habillage
Chicago avant et apres la crise syrienne

L'Intelligence Artificielle transforme votre ville en champ de ruines

Le 7 déc. 2017

Et si la Machine nous faisait découvrir certaines émotions ? Pour sensibiliser les populations aux ravages du conflit syrien, l’UNICEF a créé une I.A. qui transforme les villes du monde occidental  en zones de guerre.

Double attentat au Yemen, 358 morts à Mogadiscio… Les informations concernant les actes terroristes et les conflits dont ils sont issus sont devenues monnaie courante. Paradoxalement, sensibiliser le public est de plus en plus complexe. I est difficile de toucher une population sur des faits auxquels elle n’est pas confrontée, dont elle ne ressent pas la réalité, et auxquels elle a impression d'être habituée.

Plus marquante qu’un débit de chiffres, la photo est vectrice d’émotions. Elle permet d’attirer l’attention du spectateur. En 2015, la photo du petit Aylan Kurdi, retrouvé sans vie sur une plage turque, avait par exemple suscité de nombreuses et vives réactions.

Pour allier proximité et puissance des images, l’UNICEF et le groupe Scalable Cooperation ont donc créé une Intelligence Artificielle. Celle-ci « superpose » des photos de la ville d’Homs (Syrie) à d’autres clichés de grandes villes connues de tous. Les ravages d’un conflit à l’autre bout du monde semblent tout de suite plus réels à la vue de Paris en ruines.

Pour accéder à toutes les photos, rendez-vous sur le site de Deep Empathy. Il est également possible de naviguer sur une carte du monde entre les clichés de chaque ville avant et après retouche et, surtout, de prendre part à la campagne.

L’intelligence Artificielle, en plus d’être capable de modifier des photos pour un rendu assez réaliste, apprend. Grâce au machine learning, les visiteurs du site peuvent aider Deep Empathy à gagner en efficacité : via un questionnaire, on sélectionne les photos que l’on trouve les plus émouvantes et représentatives du conflit syrien, l’intelligence artificielle se charge du reste.

Ce n’est pas la première fois qu’un organisme tente de briser la barrière de l’éloignement. En 2016, Save The Children avait réalisé une campagne mettant en scène une petite fille anglaise dont la vie était bouleversée par la guerre. Cette vidéo compte aujourd'hui près de 60 millions de vues.

Aux États-Unis, un artiste avait également incrusté des hologrammes de réfugiés syriens en réalité augmentée, un dispositif choc assez impressionnant.

 

Holograms of the Syrian war
Yan Peirolo - Le 7 déc. 2017
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.