habillage
premium1
premium1
Une main sur fond bleu en train de tenir une boule lumineuse
© okeykat via Getty Images

Technologie haptique : « Nous entrons dans l’internet du toucher »

Arnaud Pagès
Le 13 janv. 2020

Les dispositifs haptiques – sous forme de combinaisons, de capteurs, ou directement via des écrans – répliquent la sensation du toucher, rendant possible la manipulation d’objets virtuels. Cédrick Chappaz, fondateur de la start-up Hap2U, nous en dit plus sur cette technologie.

 À quel point la technologie haptique peut-elle restituer les sensations du toucher ?

CÉDRICK CHAPPAZ : Le ressenti est très proche de la réalité. Il est possible aujourd'hui de se rapprocher de très près d'un objet physique, de calquer sa forme fidèlement en atteignant un niveau de réalisme bluffant. Nous travaillons sur le frottement, qui, en temps réel et de façon interactive, permet de créer une illusion de texture et de relief.

Avec quel objectif ?

C. C. : Il devient possible de contrôler des outils virtuels. C’est une technologie qui se révèle très intuitive en matière d’usage et peut simplifier l'utilisation d’outils aussi triviaux que le smartphone. Le toucher favorise aussi l'accessibilité aux outils numériques pour les personnes en situation de handicap visuel. Notre technologie leur permet de se réapproprier ces objets. Il existe aussi de nombreuses applications dans l’univers du jeu vidéo, par exemple, ou de la réalité virtuelle. Le champ des possibles est très large... Nous rajoutons le toucher intuitif et tangible au tactile interactif déjà existant.

Diriez-vous que la technologie ouvre une nouvelle ère ?

C. C. : Nous entrons dans l’internet du toucher. C’est une évolution à la fois très disruptive et pour autant très naturelle de l'interaction avec les machines.

Quels types de matières arrivez-vous à recréer ?

C. C. : Pour l'instant, nous arrivons à reproduire des matières simples. C'est plus difficile avec les tissus ou le bois. Il y a un niveau de complexité supplémentaire. Mais ça va évoluer, aussi bien grâce aux clients qui permettent de pousser la recherche, qu’aux utilisateurs qui se familiarisent avec la technologie.

Quel avenir pour cette technologie ?

C. C. : Notre objectif est d'obtenir une représentation de la matière qui, combinée avec d'autres sources d'information, renforce toujours plus l'illusion du toucher. Demain, les objets connectés feront partie de notre quotidien et l'haptique pourrait faciliter leur utilisation. La technologie est potentiellement très utile dans le e-commerce pour pouvoir toucher un produit avant de l'acheter. L'haptique va dans le sens d'une expérience utilisateur plus immersive, plus efficace et plus agréable. Le toucher est un canal de communication à part entière et un puissant vecteur d'émotions. Il est important de garder un contact physique avec les outils numériques et de ne pas vouloir les dématérialiser entièrement.


PARCOURS DE CÉDRICK CHAPPAZ

Docteur en sciences de l'ingénieur, il est spécialisé dans les microtechnologies. Depuis une dizaine d'années, il s'intéresse plus particulièrement aux interactions hommes/machines. Entrepreneur et inventeur, il a fondé Hap2U en 2015 et en est le président.


Cet article est extrait du Livre des tendances 2020 de L'ADN. Pour vous le procurer, cliquez ici.


L'EDITO DE NOTRE PARTENAIRE, SAP :

Pas d’innovation sans impact

Le digital bouscule le business des organisations qui doivent redéfinir leur politique d’innovation et l’impact qu’elles souhaitent avoir sur le marché.

IMPACT HUMAIN

Les individus veulent vivre des expériences nouvelles. L’IA, l’analyse prédictive, le machine learning ou les chatbots vont plus que jamais jouer un rôle primordial pour traiter les données, développer de nouvelles expériences et améliorer la vie des individus.

IMPACT ÉCONOMIQUE

Le numérique crée de nouveaux marchés. L’arrivée de la technologies 5G et des objets connectés autonomes devrait fera émerger de nouvelles catégories de services et d’entreprises.

IMPACT SOCIÉTAL

En 2020, les organisations devront repenser leurs processus métiers et se tourner vers les Greentechs. L’objectif : traiter sérieusement les enjeux climatiques et répondre aux attentes légitimes des consommateurs.

Gérald Karsenti, PDG de SAP France et professeur à HEC et ESCP Europe

Arnaud Pagès - Le 13 janv. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.