premium 1
premium 1 mobile
actu_28618_vignette_alaune

Les limites du gender marketing

Le 9 nov. 2015

Les publicités « d’émancipation de la femme » à la façon Dove ou Always ne sont pas vues d’un bon œil par l’agence John St, qui les pointe du doigt dans une parodie.

Beaucoup de coups marketing de marques principalement féminines ont marqué les esprits par leur mauvais goût, comme celui de Dove, qui proposait aux femmes de rentrer dans un bâtiment par la porte «  belle » ou « moyenne ». De quoi freiner l’élan des plus complexées, qui pour certaines rebroussaient chemin.

Afin de dénoncer ces pratiques douteuses, John St a mis en scène dans une vidéo parodique l’agence « Jane St », qui essaye de cibler au mieux les incertitudes des femmes pour mieux les marteler, le tout dans un objectif de vente certain. « La première chose que nous devons faire, c’est identifier une incertitude », déclare l’une des représentantes de Jane St ; « elles ne savent peut être pas qu’elles ont ce manque d’assurance en elles, c’est pourquoi nous devons travailler à le faire éclater au grand jour », poursuit une autre. L’agence a poussé le vice jusqu’à la création d’un site web, avec de fausses publicités d’émancipation de la femme.

Ces marques de shampooing, lingerie ou maquillage qui se targuent d’être défenseuses de la féminité seraient-elles tout simplement manipulatrices ? 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.