SU

Performances des startups françaises

Le 3 oct. 2016

Les startups numériques, créatrices d’emploi en France et dans le monde. Seuls freins à ce dynamisme : le coût du travail, la difficulté de trouver le juste talent et l’accès difficile à des financements. France Digitale et EY vous en disent plus.

EY et France Digitale publient aujourd’hui la 5ème édition du baromètre annuel de la performance économique et sociale des startups numériques en France réalisé auprès de 224 startups.

Une hyper croissance durable des startups numériques

Dans un contexte toujours incertain, les sociétés interrogées affichent un chiffre d’affaires total de 4,2 milliards d’euros en 2015, soit une hausse de 39% par rapport à 2014. Cette croissance est portée par un fort développement à l’international avec 51% du chiffre d’affaires réalisé hors de France. La France dispose aujourd’hui non seulement de champions internationaux mais aussi de jeunes acteurs qualifiés de « born global » développant très rapidement leurs activités à l’international. Les startups de la catégorie « 0 à 5M€ » réalisent déjà 33% de leur CA hors de France.

Franck Sebag, associé EY en charge du baromètre, ajoute : « Les startups numériques font la démonstration de leur capacité à se développer de manière durable, tant en France qu’à l’international, soutenues en cela par des levées de fonds record observées en 2015 ».

Plus que jamais les startups numériques ont besoin de talents

Les effectifs des startups ont augmenté de 27% entre 2014 et 2015. Pour 92% des contrats il s’agit de CDI (Contrat à Durée Indéterminé). Bien que ces startups poursuivent leur développement hors de France, les fondateurs et managers s’appuient en tout premier lieu sur leur équipe localisée en France. Pour 1 emploi créé à l’international, plus de 2 emplois sont créés en France

En revanche, le frein n°1 à leur développement est la difficulté à trouver des talents, en particulier des développeurs, les salariés les plus difficiles à trouver selon 65% du panel. Recruter des talents est l’un des 3 principaux challenges pour plus de 50% des répondants. Pour 37% des startups, le coût du travail est considéré comme le second frein au développement.

Le financement : une des priorités clefs

Considéré comme le 3ème frein au développement, le financement reste une des priorités clefs pour les startups. En 2015, les montants levés par les startups françaises ont atteint plus d’un milliard d’euros*. 29% des startups françaises sont par ailleurs soutenues par des investisseurs étrangers.

Parmi les sociétés interrogées, 68% des startups ont eu recours au CIR (crédit d’impôt recherche) et 70% au CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi).

Partage de la valeur

98% des dirigeants (39 ans en moyenne) déclarent utiliser des instruments de capital, principalement des BSPCE (Bons de Souscription de Parts de Créateur d’Entreprise) pour motiver les salariés.

* Via des capital-risqueurs, des IPOs, des business angels…
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.