bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
quitter facebook

Comment quitter Facebook en 6 étapes ? Un artiste vous explique la (fastidieuse) marche à suivre

Le 28 mars 2018

En réponse au scandale Cambridge Analytica et dans la mouvance du hashtag #DeleteFacebook, l’artiste et activiste Jeremy Deller enjoint les habitants de Londres et de Liverpool à quitter la plateforme. Et c'est loin d'être facile.

Écrites noir sur rose, les guidelines de l’artiste britannique Jeremy Deller ne sont pas passées inaperçues. Imprimées près de 2 000 fois, distribuées et placardées près des stations de métro Euston, Liverpool Lime Street et à Rathbone Place, où siègent les bureaux britanniques de Facebook, elles expliquent, sans détour et en 6 étapes, comment se débarrasser définitivement de son précieux compte bleu.

Et autant dire que la plateforme ne facilite pas la chose à ses utilisateurs. Pour dire adieu à « Zucki land », il faut attendre jusqu’à 14 jours pour que ce dernier soit totalement supprimé, apprend-on. De la page de suppression de compte à la saisie du « code captcha » (une étape de sécurité chargée de s’assurer que vous n’êtes pas un robot), il semble plus facile de déserter la plateforme en lui abandonnant ses données que de supprimer son profil pour de bon.

Interviewé par The Guardian, Jeremy Deller affirme avoir mené l’opération en partie à cause de l’implication de Facebook dans les élections américaines et du manque de responsabilité et d’honnêteté de son créateur dans la gestion des données de ses utilisateurs. Et s’il a en réalité rédigé ces instructions avant que le pot aux roses ne soit découvert, on fait rapidement le lien avec l’affaire juteuse du moment. Il y a quelque jours, The Observer révélait que l’entreprise Cambridge Analytica a aspiré les données de quelques 50 millions de comptes Facebook, lesquelles ont été utilisées pour influencer les votes de la dernière élection présidentielle américaine. Sur Twitter, le hashtag #DeleteFacebook n'a pas tardé à se répandre comme une trainée de poudre.

Mené en collaboration avec la jeune plateforme RRU NEWS (« Unité d’intervention rapide »), l’appel au boycott de Jeremy Deller s’inscrit dans une démarche politique plus large. À Liverpool, ce bureau de presse activiste transforme des artistes en reporters et les incite à réagir de manière créative aux évènements mondiaux qui se présentent au jour le jour. Au cœur de l’expérimentation, on insiste sur l’engagement du public et sur la gratuité des actions menées, de façon à ce que tout le monde puisse se faire passer le mot, indépendamment des grandes plateformes.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour