Création Dreamstudio avec adolescentes effrayées devant leurs smartphones

Gas, le réseau social préféré des ados, victime d’une panique morale

© David-Julien Rahmil

L’application qui permet aux adolescents de s’envoyer des messages positifs a été sous le coup d’une rumeur infondée. Des milliers d’utilisateurs ont cru qu’ils étaient inscrits sur un réseau de prostitution.

Numéro 1 de l’App Store depuis près d’un mois avec plus de 5 millions de téléchargements, Gas a clairement le vent en poupe. Ce réseau social majoritairement fréquenté par des jeunes collégiens et lycéens permet la mise en place de petits sondages positifs et de mesurer sa popularité auprès de ses copains. Pourtant une ombre plane au-dessus de cette sympathique application : durant le mois d’octobre une rumeur s’est massivement répandue disant que Gas servait à l'enlèvement de mineurs pour les enrôler dans un réseau de prostitution.

Des enlèvements d’enfants imaginaires

La rumeur a de quoi faire faire sourire tant elle paraît éloignée de la réalité. L’application ne permet pas de localiser ses utilisateurs et ne peut pas non plus servir de service de messagerie. Pourtant, cette fake news s’est propagée comme une trainée de poudre, d’abord parmi les adolescents et leurs parents, puis jusqu’aux autorités et chaînes de télévision locales.

Sur l’App Store, des centaines de commentaires ont commencé à fleurir, la plupart du temps écrits par des très jeunes, indiquant que l’application était utilisée pour organiser des kidnappings. Sur TikTok aussi on peut lire les messages suivant : « 35 enfants ont été enlevés en 3 jours à cause de cette application, il faut l’effacer maintenant !  ».

@hi_it_cody

Replying to @miguel.and.mason.fan.12 like please show me the reports #GAS #gas #gasa #gasapp #SA #sa

♬ original sound - It.cody

Ashton Kutcher à la rescousse

Si la rumeur est fausse, les conséquences sont pourtant bien réelles. D’après le Washington Post qui a enquêté sur cette affaire, l’application a perdu 3 % de ses inscrits (près de 150 000 personnes) tandis que les comptes sociaux de la marque ont été envahis par des commentaires haineux voire des menaces de mort. Et il ne s’agit pas de menacer une multinationale de plusieurs milliers d’employés. L’entreprise derrière Gas ne compte que quatre personnes ! Pour contrer la rumeur, les créateurs de l'app ont envoyé des notifications aux utilisateurs et ont même fait intervenir l’acteur, et investisseur de la boîte, Ashton Kutcher ! Ce dernier s’est senti obligé de faire un tweet pour défendre l’application

Panique morale

Ce n’est pas la première fois qu’une application est l’objet d’une rumeur infondée. En 2018, l'application IRL (pour In Real Life) avait été décrite comme un outil pour les trafiquants d'êtres humains. Même chose en 2021 pour WalkSafe, une application qui, ironiquement, permet aux femmes de rentrer ensemble chez elles le soir. Cette peur des kidnappings de jeunes filles et d’enfants est d’ailleurs en phase avec la montée en force de la narration complotiste propagée par le mouvement QAnon selon laquelle il existerait de vastes organisations d’enlèvement d’enfants à des fins de rituels sataniques. Ce type de récit rappelle fortement la grande panique satanique qui avait frappé les États-Unis dans les années 80 et qui avait principalement touché les crèches et les écoles maternelles. À présent ce sont les applications réservées aux plus jeunes qui sont l’objet de ces peurs collectives.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.