habillage
premium1
premium1
Un robot Einstein par Hanson Robotics

On pourra un jour cloner les cerveaux des génies pour en faire des robots

Le 30 janv. 2018

Ce n'est pas de la fiction : des copies numériques des personnes les plus intelligentes pourraient bien faire tourner le monde. Heureusement, c'est dans 100 ans !

Les fantasmes autour d’un futur où les robots ont le contrôle vont bon train. Au programme, on retrouve souvent le même refrain : les machines ont envahi le monde, piqué le job des humains, et ces-derniers se retrouvent relégués au rang d’esclaves – ou de rebelles hors-la-loi.

Plantons le décor : à la croisée de la science sociale et de la tech, Robin Hanson est un prof d’économie qui a bossé pour la NASA. Ça va. Son hobby : écrire des bouquins où il prédit - plus qu’il n’imagine - le futur. Et s’il admet que ses théories ne se concrétiseront pas nécessairement (ça dépend un peu de nous, en fait), elles sont tout à fait plausibles.

 

Ainsi, dans The Age of Em, il dépeint un futur pas si éloigné – une centaine d’années – où les cerveaux des humains les plus intelligents et les plus productifs seront « scannés » dans des copies numériques (qu’il appelle « émulations », d’où leur petit nom, « em ») qui feront le job à notre place. Imaginez : tous les prix Nobel, les scientifiques de génie, mais aussi les artistes les plus spectaculaires capables de se cloner à l’infini et pour pas cher. « Pour parvenir à ce type de scénario, nous avons besoin de 3 technologies qui ne sont pas encore abouties aujourd’hui, mais qui pourront bientôt l’être », explique Robin Hanson. « En premier lieu, il faudra des ordinateurs ultra-rapides et bon marché. Ensuite, nous devrons être capable de scanner le cerveau humain jusque dans les moindres connexions entre les cellules. Enfin, nous devrons créer un modèle numérique qui copie exactement la façon dont chaque cellule fonctionne ». L’objectif : leur assigner toutes les tâches que nous accomplissons au quotidien avec plus ou moins de succès pour un meilleur résultat.

Si nous y parvenions, les « ems » seraient amenées à vivre dans une réalité virtuelle permanente. Stockées au sein de serveurs, elles agiraient comme l’humain dont elles sont la copie – et pourraient produire, de façon quasiment instantanées, d’autres copies d’elles-mêmes (souvenirs compris), ce qui peut inclure une potentielle immortalité. Dans les faits, les copies serviraient à accomplir des tâches très précises, et parfois finies dans le temps. Au royaume de la productivité, pourquoi s’encombrer d’une« em » inutile ?

De par les nombreux clonages, les« ems » formeraient une main d’œuvre d’excellence très peu chère, reléguant la plupart des humains à un sort incertain. Probablement une sorte de retraite généralisée…

Ne vous méprenez-pas : nous ne sommes pas dans un scénario à la Black Mirror où les« ems » ne sont que des esclaves des temps modernes. Au contraire. « Pour commencer, les ems sont supérieures intellectuellement aux humains. Elles ne les respectent pas – même si elles ont une forme de gratitude et de nostalgie à leur encontre ».

Les dérives ne sont pas impossibles, et les« ems » pourront craindre les copies illicites d’elles-mêmes, qui seraient créées à des fins d’extorsion de l’information. « Si vous êtes l’em d’un Président, et que je vous clone mille fois, je pourrais trouver mille moyens de vous torturer pour parvenir à mes fins ».

Charmant…


Robin Hanson interviendra dans le cadre de la Maddy Keynote dédiée à la Cité du futur. Plus d'informations ici.


© photo d’illustration : Hanson Robotics

 

Commentaires
  • Voici l'un des pipeaux à la mode parmi les plus représentatifs de l'illusion transhumaniste !
    Ce rêve transhumaniste n'est qu'une chimère, le dernier avatar d’un matérialisme moribond.

    Selon les recherches les plus récentes sur la nature de l'esprit ou de la conscience, il y a un abîme radical entre "l'intelligence" et "la conscience".

