habillage
Immeubles couleurs futur
© Simone Hutsch via Unsplash

Cinq exemples réussis de design durable en smart city

Le 7 janv. 2020

En 2050, deux tiers de l’humanité habiteront dans les villes, soit environ 2,5 milliards de plus qu’aujourd’hui. Face aux enjeux environnementaux et sociétaux d’une telle concentration, que peut apporter le design durable ?

« Que faire face à l’urgence écologique ? Comment œuvrer à une société plus inclusive ? Comment en somme servir la vie ? Telles sont les questions qui importent désormais plus que toutes autres. » Dans une tribune publiée début décembre dans le journal Libération, des professionnels du design ont rappelé le rôle premier du design : partir des besoins pour mieux servir l’usager ou le citoyen. Et concrètement, dans la ville cela donne quoi ?

Des lampadaires intelligents pour faire des économies d’énergie

Une des adaptations du design aux enjeux environnementaux se retrouve par exemple dans des lampadaires intelligents qui se déclenchent en fonction de la présence d’un piéton ou l’arrivée d’une voiture. Ce dispositif installé à Toulouse par exemple, permet d'économiser 68 % d'énergie et même jusqu'à 85 % en zone rurale. D’autres innovations, pas encore déployées, comme le projet eXtimité, conçu par Technilum avec le concepteur lumière Roger Narboni, permettent d'éclairer une place, de porter des instruments de mesure environnementale, des détecter une présence et encore de mesurer le trafic, le tout en simultané. « L’important est de comprendre comment le numérique va aider les futurs quartiers, habitants et entreprises, à mieux s’implanter. Mais aussi à aider les collectivités à mieux faire du design urbain, de l’aménagement et de l’urbanisme », nous informe Marc Daumas, vice-président smart city de la Smart Buildings Alliance.

Un éclairage piloté par les citoyens (ou presque)

D’ici 12 ans, Angers vise l’installation de 50 000 capteurs dans toute la ville, de 30 000 lampadaires en led et 5 000 armoires électriques, le tout connecté, afin de permettre un pilotage plus fin de l'éclairage à l'échelle de la ville ou d'un quartier. « L’avantage est aussi de permettre aux citoyens via des applications de reporter un éclairage qui ne fonctionne plus et de le faire réparer directement, tout en l’informant ensuite que cela a été fait, et grâce à lui », se réjouit Marc Daumas.

Des espaces polyvalents qui s’adaptent à l’usage

Le tout numérique oui, mais n’oublions pas l’utilisation d’un design plus traditionnel qui permet aux habitants de vivre plus en harmonie avec leur ville. En habitant tout d’abord un écoquartier, comme le quartier de BedZED, à Hackbridge en Angleterre, qui fait office d’exemple pour la conception de quartiers durables. Designé pour être neutre en émission carbone, BedZED produit autant d’énergie que ses habitants en consomment. Mais aussi en côtoyant un parc urbain, comme celui de SuperKilen à Copenhague, qui permet aux habitants de se retrouver autour de trois zones : air de jeux (avec des balançoires provenant d’Irak), « salle de séjour urbaine » et parc vert. Le projet a d’ailleurs permis de redynamiser le quartier de Nørrebro.

En France l’urbanisme joue sur plusieurs plates-bandes : le vélo park de Marion Steinmetz, vainqueur du prix du design durable est un mobilier urbain qui fait office de parking à vélo, de banc, de bac à plantes et de poubelle. Il a d’abord été fabriqué avec des produits recyclés puis en acier, plus écolo pour une fabrication industrielle.

L’importance de repenser l’urbanisme

À l’heure du tout connecté, l’urbanisme est passé au crible pour mieux s’adapter aux besoins des citoyens. À la façon d’un scanner, le CIM (City Information Modeling), permet de soulever ces problématiques. « Le CIM permet de cartographier la ville : le sol, les infrastructures, et même les réglementations », nous informe Marc Daumas. Une méthode qui permet de repenser l’espace urbain et de (pré)voir ses contraintes, sans oublier d’y inclure du durable. Ce qui a d’ailleurs été appliqué pour l’aménagement du quartier de Charenton-Bercy dans le cadre du Grand Paris, afin de transformer le site en un quartier innovant et durable.

Vincent Thobel - Le 7 janv. 2020
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.