habillage
premium1
playstation

L’impact du digital sur les loisirs dans nos sociétés

Le 17 oct. 2016

Comment le numérique transforme-t-il la relation entre les marques et les consommateurs pendant leurs loisirs ?

KR Media, Gameloft et le CELSA présentent Link Entertainment, une étude qui présente un panorama complet sur le divertissement d’aujourd’hui, en faisant ressortir ses différentes typologies.

Ce n’est plus un secret : le digital transforme les pratiques des Français, et tous les secteurs sont concernés. Le divertissement n’y échappe pas : les évolutions liées au numérique représentent un challenge pour les marques qui souhaitent interagir avec leurs consommateurs pendant ces périodes où ils sont très captifs.

Le divertissement à l’ère du digital

Qui dit divertissement dit plaisir. Le numérique permet de multiplier et de créer de nouvelles sources de plaisir : jeux mobiles, réseaux sociaux… Il transforme la façon dont les Français consomment et perçoivent les jeux.

Les typologies du divertissement

L’étude identifie six attitudes, et autant de rapports différents avec le digital :

  • Les Let’s Show, qui accordent beaucoup d’importance à l’idée d’évasion. Leur divertissement est peu fréquent mais très intense. Dès lors, le digital devient une mettre en avant leurs activités sur les réseaux sociaux.
  • Les Get Together, pour qui l’interaction sociale est indispensable pour pouvoir se divertir.
  • Les Get Better vivent le divertissement de façon plus égoïste et élitiste : il ne doit pas être un plaisir sur le court terme, mais permettre d’apprendre et de devenir meilleur.
  • Les Get Relaxed considèrent le divertissement comme un moment de détente régulier.
  • Les Multitask ne peuvent se divertir que s’ils combinent plusieurs activités.
  • Enfin, les Get Unbored considèrent que le divertissement doit être continu. S’il procure moins de plaisir en instantané, il est présent toute la journée.

Les clés d’un mariage marque-divertissement réussi

Pour que les marques puissent entretenir une relation avec le divertissement sans nuire au moment vécu par le consommateur, plusieurs consignes à respecter.

La marque doit comprendre que pendant le divertissement, le consommateur n’est pas un acheteur. En ce sens elle doit créer une proximité avec lui. Elle doit trouver un équilibre entre sa mise en avant et rester en retrait. Cependant, elles doivent également proposer un moment inédit, pour le consommateur trouve satisfaction dans son divertissement. La marque doit se rendre indispensable pour lui faire prendre conscience qu’il n’aurait pu réaliser cette activité sans elle. Enfin, il s’agit de construire une association entre la marque et le divertissement dans le temps pour créer de la cohérence : les marques doivent mener des opérations régulières dans l’univers du consommateur pour faciliter le transfert entre elles et le divertissement.

Mélanie Roosen - Le 17 oct. 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.