Bouteilles de champagne Moët & Chandon

Alerte aux bouteilles de champagne contaminées à la MDMA

© Sabel Blanco - Pexels

Les autorités européennes appellent à la vigilance depuis que des « traces de MDMA » ont été retrouvées dans des bouteilles de champagne de la marque Moët & Chandon.

Depuis le début de l'année plusieurs cas d'intoxication à la MDMA ont été relevés chez des personnes ayant consommé du champagne.

Vous reprendrez bien un peu de champagne ?

En janvier et février 2022, sept personnes en Allemagne et quatre aux Pays-Bas ont été victimes d’intoxications « graves » après avoir consommé de la MDMA liquide (une drogue dure également connue sous le nom d'ecstasy). Après enquête, il s'avère que la drogue était contenue dans des jéroboams (bouteilles de 3 litres) étiquetés Champagne Moët & Chandon de la gamme Ice Imperial. Selon la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), l'une des intoxications a entraîné le décès d'un homme qui avait consommé du champagne dans un restaurant.

Après une période d'accalmie, la Belgique appelle à nouveau à la vigilance après que l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire ait identifié un deuxième lot contaminé début juin.

Des bouteilles contrefaites d'origine inconnue

Si à ce jour les autorités disposent de quelques éléments permettant d'écarter les bouteilles en cas de doute, les investigations n'ont pas permis de déterminer l'origine de la contamination. En se référant aux données communiquées par les autorités on apprend qu'il s'agit « de la bouteille de champagne "Moët & Chandon Imperial Ice 3l " aux numéros de lots LAJ7QAB6780004 & LAK5SAA6490005 » . Si l'extérieur de la bouteille ne se distingue pas de celui des bouteilles de champagne habituelles, le contenu quant à lui laisserait apparaître quelques indices. En effet, selon la DGCCRF « le liquide contenu dans la bouteille n’est pas effervescent, ne contient pas de bulle et présente une teinte brune rougeâtre et une odeur anisée » . Enfin, d'après les autorités, « le produit aurait été vendu sur un site de commerce de particulier à particulier, par un particulier localisé à l’étranger » .

Aucun cas recensé en France

Si à ce jour aucun cas n'a été signalé en France, les autorités sanitaires appellent toutefois à la vigilance. D'après ces dernières, « rien ne permet d’affirmer [ou d’infirmer] que les bouteilles concernées soient commercialisées sur le marché français ». Les autorités recommandent d'écarter les bouteilles suspicieuses et précisent que « le simple fait de tremper un doigt dans le liquide et de le goûter peut entraîner de graves problèmes de santé, même sans ingestion » .

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.