Le visage d'une felle asiatique divisé en plusieurs parte qui essaye de regarder plein de vidéo en même temps.

FOMO : sur YouTube vous pouvez regarder des films entiers en 10 minutes

© Everything Everywhere All at Once

L'hyper production télévisuelle rend impossible de tout voir. Du coup, des comptes YouTube font le plein de clics en résumant des films et des séries pour les internautes angoissés par la peur de manquer quelque chose.

« Une ville prise au piège par un dôme invisible devient une zone de non-droit », « Elle joue à un jeu pendant une heure et ne réalise pas qu’il s’est passé 20 ans dans la vraie vie », « Un homme riche retourne en 1850 à l’époque ou les hommes noirs sont toujours réduits en esclavage ». Sur YouTube, il vous est peut-être arrivé de voir remonter dans vos suggestions ces vidéos aux titres aguicheurs accompagnés d’une miniature présentant un moment choquant ou intriguant. En cliquant dessus, on s'aperçoit qu’il s’agit de films ou de saisons entières de séries, résumés avec une voix off en une dizaine de minutes. Très populaires sur la plateforme, les chaînes comme Story Recaped, Quick films ou bien Horror recaps cumulent plusieurs centaines de millions de vues facilement.

Des chaînes tenues par des robots ?

Ce qui étonne en premier lieu, c’est la manière dont ces chaînes YouTube peuvent exister et faire de l’argent sur la plateforme sans se prendre les pieds dans les droits d’auteur. En effet, les youtubeurs cinéphiles sont les premiers à se plaindre des réclamations qui sont faites sur leurs vidéos quand ces dernières utilisent trop d’extraits issus d’un film ou d’une série. Pour éviter cet écueil, les chaînes de récap évitent soigneusement d’utiliser les audios des films qu’ils résument et les remplacent par une voix synthétique générée par intelligence artificielle pour s’occuper de la narration. Le montage en revanche semble être fait par un humain étant donné qu’il ne met en exergue que les scènes faisant avancer l’intrigue. Cela reste toutefois un bon plan. D’après le site de ranking Social Blade, une chaîne comme Mystery Recapped ayant 3.19 millions d’abonnés génère entre 100 000 et 1 million d’euros tous les ans.

Répondre au FOMO

Vous ne le saviez peut-être pas, beaucoup de gens préfèrent regarder des résumés de films et de séries plutôt que le matériel d’origine. Cette tendance peut s’expliquer de plusieurs façons. Le FOMO, l’acronyme désignant la peur de rater quelque chose, est probablement le premier élément permettant de comprendre cet engouement. Ce sentiment vient s’ajouter à un contexte de surproduction audiovisuel plutôt inédit. D’après Variety, 559 saisons de séries originales inédites ont été diffusées en 2021, rien qu'aux États-Unis soit un doublement en l’espace de 10 ans. Du côté des films, 387 longs métrages sont sortis au cinéma tandis que les plateformes de streaming ont diffusé 179 films originaux. On ne compte pas les 189 séries animées venant du Japon. Il faudrait ajouter à cela le flux de vidéos, reels, et lives produits par les internautes eux-mêmes. En bref, on n'a plus le temps de tout consommer. Les vidéos de récapitulation peuvent être vues comme une sorte d’évolution par rapport à l'option de lecture accélérée mise en place sur Netflix par exemple. Mais d'autres motivations pourraient être prises en compte.

Voir des films d’horreur sans se faire peur

Quand on scrolle les chaînes de récap, on se rend compte que les films résumés s’inscrivent bien souvent dans les genres particuliers de l’horreur ou de la science-fiction. Au-delà du Fomo, il semblerait donc que ces vidéos permettent de consommer des films horrifiques sans se faire trop peur. Les passages les plus gores de certains films sont mis en noir et blanc pour moins choquer tandis que les voix off permettent une forme de distance avec le récit. À cela s’ajoute une bonne représentation de films issus de productions étrangères et notamment françaises, indienne ou russe. De quoi permettre à un public américain de faire de la curation dans des productions qu’il n’aurait jamais eu l’occasion de connaître autrement ?

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.