premium 1
premium 1 mobile
Deux hommes s'échangeant une enveloppe Amazon estampillée

Des salariés vendent des données confidentielles d'Amazon à la concurrence

Le 17 sept. 2018

Alors que l’entreprise est réputée pour le contrôle acharné de ses employés, il semble que certains vendent des données concernant les utilisateurs ou les volumes de ventes.

Amazon paierait-elle enfin le prix pour avoir étranglé des milliers de commerces indépendants ? L’entreprise enquête actuellement sur des employés qui auraient revendu des données confidentielles aux vendeurs tiers exerçant sur la plateforme. Ces informations pourraient notamment leur permettre de booster leurs ventes.

De 80 à 2 000$ l’information

Le Wall Street Journal rapporte dans son enquête que pour des sommes allant de 80 à 2 000$, il est possible de se procurer les adresses e-mail des personnes laissant des commentaires, des informations sur les volumes de ventes ou avoir accès à un service qui efface les commentaires négatifs et restaure les comptes bannis. En général, les employés feraient appel à des intermédiaires pour revendre ces données.

Des pratiques qui auraient lieu au niveau international et qui n’ont pas manqué de faire réagir le géant du e-commerce. Un porte-parole a ainsi déclaré à Reuters que les employés étaient tenus de faire preuve d’une « haute éthique ». Quiconque enfreint le code risque des sanctions « allant du renvoi à des poursuites légales et criminelles ». Ambiance.

Un employeur décrié

La réaction d’Amazon paraît a priori justifié. Mais la mention d'un code éthique au sein de l'entreprise a de quoi surprendre. Les actions décriées font écho à un management vivement critiqué. Dans un article de 2015, déjà, le New York Times pointait les conditions de travail déplorables des cadres d’Amazon. Malgré les démentis de Jeff Bezos (pour qui il ne s’agit que de faits « rares ou isolés »), les témoignages recueillis entachent la réputation de la société.

Plus récemment, l’entreprise a breveté un bracelet qui soumet les travailleurs des entrepôts à une surveillance accrue (déplacements traqués, vibrations pour orienter celui qui le porte dans une direction particulière…). Pour les officiels, il s’agit d’un moyen de faciliter le quotidien des employés. Pour d’autres, il s’agit d’une technique pour limiter les initiatives et s’assurer d’une productivité sans faille.

Sauf que ça commence à se savoir… À tel point qu’au niveau des RH, on est obligé de prendre des mesures drastiques. À l’été 2018, une armée de twittos se présentant comme des employés épanouis ont inondé le réseau de commentaires élogieux quant à leur super-employeur.

C’est louche. Et loin d’être efficace. Il n’aura pas fallu longtemps avant que cet engouement suscite quelques enquêtes…

Finalement, il s’avère que les employés-ambassadeurs sont rémunérés en bons d’achats, en congés, ou en nourriture. Une journaliste de Yahoo Finance rapporte les propos d’un ancien ambassadeur à ce sujet. La démarche est volontaire… et en général, elle concerne les « lèche-c*ls » de la boîte ! C’est dit !...


Crédit photo : Getty Images

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.