habillage
premium1
premium1
Pub vintage montrant un homme qui pointe un verre de bière
© George Marks via Getty Images

Les 17 dates clés de l'histoire de la propagande

Le 2 juin 2020

La crise sanitaire et économique actuelle est un terreau idéal à la manipulation des foules. Mais nous devrions y être préparés ; on nous lave le cerveau depuis cinq siècles. De Machiavel à Cambridge Analytica, révisez vos classiques de la propagande.

1513, Lord of the blabla !

Qu’on se le tienne pour dit : exercer le pouvoir, et le garder, est une affaire de storytelling. « Gouverner, c'est faire croire », et c’est Nicolas Machiavel qui l’écrit (déjà) dans Le Prince.

1895, Foule sentimentale

« L’âge où nous entrons sera véritablement l’ère des foules », prédit le médecin français Gustave Le Bon. Tout le jeu est de garder le contrôle sur elles, et pour ça, mieux vaut viser les tripes que la tête. C’est ce qu’il explique dans Psychologie des foules, livre de chevet de Roosevelt et de Goebbels.

1908, En ordre de masse

La célèbre Ford T n'a même pas eu besoin de faire de publicité pour se vendre à plus de quinze millions d'exemplaires dans le monde. L’ère industrielle nous apprend à désirer tous les mêmes objets.

1917, Il faut chauffer le soldat Ryan

Le président américain Woodrow Wilson, élu sur la promesse de ne pas faire la guerre en Europe, veut convaincre les Américains d’y aller. Il constitue le Committee on Public Information. Moins d’un an après, grâce à une campagne d’influence, la foule pacifique veut désormais en découdre avec les Allemands.

1919, Des mots pour cacher les faits

« J’ai décidé de voir si on pouvait appliquer ce que j’avais appris pendant cette guerre en temps de paix. » Edward Bernays, double neveu de Freud, ouvre ses bureaux à New York. Selon lui, psychologie et manipulation des masses font bon ménage, mais il abandonne le mot « propagande » et consacre la formule « relations publiques ».

1920, Chacun cherche son segment

Chez General Motors, Alfred Sloan lance la notion de segmentation des marchés. Chaque marque se voit attribuer un type de clientèle et une gamme de prix. Et réciproquement.

1920, Le gras, c’est la vie !

La campagne d’Edward Bernays pour le bacon de Beech-Nut Packing Company fait passer le petit déjeuner pour une mesure de santé publique et le combo haricots-œuf-bacon pour une recette traditionnelle américaine.

1922, Naissance du rêve américain

La « fabrique du consentement » est conceptualisée par le journaliste Walter Lippmann. Dans Public Opinion, il explique que le contrôle de la foule s’exerce moins par la force que par l’adhésion. Pour maîtriser les révoltes sociales, il préconise de convaincre les ouvriers que les intérêts privés bénéficient à tous.

1929, L’écran de fumée

Pour convaincre les femmes de fumer, Tobacco Corporation accepte l’opération « les torches de la liberté ». Et ça marche ! En moins de cinq semaines, les théâtres sont contraints d’ouvrir leurs salles fumeurs aux deux sexes.

1933, Causons !

De 1933 à 1944, le président Roosevelt donne à la télévision ses « causeries au coin du feu » pour expliquer son action aux Américains. Il est l’un des premiers à comprendre la force de frappe des médias de masse.

1951, Opération « media blitz »

La United Fruit Company, affectée par la fin des pratiques de travail abusives au Guatemala, mène une campagne de lobbying auprès des grands médias pour persuader les États-Unis que le président guatémaltèque Jacobo Árbenz Guzmán est le bras armé de la Russie. La CIA le renversera en 1954.

1987, L’apogée de la consommation de masse

Vendre un max, à un max de gens, en arrosant un max les médias de masse... Avec la création de LVMH, le luxe est le dernier secteur à basculer dans la consommation de masse.

1997, On casse les silos !

Pour Jeff Bezos, la com’ ne peut plus fonctionner en silo. Aux actionnaires, salariés, clients, on doit servir le même discours. Amazon s’aligne sur sa promesse client : tout livrer, tout le temps et pour pas cher. Et ils peuvent le croire, puisque les actionnaires s’entendent dire que, pour les dividendes, ils peuvent toujours courir...

2004, YouTube m’a tuée

Kryptonite fait faillite à la suite d’une vidéo postée par un internaute. On le voyait ouvrir un antivol de la marque avec un stylo Bic. Panique. Les anonymes pourraient donc prendre le pouvoir ?

2008, Je vends tes likes

Sheryl Sandberg prend la tête de Facebook et fonde son modèle sur la publicité ciblée et personnalisée. Le site est gratuit mais, désormais, c'est nous, le produit.

2013, Bienvenue à Big Data

Edward Snowden dévoile que la NSA capte les informations numériques des citoyens américains, entre autres. On comprend qu’Internet est une affaire d’État, de données, et de (très) gros sous.

2015, La com’ de masse n’est pas morte, elle cible encore

The Guardian révèle que Cambridge Analytica a utilisé les données personnelles de millions d’utilisateurs de Facebook pour manipuler leurs opinions politiques, notamment en faveur de Donald Trump, lors de sa campagne présidentielle.

À VOIR
Le documentaire de Jimmy Leipold : Propaganda – La fabrique du consentement, 2017

Cet article est paru dans le numéro 22 du magazine de L'ADN : « Comment tu me parles ? » - À commander ici !

Béatrice Sutter - Le 2 juin 2020
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.