Meryl Streep dans le Diable s'habille en Prada

Les managers toxiques, on les déteste, ils prolifèrent. Mais pourquoi donc ?

© 20th Century Studios / Le diable s'habille en Prada de David Frenkel

Une psychologue a tenté de comprendre pourquoi les petits chefs occupent encore le haut de la pyramide. Il se pourrait bien que ce soit notre vision de la réussite qui soit au cœur du problème.

Les mauvais managers ont fait couler beaucoup de pixels ces dernières années. Probablement parce qu'ils pourrissent la vie de – beaucoup – de monde. Et qu'ils sont parfois très médiatiques. De nombreux chercheurs ont donc planché sur le sujet pour tenter de percer ce mystère. Une étude récente, par exemple, a observé les conséquences désastreuses d'un management toxique sur les organisations aux États-Unis, une autre les effets tout aussi néfastes sur la santé mentale des employés. Nous avons même demandé récemment à Julie Battilana, Chercheuse et enseignante à Harvard, si l'on pouvait prendre le pouvoir sans en abuser (réponse : it's complicated). Comment, après toutes ces années à les étudier, peut-on encore laisser ces tyrans grimper les échelons des organisations, et surtout, pourquoi y en a-t-il encore autant ?

Leadership dysfonctionnel

« Les leaders toxiques n'avancent pas dans leur carrière malgré leur comportement problématique. Ils réussissent grâce à lui » . Cette phrase, c'est la psychologue des organisations Mary-Clare Race qui la prononce. Depuis ses études, elle s'est spécialisée dans les troubles de la personnalité au travail. Elle est aujourd'hui directrice de l'innovation et des produits chez LHH, une société RH qui emploie 8 000 personnes dans le monde.

Selon elle, le problème du leadership dysfonctionnel émane à la fois de la façon dont notre société perçoit la progression de carrière et de la façon dont les entreprises soutiennent ces personnes une fois qu'elles sont sur la voie du leadership. Bref, nous valorisons le fait de diriger des personnes comme un facteur de réussite sociale. Mieux (ou pire), nous encourageons ces comportements au sein des sociétés.

Prise de risques

L'intérêt de la psychologue pour les entreprises toxiques a commencé lors de son doctorat à la University College de Londres. Elle s'est d'abord focalisée sur les grosses institutions financières. « Beaucoup d'entre elles savaient qu'elles avaient un problème de comportement toxique sur le lieu de travail et de leadership dysfonctionnel, mais elles ne voulaient pas toujours que quelqu'un vienne et lève le voile sur ce problème, car elles auraient alors à y faire face. » Édifiant.

Elle a pu observer dans ces grosses boîtes, puis dans d’autres, que les personnes promues managers « se sentent plus disposées à prendre des risques ». On pourrait comprendre à la limite que cette position inconfortable et risquée justifie un avancement. Mais la psychologue précise que leur capacité à prendre des décisions peut entraîner des conséquences potentiellement négatives pour les autres. Une incidence loin de leurs préoccupations, si elle se traduit par de bons résultats pour l'entreprise – du moins à court terme.

Tu seras manager mon fils, ma fille

Outre la prise de risque excessive, récompensée au sein des entreprises par une promotion, c'est la nature même de la promotion que la psychologue remet en cause. Si un employé obtient d'excellents résultats, l'entreprise le récompense par l'encadrement de plusieurs personnes. À la clé, un meilleur salaire et un niveau social plus élevé. Sauf que cette même personne n'est peut-être pas faite pour encadrer d'autres personnes. « Certains individus brillants devraient pouvoir continuer à faire ce qu'ils font bien, et être récompensés comme il se doit, sans avoir à assumer la tâche très différente de la responsabilité de la carrière ou du bien-être des autres », avance Mme Race. « Les qualités qui font d'une personne un excellent chirurgien du cœur ne font pas d'elle une bonne personne pour manager ». Pire, ils peuvent même s'avérer être maltraitants. Excepté que c'est la seule manière pour les entreprises de récompenser leurs employés ou des les voir avancer...

Et Mary-Clare Race de conclure : « Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir une voie d'accès au sommet d'une carrière qui n'implique pas de gérer d'autres personnes ? ». Vous avez 4 h.

Source : Quartz

commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    D'après mon expérience professionnelle, ces chefs manager toxiques qui rendent le climat et l'environnement du travail loin de l'objectif, finissant toujours par des graves conséquences dans leurs carrières professionnelle , alors il faut toujours les ignorées , comme il faut voir toujours en avant pour améliorer la carrière professionnelle.

