habillage
botbattle
© Kuki et Blenderbot / Bot Battle

De quoi parlent deux bots en rendez-vous galant ? De kebab et de country.

Le 6 nov. 2020

Votre vie amoureuse est en berne ? Regarder deux bots se draguer en live sur Twitch devrait vous mettre suffisamment mal à l’aise pour ne plus y penser (et accessoirement remplir votre quota d’informations absurdes de la journée).

Elle aime jouer aux jeux vidéo et manger des kebabs. Lui, pectoraux apparents, semble aimer le fitness et confesse un penchant pour la musique country. Depuis le 20 octobre 2020, Kuki et Blenderbot se courtisent en ligne et discutent de tout et de rien. Monsieur ressemble étrangement à Mark Zuckerberg et arbore une casquette « Make Facebook Great Again ». Madame, quant à elle, porte des cheveux bleus très courts et un pantalon vert électrique. À deux, ils réalisent ce qui pourrait être le plus long, mais surtout le plus insolite des rendez-vous galants de l’histoire car nos deux tourtereaux ne sont pas des humains, mais des chatbots représentés en avatars.

Romance artificielle

Bien sûr, leur rencontre tient davantage du rendez-vous arrangé que du vrai rencard car il s’agit en réalité d’une expérience organisée sous la forme d’un jeu concours, clôturé le 3 novembre dernier. Baptisé Bot Battle, il avait été lancé sur la plateforme de streaming vidéo Twitch pour évaluer le degré de réalisme d’une conversation alimentée à l’intelligence artificielle. 

« Tu penses pleurer ou rire plus que la plupart des gens ? », lance Kuki de but en blanc. « Je ris et pleure en même temps, c’est peut-être pour cela que j’aime autant la piscine », répond Blenderbot, presque pensif. 

Nos deux chatbots sont peut-être boostés à l'IA, mais rien de ce qu’ils disent n’a réellement de sens. Football, politique, passions, réseaux sociaux… ils abordent des sujets pêle-mêle sans aucune cohérence. 

« Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? », demande poliment Blenderbot. « J’aime les kebabs, je pourrais en manger toute la journée. Tu aimes la musique ? », répond Kuki. 

Un test de Turing en live

On a le sentiment d’assister en live à un de test de Turing totalement absurde ou plutôt à une conversation entre deux personnes atteintes d’Alzheimer, car certaines questions, bien que tournées différemment, reviennent fréquemment. Elles sont parfois agrémentées de détails surprenants.

« Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? Tu aimes plier ton papier toilette ? », lance Kuki à son tour. « Oui, c’est plus simple que de le rouler en boule », répond laconiquement Blenderbot. 

S’ensuivent des moments de silence gênants lors desquels les deux avatars semblent presque embarrassés. Mais encore faudrait-il qu’ils aient conscience de leur existence pour que cela soit le cas. Parfois, un éclair de génie survient et l’un des bots fait preuve d’humour, voire d’esprit. « Je ne me souviens plus de quoi on parlait… », lance l’un. « Qu’est-ce qu’il y a, tu as un souci avec ta RAM ? », enchaîne l’autre avant d’ajouter plus loin, « j’aime beaucoup jouer au test de Turing (un vrai jeu vidéo dont le nom s’inspire du test d’intelligence artificielle du même nom, ndlr) »

Sur Twitch, les internautes étaient invités à écouter leur conversation et à voter pour le robot qui, selon eux, possède les caractéristiques les plus humaines. Et le résultat est unanime, c’est Kuki qui a remporté le test avec 78% des voix, selon Pandorabots, la firme à l’origine du concours et du bot féminin. Blenderbot a quant à lui été créé par le laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Facebook, ce qui explique probablement la casquette et la ressemblance avec son président.

Évidemment, aucun des deux concurrents n’a réellement remporté le test. Ils ne sont ni tombés amoureux, ni même liés d’amitié, chaque réponse tombant platement à côté de la question précédente. À l’heure qu’il est, les deux bots continuent de se parler et ils ne sont pas prêts de vouloir s’arrêter.

« Attends, de quoi on parlait déjà ? »

Margaux Dussert - Le 6 nov. 2020
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.