change

Vos clics font la loi : Change.org revient sur 10 ans de pétitions qui ont changé la France

© Andreas Gucklhorn et Fabien Irsara

Loi sur le gaspillage alimentaire, mouvement des Gilets jaunes, grâce présidentielle de Jacqueline Sauvage... Au cours de ces 10 dernières années, vous avez forcément signé une pétition en ligne. Pour ses 10 ans, Change.org revient sur cet outil de mobilisation politique.

Partager des mèmes, liker des photos d’influenceuses ou commander un burger : chaque jour nous cliquons en moyenne 4 500 fois. Le plus souvent pour des choses inutiles, voire absurdes. Mais il arrive que nos clics soient utiles, et même qu’ils rendent le monde meilleur. Lorsque nous signons une pétition, par exemple. À l'occasion de ses dix ans, la branche française de la plateforme Change.org a proposé à ses membres de voter pour les dix campagnes les plus marquantes de la décennie.

La pétition comme arme politique

Interdiction des pailles en plastique, grâce de Jacqueline Sauvage ou mouvement des Gilets jaunes… On oublie parfois que ces combats se sont structurés sur Internet, autour de pétitions en ligne qui au départ ne comptaient que quelques dizaines de signataires. Ces pétitions sont même allées, parfois, jusqu’à faire bouger la loi. C’est le cas du mouvement lancé en 2015 par Arash Derambarsh, conseiller municipal à Courbevoie, contre le gaspillage des invendus alimentaires par les supermarchés. En moins de quatre mois, la pétition recueille 210 000 signatures, avec le soutien de l’acteur et réalisateur Mathieu Kassovitz. Moins d’un an plus tard, en 2016, l’Assemblée nationale adopte une loi contre le gaspillage alimentaire. Grâce à elle, tous les supermarchés de France sont aujourd’hui tenus de donner leurs invendus alimentaires à des associations caritatives, plutôt que de les jeter. Ce sont 10 millions de repas qui sont distribués chaque soir à des associations. Arash Derambarsh a reçu en 2019 le prix « WIN WIN » , équivalent du Nobel dans le développement durable, pour sa lutte contre le gaspillage alimentaire, qu’il a poursuivie au niveau européen.

« Un vrai moyen d’atteindre les décideurs »

Pour Aminata Dembele, directrice de Change.org France, cette liste de dix pétitions marquantes est bien plus que la compilation de quelques belles histoires. C’est le signe que la pétition en ligne est devenue un outil de démocratie directe, à l’heure de la défiance envers les institutions. Depuis 2015, Change.org a ajouté sur sa plateforme un outil de dialogue entre les citoyens et les décideurs. Le décideur interpellé dans la pétition (qu’il soit dirigeant d’entreprise, député ou président de la République) peut répondre aux citoyens. « Parfois, c’est une réponse négative, mais au moins, on instaure un dialogue. » Résultat : aujourd’hui, la pétition en ligne n’est « plus seulement une bouteille à la mer, mais un vrai moyen d’atteindre les décideurs » .

C’est ce qui s’est produit au début du mouvement des Gilets jaunes. À l’origine, c’est Priscillia Ludosky qui a lancé une pétition sur Change.org pour demander la baisse du prix du carburant à la pompe… À l’époque, le président Emmanuel Macron avait répondu directement à la pétition, sur la plateforme. Et la pétition s’est transformée en mouvement de contestation d’ampleur nationale. « Cela a créé un précédent de démocratie directe », se souvient Aminata Dembele.

Une école d'engagement citoyen

En plus de restaurer le dialogue entre la classe politique et les citoyens, les pétitions en ligne sont une école de mobilisation citoyenne. « On est toujours impressionnés de la manière dont les citoyens, en partant d’une indignation personnelle, arrivent à devenir des experts de leur sujet », explique Aminata Dembele. Stéphane Ravacley est un cas d’école. Ce boulanger avait entamé une grève de la faim en 2021 pour que Laye, son jeune apprenti, ne soit pas expulsé du territoire français. Via une pétition, il a attiré l’attention sur la situation de ce Guinéen de 18 ans « super discret, très gentil » qui travaillait dans sa boulangerie. Signée par Marion Cotillard, Omar Sy ou encore Yannick Jadot, la pétition a fait son chemin jusqu’au gouvernement… et Laye a obtenu la permission de rester sur le territoire français. Depuis, Stéphane Ravacley a fondé l’association Patrons Solidaires, et s’est présenté aux législatives dans sa circonscription.

Change.org revendique 1 campagne victorieuse par heure et 80 000 victoires depuis son lancement. Au total, ses pétitions ont recueilli 5 milliards de signatures depuis la création de la plateforme. « À l'aube des législatives, ajoute Aminata, on voudrait que les députés comprennent que les pétitions sont un outil idéal pour se mettre à l'écoute des citoyens, et entamer un dialogue avec eux. »

De quoi se rappeler que sur Internet, l’humanité est aussi capable du meilleur. À condition qu'il suffise d'un clic.

commentaires

Participer à la conversation

  1. Isabelle D dit :

    change.org est véritablement une arme de choc:je me réjouis de son existence!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.