habillage
premium1
premium1
Un enfant artiste pose devant ses peintures
© Mikail Akar

La dernière lubie du monde de l’art est un petit génie de 7 ans

Le 10 janv. 2020

Surnommé le « mini Picasso » par la presse allemande, Mikail Akar, 7 ans, vend des tableaux à plusieurs milliers d’euros dans le monde entier. Vous avez aimé la banane scotchée au mur ? Vous allez adorer le gamin.

Non, les enfants youtubers ne sont pas les seuls à percer dans le star-system, même en 2020. En témoigne le succès fulgurant de Mikail Akar, jeune Allemand de 7 ans originaire de Cologne qui a réussi à conquérir le monde de l’art en seulement quelques années.

Un enfant presque comme les autres

Artiste-peintre depuis ses 4 ans, le jeune prodige aux cheveux hirsutes et à la bouille d’ange n’a toujours pas l’air de mesurer l’ampleur de son succès. Il joue, comme n’importe quel enfant de son âge, peint à ses heures perdues, même si « c’est fatigant », mais voudrait surtout, un jour, devenir footballeur.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Mikail Akar (@mikails_galerie) le

D’ailleurs, c’est son père qui gère ses petites affaires. Le prix de sa dernière toile ? 11 000 euros. Une somme récemment récoltée au profit d’une association pour les enfants et parrainée par Manuel Neuer, gardien star de l'équipe d'Allemagne de football.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Mikail Akar (@mikails_galerie) le

Plus « Jackson Pollock » que « Picasso »

« À seulement sept ans, il s'est déjà fait un nom dans le monde de l'art. Il y a de l'intérêt en Allemagne, en France et aux États-Unis », affirme son père, Kerem Akar, à l’AFP.

Il lui aura pourtant fallu du temps pour remarquer le talent de son fils dont les toiles, mouchetées et aspergées de jets de peinture, font davantage penser aux œuvres de Jackson Pollock qu’à celles de Pablo Picasso. Certains l'ont aussi fréquemment comparé à Basquiat. « Le premier tableau était fantastique, et j'ai d'abord pensé que ma femme l'avait peint. (…) J'ai pensé que c'était peut-être une coïncidence, mais après ses deuxième et troisième tableaux, il était clair qu'il avait du talent », conclut-il. 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Mikail Akar (@mikails_galerie) le

L'enfant, qui est considéré comme un prodige de l’expressionnisme dans le monde de l’art, se targue d'avoir développé son propre style : il applique des jets de peinture sur ses toiles muni... des gants de boxe de son père. Sur les réseaux sociaux et particulièrement YouTube et Instagram où il cumule déjà plus de 45 000 abonnés, l’artiste se met régulièrement en scène en train de peindre ses dernières toiles.

Après Cologne, il exposera pour la première fois de sa vie à l'étranger : à Paris, si tout va bien, au printemps 2020.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.