habillage
premium1
premium1
Photo Roulette : quand une appli de quiz
© Khosrork via Getty Images

Photo Roulette : quand une appli de quiz "entre amis" fouille dans nos photos perso

Le 9 mars 2020

C’est l’application qui fait (encore) flipper les parents… Sa mécanique est simple : diffuser pêle-mêle les photos stockées sur son téléphone de façon anonyme et jouer avec ses amis pour qu'ils en retrouvent l'auteur. Les risques sont évidents : partager trop d'infos intimes pour retrouver le propriétaire de la photo.

Lancée par des Norvégiens en 2016, l'application a trouvé son chemin dans les smartphones de la génération Z du monde entier. Déjà téléchargée plus de 10 millions de fois, Photo Roulette a été l'app la plus installée sur iPhone en octobre 2019 aux États-Unis, au grand damn de certains parents inquiets. Un accidentel partage de dick pic est si vite arrivé...

Jouer à se montrer

Comment ça marche : l’utilisateur donne accès à l’intégralité de sa photothèque, l’application choisit des visuels au hasard et les affiche brièvement sur les écrans des amis participants qui ont 5 secondes pour deviner qui a pris la photo. Pour gagner la partie, il faut attribuer le plus de clichés possibles à la bonne personne lors de rounds de 15 photos. A noter : rien n'empêche d'effectuer des captures d'écran.

Pour jouer, il faut avoir plus de 17 ans, mais un simple clic permet de frauder. Sur l'Apple store, les développeurs précisent que les contenus partagés peuvent être, plus ou moins fréquemment, sensibles :

  • Scènes rares / légères de consommation ou de référence à l’alcool, au tabac ou à la drogue
  • Scènes fréquentes / intenses réservées aux adultes (suggestives)
  • Scènes rares / légères à caractère sexuel et de nudité
  • Scènes rares / légères d’humour vulgaire ou blasphématoire
Une fois le téléchargement lancé, les utilisateurs se voient prévenus : « Fais attention à ce que la librairie de photos de ton téléphone ne contienne pas d’informations privées ou sensibles te concernant ou concernant d’autres personnes. »

Un tantinet compliqué, étant donné la quantité de photos que chacun conserve sur son smartphone... Inquiète, l’association américaine Protect Young Eyes a publié un rapport pour souligner les risques encourus par les utilisateurs de Photo Roulette. Selon l'association :

« L’application comporte des risques évidents. Toute application qui combine de grands groupes d’adolescents, un environnement numérique et le partage d’éléments aléatoires aura tout simplement le potentiel d’embarrasser quelqu’un ou, pire, de le toucher radicalement. N’oubliez pas, les adolescents prennent des photos de tout. Ils ne les partagent peut-être pas avec tout le monde, mais Photo Roulette ne se contente pas de sélectionner les photos que vous voulez rendre publiques. »

screen shot de l'application photo roulette

Crédit photo : Photo Roulette

Aspirer des données, c'est aisé

Et l'application présente d'autres failles, relatives cette fois à la collecte de données. L'appli norvégienne enregistre durant vingt-quatre heures dans ses systèmes informatiques l'ensemble des photos partagées. En outre, d'autres informations (géolocalisation, date de prise de la photo...) sont quant à elles sauvegardées jusqu'à six mois par les propriétaires de Photo Roulette qui, de plus, s'octroient le droit de les partager avec qui bon leur semble...

En février 2020, le Japonais Tone Mobile, fournisseur de service low-cost, lançait le Tone e20, un smartphone qui détecte et bloque tout contenu jugé inapproprié... Grâce à son intelligence artificielle Filtre IA, les Tone e20 analysent la proportion de peau dévoilée lorsqu’un cliché est pris : lorsque cette dernière est trop importante, l’appareil n’enregistre pas la photo. Et en prime, dénonce, les coupables à leurs parents...

L'application Photo Roulette est disponible sur Android et iOS dans une version gratuite ou plusieurs payantes, allant selon les options de 3,49 à 5,49 euros.

Laure Coromines - Le 9 mars 2020
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.