premium 1
premium 1 mobile
Michael Jackson sur un cheval
© Kehinde Wiley

Au Grand Palais, Michael Jackson fricote avec les grands de l’Histoire de l’art

Le 21 nov. 2018

Explorant l’impact de Michael Jackson sur les artistes des années 80 à aujourd’hui, l’exposition « On the Wall » slalome entre les médiums (peinture, vidéo, photo, performance) et fait flirter l’héritage de la star avec les grands noms de l’Histoire de l’art. Ouverture le 23 novembre !

Au Grand Palais, on sentirait presque le spectre de Michael Jackson planer au-dessus des œuvres qui lui rendent hommage. À travers le regard d’une quarantaine d’artistes des années 80 à aujourd’hui, l’icône pop réaffirme son héritage culturel près de 10 ans après sa mort. Comble de la nostalgie, on entend même ses tubes résonner dans les couloirs du musée…

Andy Warhol Michael Jackson

© The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. / Licensed by Adagp, Paris, 2018

Premier artiste noir à avoir connu une ascension aussi fulgurante par sa médiatisation, Michael Jackson a également été l’une des personnalités les plus représentées en arts visuels. D’Andy Warhol en 1982 au photographe surréaliste David Lachapelle qui parle de lui comme d’un « Jésus moderne », ils sont nombreux, comme le public, à ériger la star au rang d’icône culturelle, sociale et politique. Des plus mégalos aux plus anachroniques, leurs œuvres tentent de décrypter l’aura teintée de mystère qui entoure le personnage et dépassent largement le cadre de la musique et de la danse. De l’enfant-star à la célébrité mondialement adulée, on comprend que Michael est aussi devenu Michael à travers le regard, fasciné, d’un grand nombre de créateurs…

Jésus Michael Jackson

© David LaChapelle

Baudelaire, Rubens, Lully, Jérôme Bosch… une idole populaire au pays de l’Histoire de l’art

Michael Jackson sur un cheval

© Kehinde Wiley/avec l’aimable autorisation de la Galerie Stephen Friedman, Londres et de la Galerie Sean Kelly, New York

Une chose frappe durant l’exposition et c’est bien la variété de références à l’Histoire de l’art, associées ou juxtaposées à l’héritage de la star. Et la première salle du parcours annonce déjà la couleur. Sur un pan de mur entier, on découvre le dernier portrait commandé par Michael Jackson en 2009, juste avant sa mort. Réalisé par l’artiste Kehinde Wiley et baptisé « Portrait Équestre de Philippe II (Michael Jackson) », le tableau est une réplique de celui de Paul Rubens, peint en 1628. Jouant avec les grands classiques de l’Histoire de l’art, Kehinde Wiley cherche à replacer l’Homme noir au cœur de l’histoire, un combat que l’on n’a eu de cesse d’attribuer au Roi de la Pop.

danseuse

Via © Raphaëlle Delaunay et Jacques Gamblin / Rmn-Grand Palais 2018

Plus loin, c’est sur La Marche pour la cérémonie des Turcs de Lully que performe la chorégraphe et danseuse française Raphaëlle Delaunay. Dans un film réalisé par Jacques Gamblin, elle conjugue techniques de danse classique et mouvements façonnés par Michael Jackson pour livrer une prestation aussi poignante qu’anachronique. 

Combinant les thèmes de la pop culture aux techniques classiques de la peinture, l’artiste Mark Ryden revisite quant à lui la couverture de l’album « Dangerous » qu’il avait réalisée pour la star. Incrustée dans un cadre d’or, elle s’inspire de sources artistiques variées telles que « Le Jardin des délices » de Jérôme Bosch (début du XVIème siècle) ou le Napoléon Ier peint par Ingres en 1806.

pochette album dangerous Michael Jackson

© Mark Ryden 

À l’issue de l’exposition, on retrouve le poète Charles Baudelaire dont la figure est associée au chanteur dans une série de photos en diptyques. Pris à des moments équivalents de leur carrière et dans des poses étonnamment similaires, les clichés immortalisent pour de bon le « modernisme » au sein duquel ils se sont tous deux distingués. Émue par leur génie et leur humanité commune, l’artiste Lorraine O’Grady avait réalisé ces montages en pensant à leurs points communs, « la croyance de soi divine, la sexualité ambiguë, la dévotion fanatique pour la création, les drogues, l'aspiration à la grandeur, les vêtements flamboyants et le maquillage… ».

 

« Michael Jackson : On the Wall », au Grand Palais du 23 novembre 2018 au 14 février 2019.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.