bannière 2
bannière 2
premium1
benhaz farahi mode data

Les matheux sont-ils les nouveaux gourous de la mode ?

Le 16 mai 2018

Mode vs Maths : l'opposition n'est plus d'actualité. À l'heure où les tendances se lisent dans la datas, les matheux-euses sont les nouveaux chouchous des marques de mode.

Le groupe Inditex (Zara, Pull&Bear, Bershka..) l’annonce fièrement sur son site : « Nous sommes efficaces. Nous sommes capables de designer, créer, produire et distribuer un produit en deux semaines sur chacun de nos marchés ».

La clé de cette réactivité hors norme ? La data ! Et pour cause, les équipes du géant de la mode espagnole Zara comptent environ 350 designers, pour autant de mathématiciens (plus communément appelés « data analysts »). Chez le retailer espagnol, chaque étiquette de vêtement est équipée d’une puce RFID et toutes les boutiques possèdent leur propre mini data center. Les informations concernant les ventes sont donc relevées, stockées et traitées en temps réel. Elles sont ensuite envoyées au siège, où l’équipe de data scientists analyse les tendances globales par marché, par produit, par couleur.

Chaque matin, les équipes de création ont donc une vision globale de ce qui marche, ou non. Ils peuvent donc ajuster les collections en temps réel, favoriser tel type de produit, telle couleur ou éliminer les produits qui ne rencontrent pas de succès. Ce système qui favorise la réactivité est également un formidable outil de gestion des stocks : il permet de réduire de 80% le temps consacré aux inventaires (chiffre Inditex) et autorise un ajustement permanent des volumes.

Comment Zara utilise les analytics pour générer du chiffre d'affaire

Les tendances dans la data

L’analyse data offre également un atout de taille : elle apporte LA pierre manquante à l’édifice de la mesure du ROI. La plateforme Lyst est ainsi en mesure de quantifier l’impact sur les ventes en ligne d’une opération avec un influenceur. La basket Veja repérée sur Emma Watson à Londres a conduit à une augmentation de 35% des recherches sur la marque. La doudoune Ganni aperçue sur Leandra Cohen à New York a joué sur l’augmentation de la notoriété de la marque à hauteur de 18%. Avec son approche centrée sur une « intelligence mode globale », le ecommerçant se positionne sur un secteur prometteur : l’analyse prédictive des tendances sur une base algorithmique.

Plus que d’avoir une vision globale sur les tendances mode à un instant T, les géants de la mode en ligne sont en mesure de prédire les tendances de demain avec une fiabilité déroutante. Jusqu’à se passer de l’œil et de l’intuition des faiseurs et faiseuses de tendance ? Traffic, le salon de la filière prêt-à-porter, qui se tenait en Avril dernier au Carreau du Temple, invitait se pencher sur cette question à l'occasion d'une conférence modérée par L'ADN : écouter le podcast

Images : ©Behnaz Farahi (couverture) ©Salon Traffic

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour