Pancarte : More Equality, More Love

États-Unis : après la révocation du droit à l'avortement, le mariage homosexuel et la contraception en danger ?

© Cody Pulliam - Unsplash

Dans le sillon de l'annulation de l'arrêt Roe vs Wade, le juge Clarence Thomas a exposé sa vision ultra conservatrice qui n'annonce rien de bon.

Le juge Clarence Thomas a fait valoir dans opinion concordante publiée vendredi 24 juin 2022 que la Cour Suprême « devrait reconsidérer » ses décisions passées codifiant les droits à l'accès à la contraception ainsi qu'aux relations et mariages homosexuels. Des décisions, selon ses dires « manifestement erronées » . Un argumentaire qui relance les spéculations.

Le juge conservateur fait référence à trois arrêts en particulier : « Griswold vs Connecticut » de 1965, qui consacre le droit à la contraception, « Lawrence v. Texas » de 2003, qui rend inconstitutionnelles les lois pénalisant les relations sexuelles entre personnes de même sexe, et « Obergefell vs Hodges » , un arrêt de 2015 protégeant le mariage pour tous au niveau des États-Unis.

Ce type de position inquiète particulièrement les défenseurs des droits reproductifs et des droits LGBTQ+, qui ont averti dès la fuite du projet de la Cour suprême, publiée par le média américain Politico, que si Roe tombait, le droit à la contraception et le mariage homosexuel seraient les suivants.

Clarence Thomas, le juge qui s'attaque aux acquis sociaux

Compte tenu du profil de Clarence Thomas, ses propos inquiètent. Nommé juge à la Cour Suprême par le Président Georges H.W. Bush en octobre 1991, Thomas est considéré comme le plus conservateur des 9 juges. Parmi ces autres prises de position radicale, on note entre autres :

2004 : il est le seul à considérer que le gouvernement fédéral des États-Unis a le droit de détenir, sans contrôle judiciaire, ses ressortissants à Guantánamo.
2009 : il est le seul à estimer que l'obligation de se dénuder, concernant des adolescentes de 13 ans, pour procéder à une fouille au corps n'est pas contraire au IVème amendement.
2022 : soutien de l'ancien président Donal Trump, il est le seul à s'opposer à la demande d'ouverture des archives présidentielles dans le cadre de l'enquête sur l'assaut contre le Capitole du 6 janvier 2021.

La tactique conservatrice

Si l'opinion concordante n'a pas de valeur juridique immédiate, certains démocrates y voient une invitation lancée aux législateurs des états à prendre des décisions allant à l’encontre des lois passées par la Cour suprême. L'objectif : contraindre celle-ci à annuler potentiellement ses décisions. Une stratégie déjà adoptée et déployée par les législateurs conservateurs, qui font passer depuis des années des années des lois restrictives sur l’avortement au niveau des états.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.