Teejayx6 scam rap

Scam Rap, quand la culture hip-hop se passionne pour le « scamming »

Tout droit importé des USA, le « Scam Rap » est un courant musical qui valorise la capacité à gagner de l’argent, vite, pourquoi pas de manière illicite et souvent en ligne.

Teejayx6 est un jeune rappeur de Détroit. En juillet 2019, il publie un nouveau morceau intitulé Dark Web. Dans son clip, il troque les codes « street » habituels dans le hip-hop américain pour des références explicites à la culture web, plus spécialement au trading en ligne. On voit le jeune artiste pianoter sur son ordinateur portable, laissant suggérer une activité en ligne illégale. Les paroles sont explicites :

« The government tried to ban me from the dark web (Tried to ban me)
I downloaded Tor Browser, then got back in (Back in)
Went and got a VPN, just bought another BIN
I'ma keep searching these bitches on my 'site 'til I can slide a Benz (Keep searching)
This shit illegal, but it's green, I gotta get it in (Go get rich) 
»

« Le gouvernement a essayé de me chasser du dark web
J’ai téléchargé le navigateur Tor, puis y suis retourné
Je me suis procuré un VPN, et un nouveau numéro d’identification bancaire
Je vais continuer [mes activités illégales, ndlr] jusqu’à ce que je puisse m’offrir une Benz
C’est illégal, mais ça va, car je dois devenir riche »

Teejayx6 est l’un des fers de lance d’un nouveau courant artistique dans le hip-hop américain : le Scam Rap. Ce courant est aussi incarné par Guapdad 4000, qui l'a initié en 2017 avec son titre Scamboy.

Scam Rap, c'est quoi ?

Le Scam Rap est l’une des dernières hybridations entre le rap et l’un des produits de la culture Internet, le « scamming », c'est-à-dire les arnaques en ligne. Comme le note le journaliste Gabin Villard sur le site spécialisé Hip Hop Corner : « Fini les gros flingues dans les clips. Ton futur rappeur préféré flex son MacBook comme un Glock avec un long chargeur ». Désormais, pour accélérer leur réussite les jeunes artistes se tournent vers les inframondes numériques, les cryptomonnaies et autres activités de trading.

Tous les moyens sont bons pour faire de l’argent, y compris les arnaques. Usurpations d’identités, vols de données bancaires, Multi-Level Marketing (MLM) ou pyramides de Ponzi… les méthodes pour gagner de l’argent illégalement sur Internet proposent un arsenal bien diversifié. Certains, comme le rappeur Nuke Bizzle, se vantent d’avoir réalisé des fraudes massives à l’argent public. Dans une vidéo, ce dernier prétendait avoir détourné 1,2 million de dollars d’un fonds destiné aux personnes fragilisées par la pandémie de Covid-19. Il a depuis été arrêté, et risque près de 22 ans de prison.

Hustling 2.0

L'engouement pour les cryptomonnaies, le trading en ligne et les arnaques est symptomatique d'une évolution : la culture du hustling constitutive du hip-hop américain s'est largement digitalisée. Le hustling est un terme qui renvoie à la nécessité de faire de l’argent. Une culture de la débrouille qui valorise le système D et un esprit d’entrepreneuriat version rue. Pendant longtemps le hustler était un dealeur de drogue ; avec le Scam Rap, il devient crypto-tradeur. « Ces rappeurs mettent en avant leur indépendance, ils sont fiers de se positionner aux marges du système, ce qui colle parfaitement à l’esprit des cryptomonnaies », décrypte un journaliste rap, spécialisé dans les scènes indépendantes.

Le Scam Rap symbolise le mariage réussi entre cette culture de la débrouille et l’esprit geek du bon plan que l’on retrouve au sein des communautés crypto. « Être un hustler c’est aussi être malin, se jouer du système et de ses failles. Le lien avec le monde du scamming se fait aussi par là », poursuit-il. « Et c’est aussi faire preuve de cool que de montrer que l’on maîtrise cet environnement Internet, ces activités de geek ».

Ego trip venu des USA

En France, certains rappeurs comme Freeze Corleone en ont fait une marque de fabrique. Outre les références controversées à diverses théories complotistes, cet artiste parsème ses textes de références à la cryptographie et aux cryptomonnaies.

Cet artiste s’est récemment retrouvé au cœur d’une affaire douteuse, impliquant d’autres rappeurs ainsi que des figures des jeux d’argent en ligne. S’il n’y a pas de preuve que lui et ses comparses ont délibérément cherché à « scammer » leur public, cette affaire entre en résonance avec la culture du Scam Rap. Pour le journaliste rap précédemment cité, on peut même y voir la trace de  « l’importation en France de ce style d’ego trip venu des USA. » Ce dernier insistant sur « la rapidité d’adaptation des modes venues du rap underground américain ».

Pour aller plus loin :

Le documentaire Generation Hustle de HBO (2021) :

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.