  2. Anonyme dit :

    Les manageurs qui ne prennent aucune décision et que ne maîtrisent pas leur sujet, peuvent tout autant poser problème. Ils imposent leur fonctionnement en mettant en péril la structure, ce qui engendre un stress permanent de l'équipe.

  3. Anonyme dit :

    J’ai 4h ! J’en ai pour quelques secondes
    L’important est de savoir surfer sur le système !
    C’est du vécu ! Aujourd’hui je me marre en lisant toutes ces conneries 😂

  4. Philippe ROUSSEAU dit :

    Tentative de réponse à la question finale :
    Parce que c'est votre choix. Vous avez décidé que la progression professionnelle d'une personne s'accompagnerait d'encadrement. Rien ne vous y oblige. Avec formation à l'encadrement au préalable ? Pourtant,il est envisageable et assez courant dans certains pays de promouvoir une personne sur un poste autonome de confiance sans encadrement direct.

  5. Anonyme dit :

    Dans un monde toxique comme actuellement depuis plus de 2 ans, faut-il s'étonner d'avoir des managers toxiques ? L'exemple vient d'en haut et si nous n'y prenons pas garde, nous suivons le modèle initié et développé par tous ceux qui nous manipulent. Il faut une sacrée dose de valeurs personnelles et communes pour ne pas tomber dans ce schema qui relève du triangle de Karpman, et bien plus !

  6. Anonyme dit :

    La majorité des sociétés fonctionnent sous de vieux paradigmes ! plus facile que de se remettre en question et assumer 100% de sa responsabilité !

    Plus facile de considerer les collaborateurs comme des enfants plutôt que de les aider à grandir, s'épanouir et s'impliquer dans le projet et la vision de la société ..... pour autant qu'il y ait un véritable projet et une vision claire ! ce qui fait grandement défaut dans beaucoup d'entreprises.

  7. Anonyme dit :

    Attention : un manager toxique l'est aussi dans ses relations avec les autres, avec sa famille .... On ne change pas une équipe qui 'gagne' n'est-ce pas ?

  8. Anonyme dit :

    La direction du directoire de mon entreprise en protège même un …

  9. Anonyme dit :

    Que d'écrits sur ce qu'un bon manager ! Je n'ai pas encore trouvé un qui prenne en compte les personnes dont ledit manger est en charge. Je ne pense pas que l'on puisse manager tout le monde de la même manière. Il y a des personnes impliquées, d'autres pas; des personnes honnêtes, d'autres fourbes; des personnes motivées, d'autres toxiques, etc.
    A aucun moment non plus n'est pris en compte le facteur culturel. Le management ne peut être standardisé dès lors que le monde ne l'est pas.

  10. Minette moise dit :

    Tellement édifiant ce texte

  11. Abdelhamid KAFI dit :

    Bonjour, je crois que nous sommes arrivés au bout d'une méthodologie de'organisation et de management, ce qui encourage justement à empêcher les uns et les autres a occupé des postes de managers sans être encadrant. Justement il faut réinventer le management, il est grand temps, ne serait ce que pour barrer la route aux managers toxiques. ET ILS SONT NOMBREUX

  12. Fabiola Cousi dit :

    Bonjour.
    Bon article.
    Devrions-nous pas nous pencher sur la confusions entre prise de pouvoir hiérarchique et prise de pouvoir de savoirs ?
    Il faudrait prôner le partage à tous les niveaux...non ?

  13. Anonyme dit :

    Exactement ce que je vie actuellement comme victime!

  14. Keita dit :

    Sujet intéressant

  15. R.moisy dit :

    L’ambition pousse les gens à viser les postes de management plutôt qu’à acquérir de vraies compétences. Le « faire savoir », devient plus efficace que le savoir et le savoir-faire. Le management des hommes ne s’apprend dans aucune école de management alors que c’est la base même de l’efficacité à long terme et du développement durable. Ce système produit des managers menteurs et incompétents qui ruinent l’évolution.

  16. TAKOUERT Karim dit :

    Merci, la culture de gestion de l'entreprise et instaurer sur un dominant et domine, car C'est une approche d'un établissement militaire face à lui, un enemie, et face d'une entreprise productif il y'a un marché dont la concurrence est rude, quelle sont les mécanismes a développé en managemente et l'environnement du travail, ainsi le challenge du marché

  17. Anonyme dit :

    un jour je disais à un philosophe :" si on laisse le pouvoir aux cons , on est foutus" .Il m'a très justement répondu :" c'est peut-être parce qu'ils sont cons qu'ils veulent et prennent le pouvoir ".

  18. Anonyme dit :

    Le probleme c'est que n'importe qui peut s'improviser gestionnaire sans avoir la moindre qualité nécessaire pour gérer du personnel.

  19. mp.consult@outlook.be dit :

    Entièrement d accord avec cette réflexion. Il faut un savoir être particulier et une personnalité en adéquation avec une fonction managériale. Donner des postes comme ceux là en fonctionnant à la gratification. C'est omettre des résultats parfois négatifs qu un processus de sélection aurait certainement mis en évidence.

  20. Anonyme dit :

    Tout le monde ne peut pas être manager. Il faut avoir les qualités requises.

  21. Anonyme dit :

    effectivement celui qui a une expertise technique dans un domaine et qui veut faire progresser son salaire a avantage à devenir manager,plutôt qu'à rester dans son domaine technique comme Expert.

  22. Anonyme dit :

    J 'adhère totalement. Manager, régler des conflits ne s'improvise pas contrairement à ces avancements pour récompense qui pourraient le faire penser.

  23. Anonyme dit :

    Raynald Lalancette
    raynald.lalancette@hotmail.com

    La réponse est : En ne laissant travailler que la sphère rationnelle de son cerveau. Alors on ne gère pas du monde on gère des retombées chiffrables...c'est ce que l'on y apprend à l'université des élites de gestion

  24. Anonyme dit :

    Bonjour, sans doute les qualités techniques et humaines sont nécessaires. La matrice des entreprises privilégiant l'ascension salariale en devenant manager n'incite pas forcément les bonnes raisons et motivations aux candidats au manageriat (envie de gagner plus de sous plutôt que de gérer une équipe dans de bonnes conditions). Les résultats court terme à justifier à la direction/actionnaires donnent aussi une vision limitante aux managers, qui peuvent pousser leurs salariés au stress pour répondre à ces contraintes temporelles du système. Enfin, combien sont promus manager, sans formation et n ayant éventuellement comme seule image, les modèles archaïques de leurs propres managers ? La formation et l'exemple, rien de tel.

  25. Anonyme dit :

    Les managers sont souvent dans le domaine de la vente des personnes qui sont mises à ce poste pour des raisons bien différentes de leurs qualités de savoir manager ce qui fait des dégâts colossaux dans le sein d’une entreprise j’en ai fais les frais et je sais de quoi je parle

  26. Anonyme dit :

    Comment parler de la maltraitance au travail sans prononcer les mots capitalisme ou exploitation, tout en psychologisant et en individualisant les responsabilités...

    Si les managers sont toxiques, TOUS, c'est parce que leur travail est de tirer de la 'ressource humaine' (quasiment du Staline dans le texte) le plus de profit possible pour les actionnaires.
    Il n'a pas d'autre raison d'exister.

    Et donc, pour atteindre cet objectif, il n'hésitera pas à harceler, à placardiser, à menacer de licenciement et à pousser au suicide tous ceux qui l'ouvriront un peu trop, qui se mettront un peu trop en maladie ou qui ne réaliseront pas les objectifs de production imposés par les actionnaires.

    Prendre le manager par la psychologie, c'est rater complètement la nature du problème, à savoir que si des gens aussi détestables ont été engagés et montent aussi sûrement dans la hiérarchie des boîtes, c'est précisément parce que l'actionnaire a besoin de gens de ce type pour mater d'éventuels insoumis et atteindre coûte que coûte les objectifs de rentabilité exigés par le capital.

    Pas besoin de convoquer Freud ou Merryl Streep pour le comprendre...

  27. Anonyme dit :

    Bref être une ordure qui traumatisé tout le monde et provoque des burn out est à la mode donc il leur faut les qualités requises pour être ce qu ils sont .des enfoirés. Un management ou on valorise les qualités, ou l on est à l écoute et dans l humain ça fonctionne très bien .mais ça il ne faut pas le dire .la bienveillance et l empathie aujourd hui semblent avoir fait leur temps .belle époque de merde .

  28. Anonyme dit :

    Il faut avoir des prédispositions a être un manager ,mais dans un sens je pense qu une personne promue a un poste qui encadre plusieures personnes devrait envisager une formation lui permettant de manager au mieux son équipe ..

