Capture du court métrage  - Les larmes de la Seine -

Le film d'animation français « Les larmes de la Seine » , en route pour les Oscars

© « Les larmes de la Seine »

Récompensés pour la 2ème année consécutive au SIGGRAPH, les étudiants de l’école Pôle 3D de Roubaix décrochent leur billet pour les Oscars 2023 avec leur court-métrage Les larmes de la Seine.

Déjà récompensée en 2021 pour le film d’animation Migrants, l’école vient à nouveau de remporter le Grand Prix (Best in Show) du SIGGRAPH, l'un des événements les plus importants pour l'industrie des images numériques. Cette fois-ci, c’est le court-métrage Les larmes de la Seine qui est récompensé.

© « Les larmes de la Seine »

L'école Pôle 3D de Roubaix réalise une prouesse

Réalisé par 8 étudiants, ce film d‘animation poignant revient sur les évènements tragiques de la nuit du 17 octobre 1961. Qualifiée de « sanglante répression » par François Hollande en 2012, cette manifestation pacifique organisée par le Front de libération nationale pour protester contre un couvre-feu jugé discriminatoire s’est soldée par 12 000 arrestations et la mort d’au moins 120 algériens. Interrogés par le site 3DVF, les étudiants ont déclaré : « Il fallait faire découvrir ce bout d’histoire au nombre encore trop grand de personnes n’étant pas au courant. » Ils ajoutent : « Il est très important de se souvenir de l’histoire de notre pays, d’accepter les zones sombres, pour bâtir le futur. »

© « Les larmes de la Seine »

Ce n’est pas la 1ère fois que les étudiants de l’école s’emparent de sujets sensibles. En 2021, le court-métrage Migrants, récompensé par des dizaines de prix, avait pour pitch : « Des ours polaires forcés de quitter leur foyer face au changement climatique pour tenter de trouver refuge plus au Sud, chez les ours bruns. »

D’après Emmanuelle Gore, responsable communication de l’école interrogée par Lille Actu, le prix « Best in Show » du SIGGRAPH est « la récompense suprême qui met en compétition au même niveau les productions professionnelles comme étudiantes. C’est pourquoi une école remportant ce prix deux années consécutives est un vrai exploit et une première mondiale ! Aucune école auparavant n’avait réalisé une telle prouesse » .

Les larmes de la Seine enchaîne les récompenses

Au prix « Best in Show » du SIGGRAPH, qui rend le film éligible au processus des qualifications pour les Oscars 2023, viennent s’ajouter de nombreuses autres récompenses. « Ce film, qui est à mi-parcours en festival, totalise 112 sélections officielles pour 38 prix remportés » , souligne l’école. Dernièrement, il a reçu le prix du meilleur court-métrage étudiant lors du Palm Springs International ShortFest.

Les larmes de la Seine fait également partie des trois finalistes des BAFTA Student Awards 2022. Le court-métrage marchera-t-il dans les pas de Migrants en remportant la fameuse récompense ? Réponse lors de la cérémonie qui se tiendra à Los Angeles les 21 et 22 juillet 2022.


Réalisateurs : Yanis Belaid, Eliott Benard, Nicolas Mayeur, Etienne Moulin, Hadrien Pinot, Lisa Vicente, Philippine Singer et Alice Letailleur.

commentaires

Participer à la conversation

  1. Pierre GUÉRARD dit :

    Bonjour,

    Attribuer cette nuit tragique à la seule responsabilité du préfet de police en poste, Maurice Papon, le 17/10/1961, ne me semble pas correct.
    Ce préfet nommé sous la présidence du général de Gaulle, et de son ministre de l'Intérieur de l'époque avait fait l'objet d'un choix délibéré du Chef de l'État et du gouvernement avalisé par ce dernier.
    Le général de Gaulle n'était pas sans connaître le passé sulfureux de ce préfet sous le gouvernement de Vichy, alors que sa complicité pour crime contre l'humanité a été établie et fait l'objet d'une condamnation en raison de son concours actif dans la déportation et la mort d'enfants juifs.
    Le général de Gaulle était d'autant plus au courant du passé de Maurice Papon, et les événements tragiques de la nuit du 17 octobre 1961 ont été parfaitement connus, et par le Chef de l'État, et du ministre de l'Intérieur, ceci en temps réel, c'est à dire pendant le déroulement de ces événements tragiques.
    Lorsqu'un successeur à Maurice Papon fut chosi, en qualité de Préfet de Police de Paris, il s'agit de Maurice Grimaud, en poste du 27 décembre 1966 au 13 avril 1971, il rencontra le général de Gaulle qui lui vanta les mérites de la "fermeté" de Maurice Papon.
    Maurice Grimaud ne fut pas le Maurice Papon dont il avait pris les fonctions. Il déploya une énergie hors-pair, lors des événements de Mai 1968, afin que cette période tumultueuse ne se termina point en un bain de sang. Il se rendait en permanence auprès des policiers afin de les contenir, d'autant qu'il avait constaté un racisme, chez les policiers, anti maghrébin. Maurice Papon ne fut pas suivi dans ses excès, avalisés par ses mandants du gouvernement et de la Présidence de la République, par son successeur.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.