habillage
premium1
premium1
Un étal de charcuterie
© Juan Miguel Aparicio via Getty Images

Charcuterie et cancer : foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer se mobilisent

Le 20 nov. 2019

Objectif : une alimentation sans nitrites ni nitrates. Ces additifs sont controversés pour leur effet sur la santé.

Les nitrites dans l’alimentation : taxation ou interdiction ? Côté politiques, on vote plutôt pour la première option. Mais foodwatch ne l’entend pas de cette façon. L’association, qui se bat pour une alimentation sans risques, a uni ses forces à celles de Yuka et de la Ligue contre le cancer pour faire pression, et interdire tout bonnement ces additifs. En effet, ils peuvent entraîner la formation de composés cancérogènes appelés « nitrosamines ».

4 400 cancers par an liés à la consommation de charcuterie

Ces composés se retrouvent partout dans la charcuterie industrielle : jambon blanc, saucisse, saucisson, pâté, saucisses, foie gras, etc. Ils seraient directement liés à l’apparition du cancer colorectal (le deuxième plus mortel après celui des poumons, ndlr) et de l’estomac selon le Centre international de recherche sur le cancer. Pour rappel, 665 000 tonnes de charcuterie ont été achetées par les ménages en France pour leur consommation à domicile en 2018. Au total, ce sont près de 4 400 nouveaux cas de cancer annuels liés à la consommation de viande transformée qui pourraient être évités en France.

Des dizaines de milliers de produits concernés

L’objectif de foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer est d’alerter l’opinion, et de la mobiliser au sein d’une pétition adressée à la ministre de la Santé. Julie Chapon, porte-parole de Yuka, explique que selon la base de données de l’application, ce sont plus de 12 000 produits vendus en France qui contiennent ces additifs nitrés. « À travers l’application, les consommateurs et consommatrices pourront également se joindre à la campagne, précise-t-elle. La pétition sera proposée lors du scan de produits contenant ces additifs. »

Des produits sans nitrites, c’est possible

Pour Camille Dorioz, responsable de campagnes chez foodwatch, ce sujet relève de la responsabilité des autorités publiques. « [Elles] doivent renforcer les règles, en interdisant tous les additifs reconnus dangereux. » Ce qui est ici le cas, comme le confirme le professeur Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer. « Le facteur de risque est identifié » dans le cas des cancers évoqués plus haut. « On ne peut plus se permettre de faire comme si on ne savait pas. Il faut agir. »

D’après Camille Dorioz, la bonne nouvelle, c’est qu’il existe de plus en plus de produits sans nitrites. Et puisque que Yuka fait déjà bouger les industriels, la tendance pourrait davantage se confirmer.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • J'ai interpelé mon charcutier bio à Méaudre dans le Vercors pour l'encourager à faire du jambon blanc sans saumure biologique (en fait des nitrites !) et il m'a répondu qu'il avait tenté l'expérience mais que son stock lui était resté sur les bras, "ses" clients bio n'en voulant pas ! Désespérant, non ?

    • ...Certainement parce que manger "Bio" ne garanti en rien de manger sain...(au même titre que la charcuterie bio, il existe de sodas bio, des pâtisseries bio,...et peut-être même bientôt des cigarettes bio...). La charcuterie, est intrinsèquement mauvaise pour la santé qu'elle soit bio ou pas...