Homme peignant la pollution verte d’une cheminée

Le gendarme des marchés américains s'attaque au greenwashing des fonds ESG

La Securities and Exchange Commission (SEC) a présenté la semaine dernière son plan pour éradiquer l'écoblanchiment dans le secteur financier.

Depuis l'arrivée à sa tête de Gary Gensler, la SEC est sur tous les fronts. Réputé pour son opiniâtreté, Gensler multiplie les déclarations mais aussi les mises en garde, au sujet des cryptomonnaies ou des assurances de courtage. Il souhaite durcir la règlementation. Le 25 mai 2022, la SEC a décidé de s'attaquer aux fonds ESG, ceux qui prennent en compte les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Supposément plus verts et marqués du sceau de la « finance durable » , ces fonds brassent des milliards de dollars. L'objectif de la SEC est d'imposer un degré d'information plus important quant aux investissements réels de ces fonds, en amont de la décision d'y souscrire.

Ouvrir le capot des fonds ESG

La SEC souhaite que les fonds ESG s'engagent à fournir aux investisseurs des informations claires (brochures, site internet...) sur les critères d'investissement qu'ils prennent en compte ainsi que sur les stratégies mises en œuvre.

Cette proposition vise à empêcher le greenwashing. En effet, la SEC s'alarme que « des termes comme "durable" et "vert" sont souvent utilisés comme outils de marketing, mais ne jouent qu'un rôle minime dans les processus d'investissement de certains produits. » À l'inverse, « des informations claires et standardisées permettent aux investisseurs de comparer les produits et d'évaluer avec précision les risques et les opportunités avec les pratiques ESG. Les investisseurs ont le droit de savoir dans quoi ils investissent » , a ainsi déclaré Caroline Crenshaw, la commissaire de la SEC.

Dans Forbes, l'éditorialiste Wal van Lierop résume les contradictions actuelles autour du label ESG : « Que penseriez-vous d'une entreprise qui produit de l'hydrogène gris (hydrogène produit à partir d'hydrocarbures) mais qui investit dans l'éolien et le solaire pour produire de l'hydrogène vert ? Mérite-t-il un score ESG ?  »

Mesurer l'impact des fonds

Autre objectif de la SEC : plus de transparence sur l'impact des fonds ESG eux-mêmes. Ainsi, la SEC propose que certains fonds soient tenus de déclarer l'impact carbone de leurs propres portefeuilles ainsi que leur feuille de route annuelle pour l'améliorer.

Seule la commissaire républicaine Hester Peirce, qui siège à la SEC, a voté contre les deux propositions. « L'écoblanchiment est une préoccupation légitime, mais la SEC a déjà un moyen d'y remédier » , a-t-elle déclaré. Pour preuve elle a fait référence à la condamnation récente à une amende de 1,5 million de dollars de BNY Mellon par la SEC pour « déclarations inexactes et omissions concernant l’environnement, le social et la gouvernance (ESG) » . Un exemple d'autorégulation suffisant pour la commissaire nommée par Donald Trump.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.