QR code

De ringard à incontournable, comment le QR Code est devenu viral

Avec Lyf

Pass sanitaire, médias, packaging… le QR Code est omniprésent. Si la pandémie a accéléré son adoption tardive, des innovations mondiales en matière de paiement mobile et de nouvelles expériences d’achat installent durablement ce dispositif dans le paysage.

« Mesdames et messieurs, merci de préparer vos QR Codes !  ». Paris, un soir d’automne 2021, quartier Grands Boulevards. Face à la file qui s'agglutine devant un théâtre, des employés du lieu vérifient les pass sanitaires indispensables pour entrer. Au moment de scanner le sésame brandi sur les smartphones, les chargés d’accueil glissent aux spectateurs un prospectus pour un jeu organisé par le théâtre. Pour tenter sa chance et accéder au site hébergeant le concours, le public est à son tour invité à scanner un QR Code.

Installé à notre place, on patiente en feuilletant un magazine parsemé de petits pictogrammes de carrés noirs et blancs : entre ceux affichés sur des publicités et ceux intégrés en chute d’articles, plus d’une dizaine de QR Codes tapissent l’hebdomadaire. Et le dispositif n’est pas réservé à une presse branchée-technophile : quelques jours plus tard, un journal régional diffuse un QR Code en fin d’article pour accéder à une vidéo évoquée par le journaliste. Son scan permet d’accéder directement au contenu en ligne, en lieu et place de la traditionnelle adresse URL imprimée à retranscrire manuellement dans son navigateur web.

La télévision n’est pas en reste. Le QR Code y tient un rôle de passerelle entre l’antenne et le site web d’une chaîne, à l’image de ce qu’a proposé LCI fin septembre dernier. Auréolé du titre « La vérif, scannez moi », un QR Code s’était affiché à l’écran durant un débat politique. À une dizaine de reprises, cette incrustation invitait le téléspectateur à se rendre sur le site de LCI pour y lire, en temps réel, la vérification des propos tenus dans l’émission.

Le pic de la vague QR Code

Ces exemples du retour en grâce du QR Code, dont nous avions retracé l’historique depuis sa création au Japon dans les années 90, sont loin d’être isolés : de son adoption dans les restaurants pour limiter l’usage de menus physiques à sa multiplication sur les emballages, le code bidimensionnel s’est durablement installé dans notre vie quotidienne. Un détour sur Google Trends pour constater l’évolution du terme « QR Code » sur le moteur de recherche durant ces cinq dernières années est éloquent. Le sujet ne passionne guère les foules jusqu’à une première percée en avril 2020, soit durant le premier confinement, causée par la pandémie de Covid-19. La raison semble évidente : l’attestation de déplacement, qui limite à l’époque la circulation des Français, générait alors un QR Code que les autorités pouvaient scanner en cas de contrôle.

Le pic pour la recherche, associée aux termes « covid », « attestation » et « vaccination », est observé durant la semaine du 14 juillet 2021, dans la foulée de l’allocution présidentielle instaurant le pass sanitaire.

L’essor du paiement augmenté

Au-delà de la problématique sanitaire et du retour d’usages promotionnels rappelant les tentatives du début des années 2010, la résurgence du QR Code est bien plus notable dans le domaine financier, comme en témoigne un détail pas si anodin. « Pour la première fois depuis sa mise en place, le rapport Capgemini sur l’état du paiement dans le monde a mis cette année en avant un QR Code sur sa couverture », remarque Christophe Dolique, CEO de Lyf, Fintech leader du paiement mobile augmenté.

« La pandémie de Covid-19 a amplifié la nécessité de paiements cashless et suscité l’innovation par l’adoption de portefeuilles électroniques, de cartes sans contact et des paiements via QR Code », analyse le rapport annuel du prestigieux cabinet de conseil. Le document regorge d’exemples concrets, à l’image de l’adoption fin 2020 en Argentine d’un système national et unifié de paiement baptisé Transferencias 3.0. garantissant l’interopérabilité du paiement via QR Code. En août 2021, le gouvernement indien a lancé e-RUPI, un service de paiement de prestations sociales fondé sur le transfert de coupons en ligne via SMS ou QR Code.

En France, l’innovation passe à table

En France, la transformation numérique des parcours clients grâce au QR Code, accélérée par la pandémie, est particulièrement perceptible dans le secteur de la restauration. Click and collect, cahiers de rappel numériques et menus digitalisés sont autant d’innovations de plus en plus adoptées au cours des derniers mois. C’est également le cas pour le paiement à table via mobile. Cette innovation, notamment proposée par la Fintech française Lyf, permet grâce à un simple scan de QR Code, d’accéder à son addition pour la régler directement depuis son smartphone. Elle permet au client comme au serveur de gagner du temps, limite les déplacements superflus dans l’établissement tout en simplifiant le partage des coûts entre convives.

Autre effet périphérique de la pandémie qui pourrait bénéficier au QR Code : la disparition des espèces. « Avant, les gens avaient tendance à donner beaucoup plus de pourboires, ils avaient toujours de la monnaie sur eux. Aujourd’hui, de moins en moins de monnaie circule car les gens payent en carte bancaire et, de fait, la partie pourboire s’amenuise », explique Kévin Lieurade, cofondateur de deux bars à bières artisanales à Paris. La nature ayant horreur du vide, le pourboire dématérialisé par QR Code a fait son apparition cet été !

Au-delà de la simplicité d’utilisation du dispositif, le contexte économique devrait faciliter son adoption dans les établissements concernés : en octobre, l'Assemblée nationale a ainsi voté la défiscalisation des pourboires payés par carte bleue en 2022 et 2023. De quoi suggérer que même lorsque le pass sanitaire – prolongé jusqu’à fin juillet 2022 – sera de l’histoire ancienne, le recours au QR Code dans ces lieux de convivialité saura perdurer sans mal.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.