  29. Anonyme dit :

    Ce sont des machine a broyer des salariés .ils sont souvent bien moins qualifier que les personnes qu'ils mangent.troisieme manager dans l'entreprise.qie des hystériques maltraitance.

  30. Anonyme dit :

    Anonyme
    Le management ce qui a conduit à la dégradation, dénigrement,la misère humaine,
    Et la disparition de notre service public à la poste.....

  31. Anonyme dit :

    Je suis tout à fait d'accord sur le fait qu'un bon manager est une personne qui a déjà une grande capacité à gérer les relations humaines et qui doit avoir un grand sens de la communication. De plus, avant d'être manager il faut une formation et non se prétexter manager parce ce que l'on a décidé de vous donner une promotion. Un mauvais manager peut engendrer des problèmes gravés sur ses collaborateurs en terme de santé mentale. Il doit être capable de se remettre en question dans sa façon de manager et apprendre à booster son équipe afin d'être efficace et productive. Il doit créer un environnement propice au bien être... Cela paraît peut être idéaliste mais je pense qu'il existe ce type de manager.

  32. Anonyme dit :

    Bonjour,
    Les qualités d un bon manager : loyauté sincérité honnêteté bienveillance rigueur etc. Or 3/4 des managers n ont même pas un soupçon de ses qualités, car roulent uniquement pour leur carrière.

  33. Anonyme dit :

    De part mon expérience personnelle, le manager devient toxique à cause de l'équipe qu'il gère : la situation devient ce qu'elle est par la volonté des acteurs présents et pas uniquement du fait du manager. Lorsqu'un équipier est reconnu pour son professionnalisme, il est promu manager dans l'espoir que les autres équipiers prennent exemple. Dans 70% des cas, la jalousie l'emporte. Il est normal que la situation devient toxique car autrement il y aurait 70% de managers et 30% d'équipiers : ce qui est contre-nature d'une organisation

  34. Anonyme dit :

    Je prend l'exemple de mon compagnon, qui est mécanicien dans un domaine très précis que sont les remontées mécaniques en station de ski et qui a eu au bout de 10 ans l'opportunité de devenir chef de secteur car il était expert dans son domaine et assez fort pour le transmettre mais ce poste ne lui convenait absolument pas car il devait gérer une équipe alors qu'il n'est absolument pas fait pour ça. Seulement pour récompenser son niveau d'expérience au lieu de simplement l'augmenter, ils proposent des postes qui impliquent de la gestion de l'humain et qui te font sortir de ton domaine d'expertise.... ça n'a aucun sens et en gros tu dois rester à un salaire bas même quand tu es bon si tu ne veux pas accepter un poste de manager.

  35. Chokri dit :

    Un manager toxique entretien toujours des rapports conflictuelle avec ses collaborateurs qui ont pour conséquence le départ des compétences et la détérioration de la qualité de service entraînant une mauvaise image de marque pour l'entreprise

  36. Adam yaya khatir dit :

    Très intéressant moi je vois que les hommes intelligent ils se réservent ne prennent pas les risques .

  37. Anonyme dit :

    Managers... les débordés, payés à rien foutre et profiter de la situation !

  38. CC dit :

    L'objectif des grandes entreprises étant l'optimisation des profits avec une pression permanente des actionnaires, le bien-être des employés "collaborateurs" n'est pas la priorité. Au contraire même puisque des plans de licenciement massifs sont souvent nécessaires pour maintenir le niveau de la valeur des actions.

    Pourtant une PME vient de montrer que la bien-traitance des collaborateurs par une semaine de 4 jours était profitable.
    Mais deux échelles de valeurs différentes et pas d'actionnaires anonymes puissants pour dicter leur loi !

  39. WIP dit :

    Le Manager est un métier à part entière. Trop souvent, le top management considère que cette affectation peut être admise come une petite part du job d'un employé. Le Manager fait aussi partie d'un système, d'un organigramme et donc tout ce qui est au-dessus de lui et/ou en dessous dans la ligne de management est co-responsable du management toxique. La vision de l'entreprise doit primer pour définir la qualité et les objectif du management dans l'organisation, tant globalement que localement. Faut-il encore qu'il y ai une vision !

  40. Anonyme dit :

    Il n y a pas de mauvais manager ou chef (cheffe)
    Il y a juste des personnes pas a leurs places...

  41. Anonyme dit :

    Il y a des pyramides basée sur la coopération tel que les ruche
    Peut-être faut il retourner au mode social animal car l intérêt commun y est l essentiel

Laisser un commentaire