un homme derrière son micro

Kevin MacLeod, le compositeur le plus écouté au monde... inconnu du grand public

© LADN

Vous avez forcément entendu sa musique au moins une fois sur YouTube ou TikTok. Kevin MacLeod est sans doute le musicien le plus écouté au monde. Rencontre.

L’habillage sonore d’une vidéo ou d’un film est sans doute l’élément auquel on prête le moins d’attention. Il s’agit souvent d’une petite musique, voire même d’un effet musical censé souligner une situation ou lui donner une teinte émotionnelle supplémentaire comme dans cette merveilleuse vidéo de Glamouze.

Sans ces habillages, la plupart des vidéos YouTube, Instagram ou TikTok paraîtraient extrêmement fades. Et si vous avez passé suffisamment de temps sur ces plateformes, vous vous êtes peut-être rendu compte que la plupart des créateurs utilisent les mêmes musiques encore et encore. La raison est simple : ils utilisent tous des sons libres de droits, extraits de la même base de données qui compte plus de 2 000 morceaux de musique totalement gratuits. Ce site s’appelle Incompetech.com et il a été créé par un compositeur dont vous n’avez probablement jamais entendu parler : Kevin MacLeod. Malgré son relatif anonymat, il est sans doute le musicien le plus écouté de ces dix dernières années.

Best of Kevin MacLeod

Parmi les tubes immémoriaux de Kevin Macleod, on peut citer Monkeys Spinning Monkeys qui permet de combler les monologues amusants.

Il y a aussi Sneaky Snitch, invariablement utilisé à chaque fois qu’un youtubeur prépare un prank.

L’hymne international des morning routines n’est autre que Carefree, un morceau qu’il est impossible d’imaginer sans un énorme « Salut les loulouttes » lancé par une influenceuse.

Il est impossible de chiffrer le nombre de fois que ces musiques ont été utilisées sur YouTube, la plateforme ne donnant pas ce type de données. On pourrait tenter de l'estimer. Mais quand on demande combien de téléchargements compte son site, Kevin se marre. « Vous pensez que les gens ont besoin de savoir ça ? Franchement, je n’en sais rien, je ne regarde pas vraiment les statistiques. »

« À mort les copyrights »

Pas vraiment intéressé par les chiffres de téléchargement de ses sons ? Kevin MacLeod est très clair sur ce point. Pour lui, la création doit circuler librement. « Je suis sans doute le premier à avoir mis de la musique gratuite en ligne. À l’époque, si vous vouliez trouver de la musique libre de droits pour accompagner vos productions, il fallait acheter des CD qui coûtaient parfois des centaines de dollars. Certains créateurs n’avaient pas vraiment les moyens de se les payer et parfois ces CD n’étaient pas vraiment utiles pour le type de contenus que vous comptiez faire. Je me suis dit que ça serait une bonne idée pour plein de gens si je donnais ma musique à tout le monde. Personne n’était sur ce créneau, je me suis donc glissé dedans. » Depuis, il compose toujours sur commande, et encore gratuitement. La musique de Kevin se retrouve ainsi dans plus de 3 700 films (d’après la base de données IMDB) et plus d’une centaine de jeux vidéo.

Notre compositeur est aussi très échaudé par le concept même de droit d’auteur. « Au début de ma carrière, je pensais que les copyrights avaient une certaine utilité, confesse-t-il. Je n’étais pas ce militant radical anti-droit d’auteur que je suis devenu. Mais j’ai pas mal changé d’avis depuis la création d'Incompetech. Maintenant je pense que c’est totalement inutile et que c’est même un poids mort pour la création. Il faut s’en débarrasser. » Comment Kevin MacLeod est-il arrivé à cette conclusion ? D’après lui, la méthode consistant à donner son art gratuitement tout en incitant fortement les gens à le créditer et donc à voir son nom circuler de plus en plus suffit à générer des revenus. « En fait, il faut se dire qu’il existe des gens qui veulent quand même payer pour mon travail, même si je ne demande rien en échange. Il y en a aussi qui payent pour ne pas mettre mon nom en crédit, mais ce n’est pas la grande majorité (sur le site, il est effectivement possible de payer une vingtaine de dollars par morceau pour ne pas avoir à créditer le musicien, NDLR). Certains veulent juste me soutenir ou me faire des dons. J’ai aussi un peu de revenus publicitaires venant de mon site web. Vous utilisez sans doute un bloqueur de pub du coup vous ne le voyez pas, mais ça génère quand même de l’argent. »

Le Thanos de YouTube

Si le nom de Kevin MacLeod circule donc dans les milieux de l’industrie du cinéma, des jeux vidéo et des vidéastes du web, il reste pour ainsi dire un parfait inconnu aux yeux du grand public. Mais à l’écouter, ça l’arrange plutôt bien. « Je ne suis pas connu pour une raison très simple : je ne parle pas sur les réseaux sociaux. Je ne fais pas de live, je ne demande à personne de m’aider sur Patreon, je ne leur demande pas de joindre ma mailing list, je ne sais même pas si ma mailing list est active. Les gens qui me suivent me suivent. Et j’adore. Je n’ai été reconnu qu’une seule fois dans la rue et c’est très bien comme ça. »

Et s’il décidait un jour de monétiser sa production ? Kevin MacLeod part dans un véritable fou rire. « Je serais instantanément la personne la plus détestée au monde, indique-t-il. Je ne sais pas combien je me ferais par jour. 40 ou 50 millions de dollars par jour, quelque chose comme ça… C’est un peu comme si je possédais le "kill switch" de YouTube. Mais je vous rassure, je n’appuierai jamais sur ce bouton. »

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.