    Encore que certains physiciens quantiques et spécialistes des neurosciences estiment que la conscience étant présente partout à des degrés divers, y compris dans la plus infime particule, il est concevable qu'elle puisse aussi apparaître dans un ordinateur suffisamment évolué.

    Mais il y a une différence radicale entre un esprit humain dont on peut modéliser certaines fonctionnalités et les reproduire dans un système d'intelligence artificielle et la façon dont fonctionne un système expert.

    Une conscience ne pourra jamais émerger spontanément d'une intelligence artificielle inscrite sur du silicium ou quelque support matériel, même la plus élaborée possible.

    Ce projet fou des apprentis sorciers de l'IA est un leurre total.

    L'informatique quantique encore balbutiante pourrait nous réserver des surprises. Mais croire que la conscience d'un être humain, à fortiori d'un génie, puisse être dupliquée sur un disque dur, c'est commettre l'erreur classique de beaucoup de scientifiques qui sont encore embourbés dans la pensée matérialiste. A savoir de croire que la pensée ou la conscience est la résultante d’interactions biochimiques ou électriques dans le cerveau.

    Alors que les découvertes de l'épigénétique et des neurosciences éclairées par les théories quantiques nous enseignent une tout autre vision du fonctionnement du cerveau et de l'ADN.

    Le cerveau, en tout cas au niveau synaptique, fonctionne selon les lois quantiques. Il capte les vitalités quantiques présentes dans l'environnement proche ou éloigné du sujet, et les précipite en "réalités" projetées sous forme d'hologramme sur l'écran de la conscience : au sein des microtubules se produisent à une fréquence de 50 à 60 Hz (50 à 60 fois par seconde) ce que les scientifiques appellent des "moments de conscience" au cours desquels les potentialités quantiques perdent leur fonction d'onde et génèrent de la matière. Nous créons littéralement de la réalité.

    Il semble qu'il en aille de même pour toute forme de conscience dans l'Univers, de la plus élémentaire (particule) à la plus élaborée ("Dieu") : la conscience crée à tout moment ce que l’on croit percevoir comme « la réalité ».

    Quant à l'ADN il fonctionne comme un disque sur lequel sont stockées les "mémoires" relatives à notre vécu émotionnel, individuelles ou transmises par le phylum génétique. De nos ancêtres les plus proches jusqu'aux origines de l'espèce. Ces mémoires sont des condensés d'états psychiques et influent sur notre "identité" et nos comportements. L’ADN est en perpétuel mutation, chaque vécu se traduit par des possibles mutations.

    Et notre ADN est lui aussi régi par les lois quantiques ? Notamment celles de l’intrication quantique. Nos ADN sont interconnectés même à très grande à distance. Tout stimulus comme la projection d’un faisceau laser sur un ADN à un endroit donné peut produire une réaction instantanée sur un autre ADN « connecté » au premier à des milliers de kilomètres de distance.*

    On est loin des représentations très mécanistes des gourous de l’IA qui rêvent d’immortalité et de transférer le cerveau d’Einstein sur n’importe quel béotien…

    Nul besoin de de stocker l’intelligence d’un génie ou de nous faire greffer des programmes additionnels pour booster notre intelligence puisque nous sommes tous interconnectés.

    D’ici quelques années, quelques décennies au plus, nos capacités télépathiques et empathiques seront tellement développées que nous communiqueront en temps réel avec la conscience globale de toute l’humanité.

    Ce n’est pas de science-fiction, c’est notre vraie nature. Et à mesure que l’espèce humaine s’éveillera elle développera des capacités insoupçonnées, inscrites depuis la nuit des temps dans nos gênes et inspirant à tout moment nos consciences encore endormies.

    Car nous ne sommes pas seulement des êtres doués d’intelligence ou une race évoluée, nous sommes réellement des dieux.
    _______

    * Lire notamment à ce sujet :
    - Massimo Teodorani : Entanglement – L’intrication quantique des particules à la conscience
    - Emmanuel Ransford : L’origine quantique de la conscience – Enquête sur la nature de l’esprit

  • Voici l'un des pipeaux à la mode parmi les plus représentatifs de l'illusion transhumaniste !
    Ce rêve transhumaniste n'est qu'une chimère, le dernier avatar d’un matérialisme moribond.

