Silhouette homme vide et bannières futuristes

Firewalls, paywalls, demandes de données biométriques à gogo… dans 25 ans, le web sera un tunnel de pop-up

© Montage avec une image de Tara Winstead

C'est la précieuse organisation Internet Archive qui le dit. Leur outil The Wayforward Machine permet de voir à quoi ressemblera le web en 2046.

Traçage publicitaire exacerbé, demandes de données biométriques intempestives, firewalls et paywalls à gogo… Voilà la vision dystopique du futur du web selon Internet Archive. Cette organisation à but non lucratif propose depuis quelques semaines The Wayforward Machine, un (bref) aperçu du web en 2046. 

Internet Archive est surtout connue pour son site The Wayback Machine. Il s’agit d’une ressource précieuse, qui permet à quiconque de voir à quoi ressemblait une page web il y a quelques jours, un an, cinq ans, vingt ans… Les premières archives remontent à 1996. Il suffit pour cela de taper un url dans la barre de recherche et de sélectionner une date. Plus de 600 milliards de pages web ont été scannées ces 25 dernières années par les archivistes de l’organisation. L’outil est sympathique pour les flâneurs du net nostalgiques de leurs années MySpace ou Lycos, mais aussi très utile aux chercheurs, journalistes et militants qui peuvent s’en servir comme outil de travail.  

Scan de rétine et ministère de la Vérité

À l’occasion de son 25ème anniversaire, Internet Archive a mis en ligne l’inverse de sa machine à remonter le temps. Le procédé est le même que sur Wayback Machine : on tape un url et on découvre à quoi ressemblera la page web dans 25 ans. Le résultat est souvent le même : un pêle-mêle de pop-up nous signalant que la page n’est pas disponible dans notre région car elle constitue un crime d’opinion, que le ministère de la Vérité a censuré ce site ou qu’il faut se soumettre à un scan de la rétine avant d’accéder au contenu… 

En fait, The Wayforward Machine est plus un outil de militantisme qu’une boule de cristal. Son but est surtout d’alerter le public sur l’accélération des mesures de censure à l’encontre d’internet. L’organisation s’inquiète notamment de la possible révocation de la section 230 aux États-Unis (qui protège les propriétaires de sites web de ce que publient leurs utilisateurs), de la multiplication des firewalls dans plusieurs pays, de la fragmentation du web, ou de l’hégémonie des GAFAM… 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.