habillage
premium1
lionne face fond noir colère

Les Lionnes sont bien décidées à lutter contre le harcèlement dans la pub

Le 15 mars 2019

Le 13 mars, Christelle Delarue, C.E.O de l'agence Mad&Women l'a annoncé via un post Linkedin : l'association Les Lionnes a été créée. Son but : promouvoir, défendre et protéger les droits des femmes dans le secteur de la publicité et de la communication.

Christelle Delarue n'a jamais caché son implication dans la cause des femmes. Mais sa tribune parue dans le journal Le Monde du 15 février dernier avait rendu plus visible son combat.

Intitulée  « Harcèlement : "Mes sœurs et moi, filles de pub, survivons à vos torts sans pouvoir nous en détacher" », elle y dénonçait le harcèlement que subissent les femmes au quotidien dans un certain nombre d'agences : «Partout, tout le temps. Insultées. Sexualisées. Rabaissées. Méprisées ». 

Depuis, les évènements se sont enchainés. Le 4 mars, dans le Monde à nouveau, une enquête signée Yann Bouchez et François Bougon réunissait des témoignages de "plusieurs dizaines de personnes" qui dénonçaient le sexisme quotidien. Le nom du directeur de la création d'Herezie y apparaissait. Les dirigeants de l'agence ont fini par se séparer de lui. Les associations pro ont un peu tardé, mais elles ont réagi - le 7 mars, l'AACC, le syndicat professionnel des agences-conseils en communication, a publié un communiqué de presse indiquant qu'il « condamne fermement toutes les pratiques éthiquement ou légalement répréhensibles, qu’il s’agisse de sexisme, de discrimination ou de harcèlement moral ou sexuel. » et le 8 mars, une date bien choisie, l'UDECAM - l’Union des Entreprises de Conseil et Achat Media - a affirmé son engagement contre « toute forme de harcèlement, sexuel ou moral. »

On aurait pu penser que le gros de l'affaire était passée. Mais les journalistes Yann Bouchez et François Bougon ont fait paraitre un nouvel article le 15 mars, ils poursuivent leur enquête. Et d'autres noms sont tombés.

Désormais, il faudra sans doute apprendre à compter avec l'association Les Lionnes qui annonce clairement son souhait de maintenir la pression sur le sujet. Dans un "appel solennel", le collectif invite les femmes publicitaire et communicantes, victimes ou témoins à les rejoindre pour faire entendre leur voix «pour que tombe enfin le sexisme sous toutes ses formes. »

Et de prévenir : « Nous Lionnes, avançons en meute, pour les femmes publicitaires et le talent féminin dont notre industrie a tant besoin »... 

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.