    Selon les recherches les plus récentes sur la nature de l'esprit ou de la conscience, il y a un abîme radical entre "l'intelligence" et "la conscience".

    Encore que certains physiciens quantiques et spécialistes des neurosciences estiment que la conscience étant présente partout à des degrés divers, y compris dans la plus infime particule, il est concevable qu'elle puisse aussi apparaître dans un ordinateur suffisamment évolué.

    Mais il y a une différence radicale entre un esprit humain dont on peut modéliser certaines fonctionnalités et les reproduire dans un système d'intelligence artificielle et la façon dont fonctionne un système expert.

    Une conscience ne pourra jamais émerger spontanément d'une intelligence artificielle inscrite sur du silicium ou quelque support matériel, même la plus élaborée possible.

    Ce projet fou des apprentis sorciers de l'IA est un leurre total.

    L'informatique quantique encore balbutiante pourrait nous réserver des surprises. Mais croire que la conscience d'un être humain, à fortiori d'un génie, puisse être dupliquée sur un disque dur, c'est commettre l'erreur classique de beaucoup de scientifiques qui sont encore embourbés dans la pensée matérialiste. A savoir de croire que la pensée ou la conscience est la résultante d’interactions biochimiques ou électriques dans le cerveau.

    Alors que les découvertes de l'épigénétique et des neurosciences éclairées par les théories quantiques nous enseignent une tout autre vision du fonctionnement du cerveau et de l'ADN.

    Le cerveau, en tout cas au niveau synaptique, fonctionne selon les lois quantiques. Il capte les vitalités quantiques présentes dans l'environnement proche ou éloigné du sujet, et les précipite en "réalités" projetées sous forme d'hologramme sur l'écran de la conscience : au sein des microtubules se produisent à une fréquence de 50 à 60 Hz (50 à 60 fois par seconde) ce que les scientifiques appellent des "moments de conscience" au cours desquels les potentialités quantiques perdent leur fonction d'onde et génèrent de la matière. Nous créons littéralement de la réalité.

    Il semble qu'il en aille de même pour toute forme de conscience dans l'Univers, de la plus élémentaire (particule) à la plus élaborée ("Dieu") : la conscience crée à tout moment ce que l’on croit percevoir comme « la réalité ».

    Quant à l'ADN il fonctionne comme un disque sur lequel sont stockées les "mémoires" relatives à notre vécu émotionnel, individuelles ou transmises par le phylum génétique. De nos ancêtres les plus proches jusqu'aux origines de l'espèce. Ces mémoires sont des condensés d'états psychiques et influent sur notre "identité" et nos comportements. L’ADN est en perpétuel mutation, chaque vécu se traduit par des possibles mutations.

    Et notre ADN est lui aussi régi par les lois quantiques ? Notamment celles de l’intrication quantique. Nos ADN sont interconnectés même à très grande à distance. Tout stimulus comme la projection d’un faisceau laser sur un ADN à un endroit donné peut produire une réaction instantanée sur un autre ADN « connecté » au premier à des milliers de kilomètres de distance.*

    On est loin des représentations très mécanistes des gourous de l’IA qui rêvent d’immortalité et de transférer le cerveau d’Einstein sur n’importe quel béotien…

    Nul besoin de de stocker l’intelligence d’un génie ou de nous faire greffer des programmes additionnels pour booster notre intelligence puisque nous sommes tous interconnectés.

    D’ici quelques années, quelques décennies au plus, nos capacités télépathiques et empathiques seront tellement développées que nous communiqueront en temps réel avec la conscience globale de toute l’humanité.

    Ce n’est pas de science-fiction, c’est notre vraie nature. Et à mesure que l’espèce humaine s’éveillera elle développera des capacités insoupçonnées, inscrites depuis la nuit des temps dans nos gênes et inspirant à tout moment nos consciences encore endormies.

    Car nous ne sommes pas seulement des êtres doués d’intelligence ou une race évoluée, nous sommes réellement des dieux.
    _______

    * Lire notamment à ce sujet :
    - Massimo Teodorani : Entanglement – L’intrication quantique des particules à la conscience
    - Emmanuel Ransford : L’origine quantique de la conscience – Enquête sur la nature de l’esprit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour