habillage
Lolita

Etudiantes, sortez avec un vieux riche !

Le 4 oct. 2017

Le message de la campagne pour un site de « sugardating » a fait bondir en Belgique, où elle a depuis été bannie.

« Hey les étudiantes ! Améliorez votre style de vie : sortez avec un sugar daddy ».

La publicité a fait le tour des campus universitaires à Bruxelles. A son origine, le site de rencontres RichMeetBeautiful, qui permet aux jeunes femmes de rentrer en contact avec des hommes riches désireux d’un peu de compagnie… et d’affection. Un documentaire réalisé par Vice sur le sujet montrait d'ailleurs clairement que certains rapports avaient une visée sexuelle.

 

 

Si le fondateur du service, Sigurd Vegal, insiste sur le fait que le site condamne toute forme de prostitution ou de tarification de services sexuels, la campagne a choqué la population belge, donnant lieu à de nombreuses plaintes.

Dans un premier temps, Sigurd Vidal affirmait que dix autres camions devaient circuler dans le pays, « surtout à proximité des campus universitaires », sans avoir l’air d’y voir le moindre problème. « Nos sugarbabies doivent être âgées d’au moins 18 ans (…). Nous sommes comme un site de rencontres classique, sauf que l’aspect financier fait partie des critères ».

Un argument peu convaincant, quand on connaît les dérives de ce type de système : le site capitalise clairement sur le fait de permettre à une population précaire de gagner de l’argent.

Les nombreuses condamnations de la part de personnalités politiques ou publiques et des internautes auront permis d’arrêter la circulation des camions. Par ailleurs, Rudi Vervoort, ministre-président bruxellois, souhaitait interdire la publicité en faveur du « sugardating » sur toute la région.

Enfin, le Jury d’éthique publicitaire (Jep) a annoncé mardi 3 octobre 2017 que la campagne était « contraire à la dignité humaine ».

Le Jury est d’avis que la publicité, en visant clairement un public féminin de jeunes et d’étudiants et en se référant tout aussi manifestement à une situation financière précaire ou non satisfaisante, est de nature à abuser de la vulnérabilité des destinataires de la publicité.
A noter que même si la campagne est officiellement déjà arrêtée, l’annonceur a 5 jours pour faire appel.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.