habillage
premium1
premium1
Le poing d'une femme, serré, entouré de feuilles
© PeopleImages via Getty Images

Ces métiers du développement durable qui recrutent (et leur rémunération)

Le 18 févr. 2019

Vous êtes plutôt écolo mais pensez que bosser dans le développement durable, c’est bouché et que ça ne vous rapportera pas un kopeck ? Détrompez-vous : le cabinet de recrutement Birdeo, spécialisé dans le secteur, dresse un tableau bien différent.

En analysant les besoins exprimés par 200 de ses clients, le cabinet de recrutement Birdeo a établi le top 5 des métiers à impact qui recrutent en 2019.

Analyste ESG

L’analyste ESG prend en compte les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance des entreprises pour établir leur performance de gestion. Il peut aussi être amené à faciliter les travaux entre analystes financiers et extra-financiers.

Profil :

  • BAC +5, diplômé d’une école de commerce, disposant d’une spécialisation en RSE (un double cursus finance et RSE est un plus)
  • 3 à 6 ans d’expérience en conseil avec une spécialisation développement durable, RSE, environnement
  • Expertise des critères ESG et bonne connaissance du GRI (Global Reporting Initiative, qui est une initiative établie en 1997 pour rendre des performances économiques, environnementales et sociales des organisations)

Rémunération :

de 50 à 80K € par an

Responsable des achats durables

Le responsable des achats durables intègre 3 critères lors de ses démarches, par rapport à l’acheteur classique : respect de l’environnement, engagement sociétal et vertu économique. Les achats doivent être les plus réfléchis et satisfaisants possibles – pour la société et ses partenaires.

Profil :

  • BAC +5, école de commerce ou d’ingénieurs, spécialisation RSE (un double cursus achat et RSE est un plus)
  • 3 à 6 ans d’expérience en conseil avec une spécialisation développement durable, RSE, environnement
  • Expertise des filières et bonne connaissance GRI

Rémunération :

de 50 à 80K € par an

Consultant conseil RSE et développement durable

Le consultant conseil RSE et développement durable accompagne la définition de la stratégie pour la direction et fixe les objectifs des managers responsables de missions et de leurs équipes. Il est aussi à l’origine de la conception de gammes de produits ou services, de leur production, de leur commercialisation. Il peut aussi piloter la négociation des contrats avec les clients stratégiques.

Profil :

  • BAC +5, école de commerce, d’ingénieurs ou université
  • Jeune diplômé ou 2/3 ans d’expérience
  • Bonnes capacités commerciales et en gestion de projet

Rémunération :

de 35 à 45K € par an

Responsable innovation

Le responsable innovation oriente et pilote la politique de Recherche & Développement dont il doit gérer l’ensemble des paramètres. Coûts, investissements, effectifs, priorités… Il définit la ligne de l’entreprise sur ces sujets en ayant en tête la compétitivité de l’entreprise.

Profil :

  • BAC +5, école de commerce, d’ingénieurs ou université
  • 10 à 15 ans d’expérience en tant qu’ingénieur, gestionnaire ou directeur de la recherche et du développement
  • Connaissances scientifiques et technologiques pointues

Rémunération :

50 à 70K € par an

Chargé de communication en développement durable

La RSE est aussi un enjeu de communication, et les entreprises ont besoin de se doter de spécialistes pour faire rayonner leurs engagements. Le chargé de communication en développement durable doit aider les entreprises à adapter leurs contenus et stratégies éditoriales en fonction du sujet. Il doit également participer aux missions de lobbying et de communication externes.

Profil :

  • BAC +5, école de commerce, de communication ou université
  • Jeune diplômé ou 2/3 ans d’expérience
  • Connaissances dans le domaine du développement durable et de l’environnement en général

Rémunération :

de 21 à 40K € par an

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Eh ben le titre est accrocheur tout le monde y croit et quand on lit ben en fait ça exclut 95% des actifs !! 1/2 seconde de reve. Gardez les mains ds le terreau et pour 2 kopecks bien-sur

  • En bref si les études sont loin et que les diplômes se font rare nous ne sommes pas habilite à pouvoir prétendre un job alors que les convictions écologiques sont la priorité !! Déçue je suis cela aurait pu m’intéresser de m’investir dans cet univers !!

  • Entièrement d'accord avec les commentaires précédent bac +5qui connaissent rien à la réalité et vont faire appliquer des "mesurettes " pour que les grosses entreprises puissent communiquer sur les bienfaits de leur commerce...

  • Oui oui, j ai un bac+5 et j' ai bossé dans le conseil ... Et là vous êtes en train de nous dire qu il faut juste changer de chapeau. On nous dit de partout qu il faut un changement Radical, donc changer les dénominations + emmener des matières qui vendent et sonnent bien , ça c est l ancien système. Eh je soutiens les commentaires de dessus - pour la première fois on aurait dit qu on a une chance de laisser les statuts de côté et on va encore exclure la majorité de la population ? Cela ne me paraît pas comme des changements radicaux ....

  • Idem que les commentaires précédent et surtout celui qui finit par "business is business". Cette personne a bien résumé cette supercherie.
    L'écologisme est tombé dans les mains des personnes qui pensent pognon alors qu'elle devrait être, tout simplement, une valeur.
    Plus envie de perdre mon énergie dans des débats. Juste que tout ceci me fait autant rire que Nestlé qui se met à faire une gamme bio ! Si des personnes ne réfléchissent pas plus loin que leur nez, heureusement d'autres réfléchissent et agissent depuis longtemps avec leurs propres moyens. Et pas besoin d'un bac+5 pour s'ouvrir au monde et encore moins à la Nature.

  • Sous résidus de pseudo journalisme, bien sûr que capitalisme rime avec écologie 🤣🤣🤣 c'est bien la dernière fois que je perds 5min à lire l'un de vos articles.

  • Si tu as pas eu la chance de faire l école de commerce, tu as rien à foutre dans le développement durable...en gros celui qui est en bas de l échelle est exonéré de participation à l écologie..