premium 1
premium 1 mobile
Papaye et confetis
© Nutnarin Khetwong via Getty Images

Tumblr arrête le Q (et signe probablement son arrêt de mort)

Le 4 déc. 2018

Tumblr va effacer le contenu porno de sa plateforme de microblogging à compter du 17 décembre 2018. Cette décision pourrait sonner le glas de la plateforme de blogging. 

Le cul sur Tumblr, c'est fini. La plateforme a annoncé le 3 décembre 2018 que « les contenus pour adultes » ne seraient plus autorisés. Pour ceux qui auraient zappé les années 2000, Tumblr est une plateforme de microblogging rachetée plus d'un milliard de dollars par Yahoo ! en 2013. Elle compte 794 millions d'utilisateurs, soit un peu moins qu'Instagram avec son milliard d'abonnés.

Son succès, Tumblr le doit à sa facilité d'utilisation : on peut y créer et y publier du contenu rapidement, sans avoir une ligne de code à écrire.

Dérives pédopornographiques et « bots »

Sauf que cette liberté et cette facilité sont allées de paire avec des dérives. Apple avait déjà suspendu l'application de son store depuis le 16 novembre, comme l'indique The Verge, en raison de la présence d'images pédopornographiques sur le site.

De plus, d'après Le Figaro, de nombreux utilisateurs se plaignaient de la présence de « bots » sur la plateforme publiant de nombreux contenus pornographiques. 

Le site de culture porn Le Tag Parfait se demandait déjà en janvier 2017 « à quel point Tumblr est porno ». Réponse : beaucoup, quand même, avec plus de 50% des utilisateurs exposés à du X « plus ou moins volontairement », environ 22% de consommateurs de plein gré et 0,1% de producteurs. 

Incapable de détecter correctement les bots, la pédophilie infantile, et de virer les comptes et contenus malveillants de la plateforme, Tumblr a préféré tout verrouiller en laissant la possibilité aux utilisateurs de migrer leur contenu jusqu'au 17 décembre, sur Reddit par exemple (réseau où il faut absolument que vous alliez). 

Un vent de puritanisme 

Pour ceux qui voudraient gruger Tumblr, c'est plutôt mal barré. La plateforme a détaillé les types de contenus concernés. Au programme : « photos, vidéos ou GIF qui montrent les appareils génitaux d'humains ou des tétons de femmes, et n'importe quel contenu - photos, vidéos, GIF et illustrations - qui met en scène des actes sexuels ». 

Toutes les images de nu ne seront pas censurées. Tumblr rejoint le club plus si sexiste select de Facebook ou Instagram qui censurent les tétons des femmes (sauf s'il s'agit d'une scène d'allaitement), mais pas ceux des hommes.  

Les photos liées à des situations de santé comme des images de réassignation sexuelle (une opération visant à modifier les caractéristiques sexuelles initiales afin d'obtenir l’apparence du sexe opposé) seront autorisées également.

Concernant l'art ou la politique, « les statues classiques » et les « manifestations classiques impliquant la nudité seront permises ».

Pour les autres, direction la catégorie « privée », soit une très probable mort annoncée pour de nombreux comptes dont les contenus ne seront ni visibles depuis l'outil de recherche, ni partageables.

Problème : les images seront traquées automatiquement via des algorithmes, déjà en train de taguer des posts pourtant innocents. Des milliers de comptes pourraient se volatiliser, du jour au lendemain. 

Nostalgie 

C'est un coup dur pour de nombreuses personnes qui considéraient Tumblr comme un espace d'expression et de liberté. Le Blog du Modérateur, manifestement nostalgique avant l'heure y va de son commentaire : « Tumblr était un de ces espaces de liberté, souvent un peu « weird », un bric-à-brac de contenus hétéroclites qui représentait ce qu’est la culture Internet. Un espace méta, un espace où le web se construit, où ses références naissent… Tout cela sera différent avec l’interdiction du contenu adulte. »

Tout sera différent certes, mais grâce à cette purge puritaine, la plateforme arrivera peut-être à créer un environnement suffisamment sécurisé (comprendre tout public) pour attirer les annonceurs, générer des revenus et donc survivre. Sinon, Tumblr est bien parti pour rejoindre le cimetière des plateformes délaissées, au même titre que MySpace ou Skyblog. 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.