habillage
premium1
des doigts enduits de peinture
© Sharon McCutcheon via Unsplash

On a oublié d’être heureux au bureau et l’art pourrait bien nous aider à y remédier

Le 3 juill. 2019

Open space, flex office, clean desk, desk sharing… le grand chambardement des espaces de travail a fait un grand perdant : le bien-être. Selon Artwork in promess, société de commande d’art pour entreprises et particuliers, la création artistique pourrait bien y remédier.

Développement de la créativité, libération de dopamine, réduction des risques de souffrances psychologiques… l’art peut nous rendre heureux, et ce n’est pas du charlatanisme ! Selon une étude publiée dans le British Journal of Psychiatry, nous avons même 32 % de risques en moins de tomber en dépression en allant au cinéma, au théâtre ou au musée plusieurs fois par an. Un chiffre qui grimpe à 48 % pour ceux qui s’y rendraient une fois par mois ou plus. Au Canada, le constat est pris très au sérieux. On prescrit même des « ordonnance muséales » pour traiter les douleurs physiques et morales de certains patients. Même Henry Matisse rêvait d'un art qui délasse et soulage l’esprit des citoyens, rappelle Adeline Cubères, cofondatrice d’Artwork in promess - en particulier celui des travailleurs…

Ce que je rêve, c'est un art d'équilibre, de pureté, de tranquillité, sans sujet inquiétant ou préoccupant, qui soit, pour tout travailleur cérébral, pour l'homme d'affaires aussi bien que pour l'artiste des lettres, par exemple, un lénifiant, un calmant cérébral, quelque chose d'analogue à un bon fauteuil qui délasse de ses fatigues physiques. 

Mais au bureau, c’est une autre histoire. Par souci de productivité et de flexibilité, le bien-être est souvent relégué au second plan.  

L’urgence de la « sérénité » au travail

« À l’heure de l’open space, du flex office, du clean desk ou encore du desk sharing, on a totalement dépersonnalisé le lieu de travail », se désole Adeline Cubères lors d’une conférence sur l’importance de l’art en entreprise. Pourtant, sublimer son intérieur et y développer un réel sentiment d’appartenance est fondamentalement humain, rappelle la jeune femme. En particulier quand stress et peur du burn out pèsent sur le moral des troupes. Selon un baromètre datant de 2019, 38% des salariés français estiment ressentir souvent du stress au travail, un taux qui atteint les 41% chez les salariés du tertiaire. De même, 36% des Français affirment aussi avoir déjà fait un burn out au cours de leur carrière selon une enquête du CFDT.

À l’inverse, un autre rapport dévoile que 89% des salariés français sont plus motivés quand leur employeur prend en considération leur bien-être physique et psychique au travail. 90% des collaborateurs pensent aussi que la qualité de vie au travail contribue à la performance de l’entreprise. Enfin, 70% des salariés estiment que l’aménagement de leur lieu de travail favorise leur performance.

Bien-être au travail, un job pour l’art ?

Adeline Cubères émet alors l’hypothèse que les espaces ont un rôle à jouer. Lorsqu’il fait partie intégrante de l’environnement de travail, l’art peut assurer la réduction du stress et de la fatigue et susciter l’éveil de la créativité. Un constat qu’elle associe au courant de la biophilie, une façon de repenser l’habitat en y ajoutant des éléments qui évoquent ou sont issus de la nature. « L’objectif du lien visuel avec la nature est de fournir un environnement qui aide l’individu à détourner son attention afin de reposer ses muscles, d’atténuer la fatigue cognitive et ainsi réduire le stress, explique-t-elle. Avec une œuvre d'art qui représente cette nature, le procédé fonctionne aussi. » Un constat que corrobore un dossier sur le « design biophilique ». « D'après les recherches, les connexions symboliques à la nature semblent avoir un effet presque aussi important sur les personnes qu’un lien direct avec elle : c'est le cas avec des fresques, peintures, photographies empreintes de nature et de paysages par exemple. »

Le choix des couleurs compte

Que vous songiez à lancer une exposition thématique, une collection d’entreprise ou simplement à installer un patio arty dans vos locaux, les choix créatifs comptent, surtout en matière de couleurs. Plusieurs experts démontrent en effet qu’elles peuvent avoir une incidence sur nos comportements. S’appuyant sur différentes recherches, Le Temps révèle que « travailler dans un environnement coloré augmente la productivité ». À l’inverse, des bureaux aux murs blancs et sans couleur prononcée pour le mobilier sont mauvais pour la concentration. Pire, dans certains cas, les salles de travail blanches peuvent provoquer une fatigue à long terme chez l’employé, préjudiciable à sa performance. »

En matière d’apprentissage, l'orange, le vert-jaune et le bleu ciel sont conseillés. La couleur bleue est quant à elle réputée pour stimuler la créativité. Reprenant à son compte les propos du designer et écrivain Jean-Gabriel Causse, Adeline Cubères ajoute que les couleurs froides ont aussi des vertus apaisantes. « Celles-ci stimulent le corps pour réduire la pression artérielle, le pouls et le rythme respiratoire… des actions essentielles à la relaxation. Elles augmentent aussi la créativité, tout comme le rose ! »

Commentaires
  • Bonjour Madame,

    Vous avez entièrement raison
    Soyez remerciée de votre article enthousiaste quant aux bienfaits extraordinaires de l’art et de la beauté sur l’humain.

    Nous pourrions œuvrer ensemble pour nourrir et embellir les espaces des mondes industriels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.