habillage
premium1
premium1
Zac Efron dans le film Nos pires voisins en train de faire un barbecue

BBQ song : Notorious P.I.G. et Greenpeace demandent aux vacanciers de ne plus faire de barbeuc'

Le 19 juill. 2018

Pour l'été, Greenpeace s'inspire de MTV. L'ONG environnementale revêt des airs de chaîne musicale pour diffuser un clip 100% bidoche. Mais ne vous méprenez pas : si les côtelettes, merguez et autres steaks s'alignent, ce n'est pas pour vous faire saliver. Au contraire.

Vous ne soupçonnez pas l'impact d'une merguez sur la planète. Déforestation, pollution des eaux et émissions de gaz à effet de serre : l'élevage industriel génère de nombreux problèmes sanitaires et environnementaux. Pour faire passer le message, Greenpeace a fait appel aux meilleurs rappeurs des 90s

Un clip de rap pour sensibiliser à l'élevage industriel  

Ne vous attendez pas à quelque chose de sanguinolent. Pour communiquer sur la cause qu'elle défend, l'ONG privilégie le régressif ludique au reportage choc. Greenpeace adopte ainsi les codes des années 90 pour un clip abouti. Les plus nostalgiques reconnaîtront les voix de Snoop Dogg, Cyprus Hill et Notorious B.I.G qui ont participé à la campagne par le biais d'un imitateur. 

Sous les traits d'animaux (poules, cochon, mouton ou vache), ils expliquent les dégâts de l'élevage industriel. Aujourd'hui, 80% de la viande consommée en provient. Cette production intensive cause 14% des émissions de gaz à effet de serre, pollue les eaux et entraîne une déforestation massive.

86 kg de viande par personne et par an en France

L'élevage industriel n'a cessé d'augmenter depuis 25 ans. À titre d'exemple, en France, un individu consomme en moyenne 86 kg de viande chaque année. Soit plus du double de la moyenne mondiale.

Et la tendance est alarmante : alors que les alternatives se multiplient, Greenpeace indique que la consommation de viande pourrait doubler d'ici 2050 à l'international.

Un peu trop « cool » pour convaincre les sceptiques ?

Emojis, beats entraînants, grain d'image rétro... Les ingrédients sont réunis pour un succès publicitaire. L'agence 84.Paris, à l'origine du spot, a d'ailleurs l'habitude de manier les éléments de la pop culture avec brio.

Le problème, c'est que le résultat est peut-être un peu trop cool pour être efficace. Partagée sur la page Facebook de l'association, la campagne divise. Les personnes déjà convaincues des dégâts de la surconsommation de viande acquiescent et les omnivores sont loin de s'offusquer. Au contraire, les commentaires semblent montrer que les fans de barbecue n'hésiteront pas à fredonner le morceau en mangeant leurs hot dogs cet été...

La méthode « choc » si souvent décriée fonctionnerait-elle mieux que la méthode douce ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.