actu_23096_vignette

éco. collaborative: les attentes des conso

Les consommateurs attendent des marques qu’elles s’engagent. Ils sont 83% (parmi les plus avancés) à souhaiter que les marques étendent leur garantie à leur produit et non pas uniquement au premier acheteur du produit. Ils sont également 71% à voir dans cette garantie de la marque un signe positif de réassurance.

Il y a les pratiquants et ceux qui regardent ce phénomène d'économie collaborative avec de plus en plus d'intérêts. Cette dernière s'est réimposée durant la crise économique (2008), BETC et Havas Worldwide ont souhaité se pencher sur ce sujet au niveau mondial (29 pays dont la France) afin de prendre la température, comprendre les ressorts de l’engouement pour ce phénomène. En voici les enseignements dans l’étude intitulée  « Le Nouveau Consommateur et l’économie collaborative » dans laquelle il est révelé que si la notion de changement est positivement perçue à 86% à l’échelle mondiale et à 52% en France, les acteurs du changement ne sont plus les mêmes : "on assiste à un transfert de pouvoir des figures d’autorité traditionnelles dont la légitimité est questionnée (72% des consommateurs les plus avancés mondialement s’inquiètent de la disparition de leaders de confiance) aux gens rendus plus forts par leur utilisation du digital. 66% des consommateurs estiment ainsi que les médias sociaux donnent aux gens ordinaires un pouvoir extraordinaire d’influence et de changement."

L'étude précise également que la remise en cause massive de l’économie dans sa forme actuelle est une des explications de cet engouement car pour respectivement "56% des consommateurs en moyenne mondiale et 79% des consommateurs français, le modèle économique de leur pays ne fonctionne plus. La faute à une consommation vide de sens et synonyme d’excès mettant la planète en danger (77% des consommateurs les plus avancés dans le monde s’inquiète des risques environnementaux de la consommation)." Néanmois les agences précisent qu'arrêter de consommer pour 52% de la population mondiale, consommer moins c’est détruire des emplois et 64% des consommateurs les plus avancés (78% des Français) déclarent qu’acheter national est un acte patriotique de soutien à l’économie de leur pays.

Enfin 76% des consommateurs estiment que le progrès sera de consommer mieux, pas de consommer plus. Dans un contexte de tension sur le pouvoir d’achat, l’économie collaborative apparaît d’abord pour 73% des gens comme une manière de faire des économies. Mais pas d’une manière triste et ennuyeuse… elle est liée aux notions de cool, de malin, de convivialité et portée par les plus jeunes explique le communiqué de l'agence.

Au-delà d’une raison pratique d’économie, l’économie collaborative intéresse les gens car elle annonce un nouveau monde. Fondé sur le partage plutôt que sur la possession. Alors que 47% des gens pensent que leurs placards sont trop pleins, que 43% des 16-34 ans pensent qu’ils achètent trop souvent des articles inutiles et que 52% de la population mondiale déclare qu’elle pourrait aisément vivre mieux en possédant moins, la notion de partage gagne du terrain. A cet égard, 46% des gens que partager est mieux que posséder.

77% des gens déclarent qu’ils souhaitent, au moins une fois par an, se débarrasser de leurs possessions inutiles. Trocs, revente, partage, les objets ont aujourd’hui plusieurs vies et autant de propriétaires différents. Certaines marques telles qu’Ikéa ou H&M l’ont bien compris en tenant d’organiser leur propre système de recyclage et d’échange. Les consommateurs attendent des marques qu’elles s’engagent et les aident dans ce mouvement. 83% des consommateurs les plus avancés aimeraient ainsi que les marques étendent leur garantie à leur produit et non pas uniquement au premier acheteur du produit. Ils sont également 71% à voir dans cette garantie de la marque un signe positif de réassurance.

 

Photo BlaBlaCar

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.