De gamers à photographes virtuels :  ils font des jeux vidéo un fantastique safari-photo

De gamers à photographes virtuels : ils font des jeux vidéo un fantastique safari-photo

© Petri Levälahti - Death Stranding (Kojima Productions / Sony Interactive Entertainment)

Petri, Sindy et Leonardo sont photographes virtuels. De leurs voyages en contrées numériques, ils rapportent des portraits d’avatars troublants et des paysages vertigineux. Ils racontent leur passion, entre amour des jeux vidéo et admiration sans borne pour leurs développeurs. 

Depuis la Suède, les États-Unis et le Brésil, Petri, Sindy et Leonardo ont un drôle de hobby en commun : la photographie de jeu vidéo ou photographie « in-game » . Au boulot comme sur leur temps libre, ces trois gamers chevronnés capturent les climax esthétiques de leurs jeux préférés grâce à leur mode photo intégré. 

De falaises baignées de soleil aux animaux sauvages, en passant par l’expression charismatique d’un avatar ou un paysage de fin du monde… il est parfois difficile de se persuader que leurs clichés ne nous viennent pas du monde réel.

L’un en a fait son métier en devenant screenshot capture artist pour le développeur de jeux EA DICE. La seconde est une passionnée qui se trouve être chercheuse en cybersécurité. Le dernier est quant à lui photographe de métier, mais ce coup-ci dans la vraie vie ! C’est dire si la pratique, sorte de « jeu à l’intérieur d’un jeu » , rassemble des profils variés. Portée par le photoréalisme toujours plus impressionnants de nouveaux titres, elle embarque de plus en plus de joueurs néophytes. Eux sont en revanche passés pros. Ils nous racontent. 

En plus de jouer aux jeux vidéo, pourquoi vous être mis à les photographier en parallèle ?  

Petri : Je réalisais des vidéos cinématiques de jeux... avant même la création de YouTube, si je me souviens bien. J'ai donc toujours aimé capturer les éléments d’un jeu d'un point de vue autre que celui de son intrigue. C’est plus tard, en 2014, que je suis tombé sur les captures d'écran de Battlefield 4 du développeur et photographe jim2point0. J’ai été complètement époustouflé par leur rendu. Je m’y suis essayé, et j’ai vite accroché. J'aime l'idée de capturer un jeu sous son meilleur jour – une prise de vue à la fois. J'aime aussi photographier des humains. Il n’y en a pas beaucoup dans ma vie personnelle, alors les jeux vidéo sont un bon substitut. 

Sindy : J'ai découvert la photographie virtuelle par hasard, après avoir commencé à jouer à Red Dead Redemption II. J’ai été tellement émerveillée par la beauté et les détails du jeu que j’ai voulu les capturer. Pour moi, la photographie in-game rend le jeu plus gratifiant et amusant, car j'ai toujours aimé la photographie. J'aime aussi m'arrêter et admirer le travail acharné des développeurs pour le montrer en photo, c'est tout simplement incroyable à quel point les jeux vidéo ont évolué ces dernières années !

Leonardo : J’ai toujours aimé prendre des captures d'écran de mes moments préférés en jouant, qu’ils soient amusants ou tout simplement beaux. Pour moi, c'est toujours ça : j’aime découvrir le monde virtuel qui m'entoure et dénicher des plans. Pouvoir penser, concevoir et composer une photo dans différents mondes est une des meilleures expériences qui soit...

J'ai toujours un million d’onglets ouverts, 25 combinaisons de raccourcis clavier différentes, un gestionnaire de tâches pour vérifier ma VRAM pour les hautes résolutions… En fait, une bonne partie du processus consiste à tirer le meilleur parti du jeu (...).

Petri Levälahti, alias @berduuu.

Combien d’heures passez-vous dans un jeu avant de vous mettre à le photographier ? Quel est votre mode opératoire en général ?

Petri : Je commence à shooter presque immédiatement, ça fait partie du jeu pour moi. Appréhender le « mode photo » , m’imprégner des environnements, observer la qualité des textures, les opportunités en termes de lumière… C’est comme un jeu dans un jeu. La première chose que je regarde, ce sont les personnages. Quel est leur niveau de détails ? Est-ce que leurs yeux bougent ? Que font-ils lorsqu’ils sont désœuvrés ou immobiles ? Je peux jouer à un jeu pendant une ou deux heures et déterminer pour quels types de prises de vue il est fait. Puis, je guette les opportunités. Quand je commence mes prises de vue, j’ai un million d’onglets ouverts, 25 combinaisons de raccourcis clavier différentes, un gestionnaire de tâches pour vérifier ma VRAM (mémoire vidéo) pour les hautes résolutions… En fait, une bonne partie du processus consiste à tirer le meilleur parti du jeu en termes de fidélité graphique et de nombre de pixels.

Sindy : Le processus est différent d'un jeu à l'autre. Parfois, il est difficile de faire une pause, alors je ne prends que quelques photos par session ou alors j'attends la deuxième partie du jeu pour prendre plus de photos. Parfois, je commence à shooter dès lors que je commence à jouer. Peu importe combien d'heures j’y passe, il y a toujours au moins une photo prise. La grande majorité de mes clichés ne sont pas prévus. J'aime jouer et attendre le moment parfait ; un personnage debout tapi dans l’ombre, ou qui marche dans un endroit magnifique à l'heure du lever du soleil… les images non planifiées sont les meilleures car elles offrent un rendu vraiment naturel.

