publiquement pour éradiquer les travers de la mode – mais pour cela, il faut que les consommateurs prennent aussi leurs responsabilités et arrêtent d’acheter des produits bon marché : pour celles et ceux qui n’ont pas les moyens, il faut privilégier le vintage au low cost. « Prendre le temps de comprendre ce qui fait la qualité d’un produit peut aider les gens à faire de meilleurs choix ».

Dans cette quête de justice, Diet Prada ne perd pas le nord et a lancé sa propre marque de produits dérivés. Victime de son succès, elle enregistre de nombreuses ruptures de stock pour les vêtements estampillés Kim des Garçons
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.