actu_24667_vignette

Les tweets révélent notre santé

L’humeur ressentie au travers des tweets pourrait bien être représentative de l’état de santé d’une population, selon une étude réalisée par les universités de Pennsylvanie et de Melbourne.

Twitter est aujourd’hui devenu un indicateur sociétal à part entière : manifestations politiques et même épidémies sont trackées à l’avance sur le réseau social, qui devient un véritable outil de prédiction.

Récemment, une étude publiée conjointement par les universités de Pennsylvanie et de Melbourne a démontré une corrélation entre le sentiment général des tweets au sein d’une population, et le risque chez celle-ci de développer une maladie cardiaque. En effet, en analysant les sentiments positifs et négatifs d’une conversation, les chercheurs ont noté un lien entre le ton et les décès dus aux problèmes cardiaques. Pour ce faire, près de 150 millions de tweets géolocalisés ont été analysés.

L’idée : l’état psychologique des tweets pourrait avoir un rapport avec l’état de santé. C’est en partant de cette hypothèse que les scientifiques ont recoupé les données du réseau social avec celles des CDC (Centers for Disease Control) qui répertorient, entre autres, les décès faisant suite à des complications cardiaques. Pour appuyer leur propos, ils ont élaboré deux cartes comparant les données.

 

 

Si les deux cartes se superposent presque parfaitement, les chercheurs tiennent néanmoins à rappeler qu’il ne s’agit pas de prétendre qu’une personne qui tweete un ressenti négatif est plus sujette aux problèmes cardiaques. L’étude vise à montrer que, sur une aire géographique donnée, plus le nombre de messages partagés concerne la colère ou l’énervement, plus le risque d’accident cardiaque est fort, et par conséquent de confronter la théorie selon laquelle le taux de colère ou de satisfaction d’une communauté est révélateur de son niveau de santé…  

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.