premium2
Le procès d'une doubleuse contre TikTok est amorcé

TikTok poursuivi en justice par une célèbre doubleuse canadienne

Le 25 juin 2021

Vous l’avez entendue, mais ne l’avez jamais vue. L’automate vocal le plus célèbre de TikTok apparaît dans des millions de contenus, mais il est illégalement exploité : car il utilise la voix d'une doubleuse sans son autorisation.

Récemment, TikTok a été contrainte de changer son célèbre outil de conversion des textes en discours. La plateforme est poursuivie en justice pour s’être emparée de la voix d’une célèbre doubleuse, sans concertation. L'intéressée a saisi la justice.

Un vol de propriété intellectuelle

L'actrice canadienne Beverly Standing est célèbre pour ses voix off, et se cache derrière l’automate vocal féminin le plus célèbre de la plateforme. Il s'agit de son métier, mais TikTok n'a jamais jugé bon de lui demander son accord. C'est d'ailleurs par hasard qu'elle a découvert que sa voix circulait sur le réseau. À force de recevoir des contenus qui l'utilisaient, la doubleuse s’est lancée dans une bataille juridique contre ByteDance, la société qui développe l'application. La plainte a officiellement été déposée, mais le géant du Web ne s’est toujours pas exprimé à ce sujet. Un feuilleton qui ne fait que commencer.

L’affaire pose un problème éthique sans égal

« Autant que je sache, TikTok n’est pas mon client ; et j'ignore comment la plateforme a obtenu un enregistrement de ma voix », s’est étonnée la principale intéressée lors d’une interview par Insider. Beverly Standing se dit habituée aux clients sérieux et prétend bien connaître le secteur publicitaire. Jamais elle n’a eu affaire à une telle situation : sa voix est partout, et elle n’y gagne rien. Au-delà d’un enjeu économique évident, les conséquences à titre personnel sont source d’angoisse. Du jour au lendemain, n’importe qui peut lui faire dire n’importe quoi. 

Ainsi, face aux juges, Beverly Standing réclame des dommages et intérêts pour « la détresse émotionnelle de voir son image exploitée sans son consentement ; perte de la capacité de contrôler la diffusion de son image ; et la perte de la capacité de contrôler l'association de sa ressemblance ».

Marin Tézenas - Le 25 juin 2021
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.