premium 1
Charles Xavier Xmen

Le futur de la télépathie : un bonnet de ski ?

Le 11 juill. 2017

Huit ans. C’est le temps que se laisse Mary Lou Jepsen, une ingénieure passée par les plus grosses boîtes de la tech, pour faire de la télépathie une réalité. Sous forme de bonnet de ski.

Ses ambitions sont à l’image de son parcours, hors-norme. Mary Lou Jepsen, une ingénieure passée par Facebook, Oculus, Google X*, Intel et ancienne professeure au MIT, veut rendre la télépathie possible d’ici huit ans. Les premiers prototypes devraient quant à eux voir le jour dès 2018.
Pour se consacrer pleinement à son projet, Mary Lou Jepsen n’a pas hésité à quitter son job chez Facebook pour monter, en 2016, Openwater. Cette startup basée à San Francisco vise à baisser drastiquement le coût de l’imagerie médicale et déployer sa technologie sous la forme de wearables. L'idée, explique Mary Lou Jepsen, est de transformer la fonctionnalité « d'une machine IRM à plusieurs millions de dollars », en quelque chose de portable, tel qu'un « bonnet de ski ».

Bonnet de ski

Jusque là, difficile d'établir le lien avec la télépathie. Or, concrètement, l'imagerie médicale permet déjà de lire dans nos pensées. « Si je vous mets sous IRM là tout de suite, explique Mary Lou Jepsen à CNBC, je peux vous dire quels mots vous allez prononcer, quelles images sont dans votre tête. Je peux vous dire à quelle musique vous êtes en train de penser ». Imaginez ainsi porter un chapeau qui offrirait accès aux mêmes informations et qui, par la même occasion, vous permettrait à la fois partager vos pensées mais aussi lire celles des autres.
Les opportunités sont alors gigantesques. Pourquoi ne pas imaginer, suggère Mary Lou Jepsen, penser à une idée de produit, télécharger cette pensée puis l’envoyer à une imprimante 3D sous forme numérique ? « Cela rend notre cycle d’itération beaucoup plus rapide », résume-t-elle à CNBC. Mais les questions éthiques sont tout aussi nombreuses. La police, l’armée ou même vos parents pourront-ils, à terme, « vous imposer de porter un tel chapeau ? », s’interroge Mary Lou Jepsen.
La fondatrice d'Openwater n’est pas la seule à investir le champ de la télépathie. Des poids lourds s'y intéressent. En 2015, déjà, Mark Zuckerberg déclarait lors d'une session de questions-réponses avec des internautes : « un jour, vous serez capable de penser à quelque chose que vos amis pourront ressentir immédiatement ». Deux ans plus tard, à l'occasion du grand événement annuel de Facebook, le F8, la firme précisait un peu plus ses ambitions. Building 8, le laboratoire de R&D de Facebook, déclarait vouloir mettre au point un système permettant d'écrire des messages grâce aux ondes cérébrales. Enfin, en mars, Elon Musk annonçait la création de Neuralink. Son objectif ? Démultiplier nos capacités cognitives par le biais d’implants dans notre cerveau.

*Devenu X.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.