premium1
Un paysage vu du ciel
© Ivan Bandura via Unsplash

Microsoft : 1 milliard de dollars pour sauver la planète

Le 20 janv. 2020

La multinationale entend réduire de moitié son impact écologique d’ici une dizaine d’années. En créant un fonds pour l’innovation et la préservation de l’environnement, Microsoft souhaite devenir « carbone négatif ».

L’entreprise aux 125 milliards de dollars de recettes annuelles, souhaite se responsabiliser face au dérèglement climatique et à ses propres émissions de gaz à effet de serre. Cette année, Microsoft prévoit d’émettre près de 16 mégatonnes de carbone dans l’atmosphère. Ça fait beaucoup... Mais l'entreprise entend réduire de moitié son impact environnemental d’ici 2030. Pour ce faire, elle compte alimenter ses serveurs et ses bureaux en énergie renouvelable et travaille à rendre certaines de ses activités « carbone négatives », c'est-à-dire qu'elles devront capturer plus de carbone qu'elles n'en émettent.

Devenir « carbone négatif » d’ici 2030

Dans un billet de blog datant du 16 janvier, Microsoft appuie sur la différence entre le concept de « neutralité carbone » et de « carbone négatif ». « Les entreprises déclarent généralement être "neutres en carbone" si elles compensent leurs émissions par des paiements, soit pour éviter une réduction des émissions, soit pour éliminer le carbone de l'atmosphère », affirment ses dirigeants. « Alors que devenir "carbone négatif" signifie que l’entreprise (...) évite principalement les émissions au lieu de compenser le carbone qui a déjà été émis ».

D’ici 2050, le géant espère avoir compensé intégralement son impact écologique depuis sa création en 1975. À cette échéance, il prévoit d’être à zéro émission net de carbone en finançant différents plans de reforestation, ou en misant sur la bioénergie avec capture et stockage du carbone.

Une taxe carbone interne

L’entreprise qui encourage ses clients à s’engager dans la préservation de l’environnement avait annoncé en 2017 fournir gratuitement des ressources informatiques à des chercheurs et des entreprises engagées sur des défis environnementaux. À l’inverse, elle compte bien pénaliser ses différentes divisions, clients et fournisseurs qui ne se mobilisent pas suffisamment pour le climat. Depuis 2012, une taxe carbone interne est d’ailleurs appliquée à l’ensemble des équipes en proportion de leur impact carbone. Mais à partir de juillet 2020 toutes les divisions de l'entreprise telles qu’Office, Azure ou encore Xbox devront également s’en acquitter.

Une innovation pour détruire ou catalyser le carbone

La température moyenne à la surface du globe ayant augmenté de 1,1 °C par rapport à l’époque préindustrielle (1850-1900), l’urgence climatique a sonné depuis longtemps. Selon la multinationale, il est nécessaire de créer une nouvelle technologie capable de catalyser les émissions de carbone produites. « Une partie importante de nos efforts consiste à accélérer le développement d’une technologie d'élimination du carbone. Notre nouveau fonds pour l'innovation s'engage à investir 1 milliard de dollars dans les nouvelles technologies, au cours des quatre prochaines années », déclare le communiqué. Une prise de conscience nécessaire quand on sait que le numérique représente aujourd’hui 4,4 % de l’énergie primaire consommée par l’humanité et 4,2 % des émissions anthropiques de gaz à effet de serre…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.