premium 1
premium 1 mobile
ado smartphone

Quelles sont les pratiques numériques de nos enfants ?

Le 9 sept. 2016

Un parent sur deux n’a aucune idée du temps passé par son enfant sur son smartphone, tablette ou ordinateur, et les autres extrapolent. Une étude OpinionWay pour Xooloo.

Editeur de solutions pour accompagner les enfants dans leur vie numérique, Xooloo a chargé Opinion Way de mener une enquête auprès des parents français ayant des enfants âgés de 8 à 16 ans.

La moitié des parents français ne connaissent pas les pratiques numériques de leur enfant

La première grande surprise de cette enquête est de découvrir que près d’un parent sur deux est incapable de dire combien de temps passe son enfant sur son smartphone, tablette ou ordinateur, chaque jour - que ce soit pour jouer à des jeux vidéo, regarder des vidéos, échanger avec ses amis par SMS ou messagerie instantanée, sur les réseaux sociaux ou encore surfer sur Internet. La réponse « Ne sait Pas », qui recueille habituellement dans les sondages entre 0 et 5% des répondants, oscillent ici entre 46% et 49% !

Chez ceux ne sachant pas le temps que l’enfant passe sur internet, on compte davantage de parents ne discutant jamais avec leurs enfants de leurs usages numériques (66% contre 35% chez ceux échangeant souvent avec leurs enfants).

Quant aux parents qui pensent savoir, ils estiment pour leur part que leur enfant passe, en moyenne, 1h15 par jour à jouer aux jeux vidéo, un peu plus d’une heure à regarder des vidéos (67 min), 51 minutes à chater avec leurs amis, et près de trois quart d’heure sur les réseaux sociaux et à surfer sur Internet. A noter que plus l’âge augmente, tant pour les parents que pour les enfants, plus les durées déclarées augmentent.

 

Et quand ils croient savoir, ils sont à côté de la plaque !

Si l’on compare ces réponses avec les données fournies par Xooloo, il résulte que les parents sont loin de la réalité et extrapolent la durée que leur enfant passe sur leur smartphone ou tablette. En effet, en moyenne, les enfants de 8 à 16 ans ne passent que 25 minutes à jouer à des jeux vidéo alors que les parents estiment ce temps à 75 minutes, soit trois fois plus. On retrouve le même décalage entre l’estimation des parents et la réalité, avec parfois des écarts allant de 1 à 10 !

 

Ainsi, le temps passé à regarder des vidéos est en réalité de 21 minutes en moyenne (contre 67 selon les parents), sur les réseaux sociaux (17’ vs 47’), les échanges avec les amis par SMS ou messageries instantanées (8’ vs 51’) et le temps passé à surfer sur Internet (4’ vs 44’).

De manière globale, les enfants utilisent leur smartphone/tablette en premier lieu pour jouer, puis visionner des vidéos. Les réseaux sociaux arrivent en troisième position, puis vient le chat et le surf sur Internet.

Si l’on regarde dans le détail, les garçons, quel que soit leur âge, jouent surtout aux jeux vidéo alors que les filles préfèrent regarder des vidéos. On remarque également que l’utilisation des réseaux sociaux augmente avec l’âge, quatrième activité pour le 8-10 ans, ils remontent en troisième place chez les 11-13 ans et deviennent la principale activité des 14 -16 ans.

Pokémon Go : un succès populaire qui ne détrône pas YouTube

Vous pensez que vos enfants ont abandonné toute activité sur leur smartphone cet été pour ne se consacrer qu’au phénomène Pokémon Go ? Encore perdu ! Même si en moyenne 1 enfant sur 2 âgé de 8 à 16 ans y a joué, le célèbre jeu de chasseurs de petites bêtes est loin de détrôner le roi YouTube, puisque 83% des enfants se sont rendus sur la plateforme vidéo de Google sur la même période.

Le smartphone, source de tensions au sein de la famille

67% des parents déclarent que l’utilisation d’un smartphone/tablette par l’enfant a entrainé des tensions, voire un conflit au sein de la cellule familiale. Ce chiffre augmente avec l’âge des parents jusqu’à 70% chez les 50 ans et plus, et avec l’âge des enfants, avec un pic à 73% pour les parents qui ont des enfants entre 11 et 13 ans.

Parmi les parents qui déclarent n’avoir jamais connu de tensions liées à l’usage d’un appareil mobile, et qui représentent un tiers des répondants, il est intéressant de noter que les deux tiers (64%) n’ont mis en place aucune mesure pour contrôler cet usage et que plus de la moitié

(52%) n’échange jamais avec leur enfant sur les usages numériques. Cette absence d’intérêt explique probablement l’absence de tension.

 

Les solutions actuelles « de restrictions » ne font pas l’unanimité

Autre enseignement intéressant de cette étude : la majorité des parents ont déjà mis en place des solutions pour tenter de freiner leur enfant dans leur utilisation de ces nouveaux terminaux. Ainsi, 77% des parents ont pris des mesures parfois radicales pour essayer de gérer l’usage que leur enfant fait de leur smartphone/tablette/ordinateur.

 

En revanche, aucune mesure en particulier ne fait consensus : si près de la moitié ont optés pour établir des règles pour éviter les abus (53%), près d’un tiers ont déjà confisqué l’appareil pour une durée limitée (28%). Le logiciel de contrôle parental ne recueille que 20% des suffrages, et, 19% ont menacé de supprimer définitivement l’accès à l’appareil.

Même si les parents se déclarent concernés par l’usage de leur enfant, aucune solution ne semble faire l’unanimité.

 

Des petites différences existent néanmoins. Les parents les plus jeunes (18-34 ans) ont tendance à moins confisquer l’appareil de leur enfant que la moyenne (18% vs 29% chez les parents âgés de 35 ans et plus) mais installent plus facilement un logiciel de contrôle parental (34% vs 18%). Autre variation notable, les parents d’enfants de 14 à 16 ans utilisent moins de logiciels de contrôle parental que les parents d’enfants plus jeunes : 16% contre 24% pour les parents d’enfants âgés de 8 à 13 ans. Est-ce dû au fait que les logiciels de contrôle parental ne sont plus adaptés à cette tranche d’âge ou bien est-ce que ces adolescents sont devenus plus matures dans leur comportement numérique ?

Les parents conscients de l’importance du dialogue

Conscients de l’importance du dialogue, la grande majorité des parents (82%) déclarent discuter avec leur enfant de son utilisation de son smartphone, sa tablette ou son ordinateur.

 

Ainsi, ils sont 37% à échanger « souvent » avec leur enfant sur les usages numériques, et 45% « parfois ». Ce sont les parents des enfants de 11 à 13 ans qui dialoguent le plus (88%), ce qui laisse supposer que c’est la période à laquelle les enfants reçoivent leurs premiers appareils numériques et commencent véritablement leur initiation au numérique.


Méthodologie
1 Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1038 parents d’enfants âgés de 8 à 16 ans, représentatif de cette population, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont été réalisées du 20 au 28 juillet 2016 par questionnaire auto administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).
2 Données collectées de manière anonyme auprès de plus de 3 000 utilisateurs mobiles des solutions Xooloo, âgés de 8 à 16 ans, sur la période du 25 juillet 2016 au 24 août 2016.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.