habillage
premium1
premium1
Deux boîtes aux lettres La Poste
© Sissoupitch via Getty Images

Résidences pour seniors, jeux éducatifs, vélos électriques... Loin du courrier, comment La Poste innove ?

Le 17 juin 2019

Innover sans se renier, se diversifier sans se perdre. Comment rester dans le coup quand on est une marque de six cent ans ? La Poste nous donne des leçons d’innovation (et vous n’êtes pas prêts).

Le courrier, une activité en décroissance pour La Poste 

En 1990, le courrier pesait 70% de l’activité postale puis 40% en 2010. « Ce sera moins de 20% en 2020. Si nous ne réussissons pas la diversification nous mettons en danger le groupe », a récemment expliqué le patron de La Poste dans La Dépêche du Midi. Face à la baisse du volume et du chiffre d’affaires annuel du courrier (- 7%), le groupe joue la carte de l’innovation.

E-commerce, E-santé, banque, assurances, logistique urbaine, résidences seniors… La Poste mise tout sur son capital confiance et son activité historique, le service de proximité. « On veut devenir l’acteur n°1 des services de proximité », résume ainsi Philippe Mihelic, directeur de Yellow Innovation, le start-up studio de La Poste. Mais comment innover quand on est un groupe âgé de 6 siècles ? « Ce n’est pas si compliqué que cela. L’avantage de la Poste c’est à la fois les sujets autour desquels elle innove et à la fois les actifs qu'elle détient », explique Philippe Mihelic qui voit, lui aussi, dans l’ancrage territorial et le capital confiance les meilleurs atouts du groupe pour réussir. « Si on travaille autour de notre ADN, on a un terrain de jeu énorme à La Poste ».

Une diversification servicielle

Le groupe, qui souhaite épouser le boom des services, a bien saisi la nécessité de trouver de nouveaux modèles économiques. Et Yellow Innovation est là pour imaginer, développer, tester et industrialiser des projets d'innovation, tech, design et BtoC pour le groupe. « C’est la créativité qui va faire la différence, il nous faut être les meilleurs en matière d’expérience client et là, le design est très important », prévient Philippe Mihelic qui a aussi pour objectif d’acculturer la maison aux 250 000 salariés sur les questions d’innovation.

Le start-up studio a ainsi développé Monimalz, un compagnon ludo-éducatif à destination des enfants qui propose une vingtaine de jeux éducatifs. Ou encore Le Vélo, un vélo électrique et connecté d'un tout nouveau genre, qui vient montrer un peu plus les ambitions du groupe en matière de mobilité urbaine. Derrière ce tourbillon de projets, parfois très éloignés du cœur de métier du groupe mais toujours axés autour de services de proximité, La Poste explore ce que pourrait être l’avenir. Pour l’anticiper et en être encore.

Quels services offrir demain ?

Pour répondre à cette question, Yellow Innovation a investi, durant le mois d’avril, la Galerie S dans le 3e arrondissement de Paris, avec un prototype de pop-up store serviciel. L’espace culturel situé au coeur de la capitale a accueilli Yellow Innovation sous forme de pop-up pendant un mois. « On a voulu arrêter de penser les réseaux physiques comme un lieu dans lequel tout le monde ferait la même chose, explique Philippe Mihelic. On n’offrira pas les mêmes services si on est à côté d’une zone universitaire, touristique, en pleine campagne où dans une zone urbaine. » Résultat ? Le pop-up a invité des start-up et proposé des services correspondant à la typologie du quartier et de ses habitants. Cours de facilitation juridique, espace de coworking, livres sourcés en fonction des écoles voisines, corner de réparation de vélo, cours de yoga… « Tout l’espace était pensé de manière protéiforme pour que chaque jour, à chaque heure, on puisse changer la disposition et proposer un autre service », détaille Philippe Mihelic. 

 

Une préfiguration de nouveaux formats retail et serviciels ? « Demain, ça n'aura pas de sens que La Poste offre tous les services. Par contre c'est sensé que La Poste travaille avec des start-up et des acteurs du marché pour devenir un animateur de l’écosystème du service digital qui est en train de se mettre en place », résume Philippe Mihelic. La Poste, qui travaillait déjà contre l’isolement rural au 19ème siècle, pourrait bien s’attaquer au problème de l’isolement urbain avec cet espace pensé pour être aussi pratique que convivial. La mairie du 3e arrondissement de Paris, témoin de l’enthousiasme des visiteurs, en aurait même redemandé !

Car innover à tout-va et développer de nouveaux produits numériques, c’est bien beau, mais ça ne fait pas tout. Comme le souligne justement Philippe Mihelic : « Le numérique n’est qu’un outil, tout finit par un service physique. L’être humain va utiliser le numérique pour être plus performant à un moment donné, mais c’est lui le passage obligé, c’est lui qui va accompagner les déconnectés du numérique à faire leur déclaration, à les assister, à lever des doutes sur des points administratifs ou juridiques. »

Envie d’en savoir plus sur l’innovation du groupe La Poste et sur son start-up studio Yellow Innovation ? Rendez-vous les 18 et 19 juin à l’Elysée Montmartre pour découvrir les innovations du groupe lors de la 10e édition du Lab Postal. Toutes les infos ici. 

EN SAVOIR PLUS 

La Poste : on peut être une entreprise de 600 ans et continuer à innover

Jaab, le porte-monnaie connecté pour pré-adolescent de La Poste

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.