Leonardo : Tout dépend de mes objectifs, de mon inspiration du moment. Prendre des photos dans un jeu est étroitement lié à l'expérience qu’on en a ! En général, je recherche des références et de l'inspiration sur Internet, je suis toujours impatient d'essayer de nouvelles choses, dans les jeux vidéo comme dans la vie réelle. 

Quels sont les jeux que vous préférez photographier ?

Petri : En général, j'aime les jeux où les personnages relèvent plus de l’humain que de l’IA un peu débile. Si vous connaissez le jeu, vous savez quand le mettre en pause et quels types de prises de vue fonctionnent. Pour un jeu en monde ouvert comme Ghost Recon Wildlands, on privilégiera des vues épiques en hauteur, comme le soleil frappant le sommet d’une montagne ou de la profondeur au travers de la lumière et des paysages. Pour The Last of Us 2, on ira chercher des visages, des regards, des animations uniques qui traduisent quelque chose d'humain – ce qui est très rare dans les jeux vidéo. Pour les jeux bénéficiant du « Ray Tracing » (une façon de calculer la trajectoire de la lumière qui rend les scènes plus réalistes, ndlr) – Watch Dogs: Legion et Cyberpunk 2077 par exemple – je recherche des éléments qui font écho au « réel » . Rien de spectaculaire. Cela peut être la lumière du petit matin qui se reflète sur un mur de béton, une carcasse de métal, le reflet d’une fenêtre, un bâtiment grisé par les nuages… La technique du Ray Tracing est la meilleure chose qui soit arrivée à la photographie virtuelle depuis un moment.

Sindy : Mon jeu préféré c’est Red Dead Redemption II. La beauté de ses paysages, les conditions météorologiques du jeu, rendent chaque scène unique. J’aime aussi Ghost Of Tsushima qui, je pense, possède l'un des meilleurs modes photos jamais créés. De manière générale, j'aime les titres qui me poussent hors de ma zone de confort comme Mortal Shell par exemple, qui a un super mode photo pour capturer son atmosphère sombre.

Leonardo : Les jeux en monde ouvert ou avec de grandes cartes sont parfaits. J'adore me balader et c'est comme ça que je m'entraîne aussi avec mon appareil photo argentique : interagir avec l'environnement, les objets, pour trouver des angles comme je le ferais dans la vraie vie.

La photographie de jeu vidéo n’est pas nouvelle, mais elle tend à devenir mainstream. Les confinements successifs ont-ils joué un rôle là-dedans ?

Petri : Ça permet de s’évader, de faire du tourisme virtuel et c’est vrai que ça devient une alternative à la vraie photographie lorsque l’on est coincé chez soi. Pour autant, je ne pense pas que la pandémie ait grand-chose à voir avec sa popularité. Non, je pense qu’il faut plutôt remercier (ou blâmer) Sony pour ses superbes modes photo. The Last of Us 2, Ghost of Tsushima, Spiderman, God of War... tous ces jeux ont incité des tas de nouvelles personnes à s’y mettre. C'est très accessible et facile maintenant.

Leonardo  : Beaucoup d'amis m'ont demandé des conseils pendant la pandémie. Ils ne sont peut-être pas devenus des experts en photographie, mais la pratique a indubitablement parlé au plus grand nombre, ce qui est fantastique !  

Qui sait ce que les nouvelles technologies peuvent apporter à une discipline qui ne peut pas être pratiquée dans la vraie vie ?

Leonardo Sang, alias @leopardsang.

Les photographe virtuels ne peuvent pas vendre leurs clichés, leur paternité étant attribuée aux studios de jeux. Comment aimeriez-vous voir évoluer la pratique ?  

Petri : C'est une pente glissante. Je ne pense pas que les studios permettront aux joueurs de vendre leurs clichés. En fin de compte, nous ne faisons que recadrer le travail de quelqu'un d'autre et nous ne devrions pas en tirer d'argent. Je détesterais voir des spéculations financières comme les NFT s’immiscer dans la pratique par exemple. Ce que j'espère en revanche, c’est que les personnages de jeux vidéo deviendront plus réalistes et dynamiques, inattendus, moins scénarisés. Je suis toujours étonné par ce que The Last of Us 2 a réussi à faire de ses personnages. À l’avenir, je pense que c’est ce réalisme qui pourrait rapprocher la photographie virtuelle de celle du réel. 

Leonardo : Peut-être que nous dépasserons les « sous-genres » de la photographie en monde réel. Qui sait ce que les nouvelles technologies peuvent apporter à une discipline qui ne peut pas être pratiquée dans la vraie vie ? J'espère que le mouvement continuera à se développer pour et dans toutes les communautés.

Sindy : Les silhouettes et le minimalisme, pour n'en nommer que quelques-unes, sont parmi mes tendances préférées en ce moment. Je pense que la photographie in-game est une forme d'art qui mérite d'être davantage reconnue. Je la vois attirer de plus en plus de monde chaque jour, même parmi les non-joueurs. Qui sait, nous pourrions même voir des galeries de photographie virtuelle un jour !


Suivre Petri, Sindy & Leonardo :

Sindy : @mesopotamian_meow
Petri : @berduuu
Leonardo : @the.vrp

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.